Dossier. Quelques conseils sur le nourrissage des oiseaux durant l'hiver

L’hiver s’installe en Anjou ! C’est donc le moment de venir en aide à nos voisins ailés. Découvrez les conseils de la Ligue de Protection des Oiseaux sur les gestes à faire (et ne pas faire) pour nourrir les oiseaux.

Une mésange huppée ©LPO Anjou


Le nourrissage des oiseaux des jardins est une activité répandue. L’observation des oiseaux venant se nourrir aux mangeoires procure du bien-être. Voici les règles à respecter pour pratiquer cette activité dans les meilleures conditions. La LPO préconise un nourrissage seulement durant la mauvaise saison, en période de froid prolongé. Le nourrissage peut globalement être pratiqué de la mi-novembre à fin mars. Il n’est pas conseillé de nourrir les oiseaux au printemps et en été. D’une part car beaucoup d’entre eux deviennent insectivores à cette saison, et d’autre part, afin de ne pas créer de relation de dépendance vis-à-vis des jeunes oiseaux de l’année qui doivent apprendre à se nourrir par eux-mêmes. Placez le poste de nourrissage de façon qu’il soit visible depuis une fenêtre de cuisine ou de salle à manger. Pensez aussi aux chats ! Eloignez le poste de nourrissage de tout buisson où les chats pourraient se mettre à l’affût. Eloignez-le des murs et des branches latérales afin de ne pas faciliter l’accès aux chats ou aux autres prédateurs. La bonne place est au centre du jardin, dans un endroit dégagé.

Quelle nourriture donner aux oiseaux ?

Les oiseaux étant des animaux à sang chaud, il n’est pas conseillé de leur donner trop de graisse animale (lard, suif, saindoux…). Privilégiez plutôt les graisses d’origine végétale, si possible à base d’huile de colza, et en évitant l’huile de palme qui participe au déboisement des forêts tropicales indonésiennes. Ne donnez jamais de lait aux oiseaux : ils ne peuvent pas le digérer et celui-ci peut être responsable de troubles digestifs mortels. Seuls les dérivés laitiers cuits, tel que le fromage, peuvent être donnés en très petite quantité. Les mélanges de graines très bon marché composés de pois, de lentilles et de riz doivent aussi être évités ainsi que les biscuits pour animaux domestiques. N’oubliez pas de disposer un point d’eau à proximité des mangeoires afin que les oiseaux puissent boire, été comme hiver.

Les meilleurs aliments : Graines de tournesol (non grillées et non salées), si possible non striées, les graines noires sont meilleures et plus riche en lipides ; Mélange de graines : le mélange optimal étant composé de tournesol noir, cacahuètes et maïs concassé ; Pain de graisse végétale simple ; Pain de graisse végétale mélangé avec des graines, fruits rouges ou insectes ; Cacahuètes (non grillées et non salées) ; Amandes, noix, noisettes et maïs concassés (non grillés et non salés) ; Petites graines de millet ou d’avoine, de Niger ; Fruits décomposés (pomme, poire flétrie, raisin).
Les aliments à donner en petite quantité seulement : Lard, suif, saindoux ; Margarine, végétaline ; Pâtée pour chat ou chien, excellent substitut aux insectes ou auxvers, notamment en été pour nourrir les jeunes oisillons ; Croûtes de fromage (souvent trop salée) ; Miettes de pain, biscottes ou gâteaux ; Pomme de terre, pâtes ou riz cuits.

Hygiène autour des mangeoires et des baignoires

Le nourrissage des oiseaux en hiver engendre des rassemblements d’oiseaux, parfois conséquents, aux mangeoires. Certains oiseaux sont porteurs de maladies contagieuses, et ces concentrations sont régulièrement la source de foyers d’épidémies. Quelques conseils pour les éviter… La prévention est la seule solution pour limiter la transmission de ces maladies. Toutes les fois que cela est possible, la nourriture doit, particulièrement pour les insectivores, être disposée à l’abri de l’humidité et du gel. De petits sacs en filet et des anneaux de graines conviennent très bien, surtout pour les mésanges. Il est important de privilégier l’utilisation de mangeoires spécifiques. En effet certaines empêchent les oiseaux de souiller leur nourriture, de même que d’autres limitent leur accès à quelques individus à la fois. Ainsi le danger d’une épidémie telle que la salmonellose, est limité.

Les types de mangeoires sont nombreux (à poser, à suspendre, sur pieds avec système de plateau, de distributeur…) et la tentation, de multiplier les attentions et de disposer des mangeoires, ou des aliments à disposition de nos hôtes, est grande. Attention néanmoins, trop de distributeurs placés au même endroit peuvent provoquer des rassemblements importants d’oiseaux et donc potentiellement un foyer épidémique. Aussi, il est préférable de séparer les zones de nourriture, d’autant qu’une dispersion donnera aussi l'occasion aux oiseaux plus timides de se nourrir. Quel que soit le modèle que vous aurez choisi d’installer, il est important de nettoyer et de désinfecter vos mangeoires de manière régulière (idéalement tous les jours pour les mangeoires plateau et hebdomadairement pour les autres) afin d’éviter tout risque de contamination par les fientes ou par les restes d’aliments… Faites-le, le plus souvent possible, et ne laissez pas s'accumuler sur la mangeoire de grandes quantités de nourriture non consommée.

Les périodes critiques sont les périodes de gel et de dégel ! En effet, au moment du dégel, les bactéries se « mélangent » avec la nourriture et l’eau dans les récipients artificiels (baignoire, assiette, bassine, jardinière … ) ou naturels et créent ainsi un foyer épidémique… N’attendez pas d’observer des oiseaux affaiblis, mourants voire morts : profitez de ce dégel pour vider vos mangeoires (et éventuels points d’eau), les nettoyer et les désinfecter. De même à la fin de la saison rangez vos mangeoires en les nettoyant.


Article du 25 novembre 2021 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI