Loire. Entretien des digues, "l’Etat doit assumer ses responsabilités"

Concernant l'entretien des digues de Loire, sujet récurrent à savoir à qui en revient la mission, le sénateur PS de Maine-et-Loire Joël Bigault en appelle à la responsabilité de l'Etat. Ce 23 mars au Sénat,il a interpellé Joël Giraud, secrétaire d’État chargé de la ruralité, dans le cadre d’un débat sur le thème : « Quelle politique d'aménagement du territoire ? »


"Les importantes inondations de cet hiver en Anjou ont rappelé l’importance du bon entretien de nos digues pour garantir la sécurité des habitants, des entreprises et des biens implantés sur les zones protégées concernées.Les travaux de gestion de prévention des risques d'inondations doivent être d’autant plus pris en considération que les inondations deviennent de plus en plus violentes et fréquentes sous l’effet du réchauffement climatique."

"Je lui ai demandé d'honorer les engagements de l’Etat en matière de soutien financier afin de mettre fin à l'inégalité de traitement entre les digues domaniales (propriété de l’Etat) et non-domaniales et ainsi consolider le système d'endiguement sur l'ensemble des bassins et notamment celui de la Loire.

En effet, la loi a confié en janvier 2018 aux intercommunalités les digues non-domaniales tandis que les digues domaniales seront également transférées à partir du 28 janvier 2024. Pour exemple, le Maine-et-Loire compte ainsi 135 kilomètres de digues dont 42 kilomètres relèvent de l'État.

L'État s'était engagé à faire des travaux avant de rétrocéder les digues. Ainsi, en mars 2019, la ministre Emmanuelle Wargon rappelait devant le Sénat que « dans cette période transitoire jusqu'à 2024, l'État travaillera en étroite collaboration avec les collectivités chargées de la GEMAPI (la Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), que ce soit pour les modalités de gestion de ces ouvrages, la réalisation de travaux de renforcement ou encore la préparation des dossiers d'autorisation de systèmes d'endiguement.

Ces travaux ne seront donc plus à mener par les collectivités par la suite. »
Or, que constate-t-on vraiment sur le terrain ? Des travaux insuffisants, un financement largement défaillant de la part de l'État et des collectivités dupées au regard de l'ampleur des coûts d'entretien.

Je regrette que le ministre n’ait pas répondu clairement à cette question et aux besoins urgents qui ont été exprimés par les intercommunalités de notre département.

Il est pourtant urgent que l'État respecte ses engagements et assume ses responsabilités sur la problématique de l’entretien de l’ensemble de nos digues afin de financer un plan global et concerté d’entretien de l’ensemble des ouvrages."


Article du 24 mars 2021 I Catégorie : Politique

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité � 600...

 

 


Créez votre article ! ICI