La chronique culture d'Anthony Bussonnais

Un mercredi sur deux, l'auteur Saumurois Anthony Bussonnais vous distille ses conseils culture en proposant une série, un film, un album, un livre, une bande dessinée, un podcast ou encore une chaine Youtube. Pour cette première de l'année, retour sur les coups de coeur 2021.


BOITE NOIRE (disponible en VOD, DVD et BluRay)


Que s’est-il passé à bord du vol Dubaï-Paris avant son crash dans le massif alpin ? Technicien au BEA, autorité responsable des enquêtes de sécurité dans l’aviation civile, Mathieu Vasseur est propulsé enquêteur en chef sur une catastrophe aérienne sans précédent. Erreur de pilotage ? Défaillance technique ? Acte terroriste ? L’analyse minutieuse des boîtes noires va pousser Mathieu à mener en secret sa propre investigation. Il ignore encore jusqu’où va le mener sa quête de vérité.

On est souvent prompt à critiquer le manque d’ambition, d’originalité et de qualité des films français, Boîte Noire s’érige, lui, en modèle de réussite. Le scénario extrêmement bien ficelé, plein de rebondissements comme on les aime ; l’atmosphère pesante, angoissante ; le jeu des comédiens (Lou de Laâge, André Dussollier, Olivier Rabourdin...), et particulièrement Pierre Niney, véritable caméléon, toujours impeccable ; la photo, l’image, le sombre maîtrisé ; le son, élément essentiel du film, captivant et très immersif : tout est parfait ! C’est aussi l’occasion de découvrir un monde méconnu, voire inconnu, qu’est celui de la BEA (Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la sécurité de l'aviation), leur travail pour décortiquer les sons enregistrés dans les boîtes noires des avions afin de trouver l’explication à une défaillance, un accident, ou comme ici un crash. Passionnant !

GRAND MONSIEUR (Rohff)

Le dixième album du rappeur originaire de Vitry-Sur-Seine est – comme une tradition chez lui – un double album, avec vingt-six titres. Trois ans après son précédent opus (Surnaturel), Rohff revient avec un projet davantage dans l’ère du temps. Il a su s’entourer de beatmakers actuels, comme Prodweiler (qui a déjà collaboré avec Naps, Lartiste, Jul, RimK ...), de cadors de la nouvelle génération (Naps, Jul, Imen Es, Tayc, Dadju...) et du poids lourd de l’industrie musicale qu’est Gims. « Actuel, à l’ancienne, je mixe tout, j’ai mes plugs » (GM10). Pour autant, Rohff ne renie rien de son passé, il assume, et revendique : « Génération R9, plus fort que Neymar » (Classic Man). Le Rimeur Original Hardcore Flow Fluide fait une nouvelle fois montre de sa capacité à kicker n’importe quel instrumental. Aussi à l’aise en fast flow (débitant son texte à vive allure, et sans prendre sa respiration, pendant près de vingt secondes sur Classic Man), qu’en découpage (Poésie du Uzi), il ne se prive ni de chanter sur ses refrains (Trop d’histoires) – comme beaucoup le font désormais – ni de se laisser porter par un son presque zouk (Official) sur lequel il a invité Tayc (le chanteur qui a le vent en poupe, récent finaliste de Danse Avec Les Stars). On retrouve également sur ce projet, un feat avec Imen Es (Apaise ton cœur), dans la grande tradition des duos du rappeur avec des chanteuses devenus des classiques : Qui est l’exemple avec Kayliah, 5.9.1 avec Assia, Hysteric Love avec Amel Bent, ou bien sûr Charisme avec Wallen. Au fil des morceaux, Rohff se raconte, lui qui déplore que certains rappeurs s’inventent des vies, et livre son vécu, évoquant : sa carrière ; sa famille et son rôle de père ; la trahison ; son héritage musical ; la prison ; l’amour ; les réseaux sociaux... Si les ventes peinent à décoller, cet album mériterait plus d’exposition, à mon sens. Personne ne peut nier l’influence de ce Grand Monsieur sur le rap français. « J’suis dans le cœur des quartiers, rien à foutre d’être dans le top » (GM10).

LE CONVOYEUR (Dimitri Armand et Tristan Roulot – Le Lombard)

Un virus s'est répandu sur la terre. La "Rouille" s'est attaquée au fer, détruisant peu à peu les infrastructures, les véhicules, les outils… Notre civilisation est revenue à l'âge de la pierre. Dans ce monde brutal, le légendaire Convoyeur incarne le seul espoir pour beaucoup de gens. Il accepte de remplir toutes les missions qu'on lui confie, quels qu'en soient les risques. En échange de quoi, les commanditaires doivent simplement manger un œuf étrange…

Une BD à l’univers postapocalyptique très original et donc très intéressant. Si la « Rouille » a dévasté toute construction, tout produit à base de métal, l’être humain n’est pas épargné à cause du fer présent dans le sang. Beaucoup sont devenus des créatures différentes. Certains ont des pouvoirs. Mais très peu parviennent encore à procréer. Les femmes fécondes deviennent aussi rares et aussi chères que le cuivre. Dans ce monde, le convoyeur s’attache à mener ses missions sans faire de sentiments. Solitaire, taciturne, secret : un personnage intrigant dont on a hâte de découvrir l’histoire. Les dessins – notamment toutes ces créatures nouvelles – sont magnifiques, et les dialogues savoureux. Un peu violent, à la limite du gore, le tout est agréablement rythmé. Très certainement le début d’une longue aventure pour Le convoyeur.

LE CONSEIL BONUS : Une compilation d’extraits de spectacle de l’humoriste Thomas Wiesel, à Paris, en décembre 2021, sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=B0-VXdH73uY

A propos d'Anthony Bussonnais : Anthony a grandi et vit toujours dans le Saumurois. Depuis tout petit, il cultive une relation privilégiée avec l'écriture. En 2015, alors que depuis quelques temps déjà trotte dans sa tête l'idée, il entame l'écriture de son premier roman, Un mal pour un mal. En Septembre 2017, il publie un recueil de ses textes, jusque-là inexploités, intitulé Un peu de moi. Entre humeurs, pensées et réflexions, il traite de thèmes divers. Le 6 Octobre 2018, Anthony publie son second roman, Chasse 160618 un nouveau thriller au suspense haletant. Septembre 2019, Chasse 160618 remporte le prix Les talents de demain, décerné par Kobo by Fnac en partenariat avec les éditions Préludes et Babelio. Son livre est alors réédité (Préludes Noir) sous le titre Un samedi soir entre amis.

Les chroniques précédentes
- Retrouvez toutes les chroniques de la saison dernière ici.
- Chronique du 08/09/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=6400...
- Chronique du 22/09/2021 : https://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=642...
- Chronique du 06/10/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=6451...
- Chronique du 20/10/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7160...

- Chronique du 3/11/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7186...
- Chronique du 17/11/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7210...
- Chronique du 01/12/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7240...
- Chronique du 15/12/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7265...
- Chronique du 05/01/2022 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7287...



Article du 19 janvier 2022 I Catégorie : Culture

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI