Saumurois. Forte demande d'installations d'entreprises sur l'agglo, mais la place manque

L'agglomération Saumur Val de Loire connait un développement économique considérable et reçoit de très nombreuses demandes d'entreprises qui souhaitent s'installer sur le territoire ou agrandir leurs locaux. Seulement, les zones d'activités commencent à se remplir et les espaces disponibles se réduisent comme peau de chagrin. Petit tour d'horizon de la situation à l'occasion d'une visite des élus sur le territoire.


La communauté d’agglomération Saumur Val de Loire a décidé d’organiser, chaque mois, une visite d’un des pôles de l’agglomération par le président, les maires et les élus concernés par le sujet. L’objectif de ces visites est de faire un tour d’horizon, sur le terrain, des projets structurants sur chaque pôle. En avril, les élus se rendront à Montreuil-Bellay puis à Gennes-Val-de-Loire en mai. Ce mardi 23 février avait lieu a première visite à Longué-Jumelles, avec notamment la visite de la Zone d’activité Anjou Actiparc de Jumelles, une des 30 zones d’activité gérée par l’agglomération. Cette visite a été l’occasion d’aborder le développement économique, compétence majeure de la communauté d’agglomération. « J’ai une vision du développement économique, mais j’ai besoin d'aller sur le terrain pour me rendre compte plus finement des situations », explique le président, Jackie Goulet.

Une économie en plein boom

Si les élus ont souhaité débuter avec le sujet de l’économie, ce n’est pas par hasard. En effet, ils font état d’une situation plus que positive sur le territoire. « C’est un sujet qui nous préoccupe particulièrement, puisqu’il y a une vraie pression positive. Nous recevons beaucoup d’appels et de sollicitations pour des installations d’entreprises, mais aussi d’agrandissements », développe le président. Un tiers des entreprises déjà installées exprimeraient la volonté de s’agrandir sur site ou en se déplaçant, mais en restant sur le saumurois. Plusieurs projets sont en cours, dont certains déjà actés comme l’installation d’une entreprise d’électronique à Chacé avec, à la clef, une cinquantaine d’emplois ou encore une autre entreprise exerçant dans le domaine des voies ferrées à Montreuil-Bellay. Sur Saumur, l’agglomération assure qu’il y a un certain nombre de projets de reprise de friches ou d’entreprises qui s’arrêtent.

Réduire le chômage

Sur Longué-Jumelles, la piste d’une entreprise de logistique est également étudiée. « Je me demandais si on allait aller vers ce type d’activité, qui n’était jusqu’à maintenant pas présente dans l’agglomération et qui restait généralement cantonnée aux grandes métropoles. Après étude du dossier, nous avons décidé qu’il s’agissait d’une piste intéressante. Ce secteur est pourvoyeur d’emplois et cela coïncide avec la sociologie et le profil des personnes en recherche d’emploi sur l’agglomération », développe Jackie Goulet. « Ce qui faisait la faiblesse de notre territoire, à savoir son taux de chômage bien plus élevé que les autres secteurs du département et la moyenne nationale est aujourd’hui notre force. Nous avons une main-d’œuvre disponible. Il faut savoir que 10 hectares de logistique représentent 250 emplois, soit 1,2% de chômage en moins sur l’agglo et notamment sur la cible la plus difficile à toucher », estime Michel Pattée, vice-président de l’agglomération en charge de l’industrie et des zones d’activités. Pour Jackie Goulet, "cela participe à l’objectif de réduction du chômage, fixé d’ici la fin du mandat à moins de 7,5%".

Manque de place

Il y a donc de quoi se réjouir, même si ce développement peut sembler « étonnant et à contre-courant de la période actuelle », témoigne Michel Pattée. Pourtant, cette grande demande peine actuellement à recevoir des réponses favorables. L’agglomération manque actuellement d’espaces pour développer son économie et installer des industries. Sur Longué par exemple, il y a trois zones. Deux d’entre elles, la Métairie et la Scierie seront complètes d’ici 2022. Quatre projets sont en cours sur la zone d’activités de Jumelles. Autrement dit, il n’y aura bientôt plus de place pour accueillir de nouvelles entreprises sur l’agglomération. Pour y remédier, les élus doivent revoir le SCOT (Schéma de Cohérence et d’Orientation Territoriale) qui définit les quotas de m2 à destination des zones industrielles, de l’habitat… Pour le président Jackie Goulet, « nous sommes en train de terminer les PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal). Nous allons ensuite engager la réflexion sur un nouveau SCOT. Cela prendra environ 4 ans pour que nous soyons prêts, à savoir d’ici 2027. » Une échéance qui est beaucoup trop lointaine pour les deux vice-présidents Michel Pattée et Frédéric Mortier. « Je pense que l’on ne pourra pas attendre 4 ans pour réviser nos zones. Nous risquerions de louper le coche de toutes ces entreprises qui demandent actuellement à s’implanter. Il nous faut plus de réactivité », estime l’un. « Je n’accepterai pas que dans les 10 ans, nous manquions des entreprises », ajoute l’autre.

L’État a une vision en décalage avec la réalité

Quoi qu’il en soit, tous tombent d’accord sur le fait que la gestion et les choix faits par l’État en termes de développement économique ne sont pas judicieux. « L’État a une vision des choses déconnectée de la réalité. Sur Doué par exemple, il nous a supprimé de l’espace, car sur les dernières années, il n’y avait pas de développement économique suffisant. Or, aujourd’hui, nous nous retrouvons juste avec 14ha déjà pris sur les 16 disponibles », souligne le maire de Doué et vice-président en charge des zones d’activités. Même constat à Longué-Jumelles, dressé par le maire et vice-président Frédéric Mortier. « Il faut que l’on réussisse à prouver à nos partenaires, dont l’État, que l’on a un développement économique important. Il nous faut nous aussi nous y préparer, car cela est quelque peu soudain. Jamais nous n’aurions imaginé cette situation il n’y a ne serait-ce que deux ans », conclut Jackie Goulet.


Article du 23 février 2021 I Catégorie : Vie de la cité

 


6 commentaires :


Commentaire de Gaucho 23/02/2021 19:26:03

En attendant à Jumelles çà fait au moins 12 générations de vaches qui broutent sous les lampadaires en attendant les entreprises... on les voit sur la photos :-)



Commentaire de @gaucho 23/02/2021 20:37:44

Eh Gaucho, des vaches qui broutent sur des zones industrielles, cela s'appelle des usines à la campagne : on les voit sur la photo:-) BH



Commentaire de Bernard Henry 23/02/2021 20:54:47

Les partisans des guéguerres droite / gauche ou opposition /majorité vont encore en être pour leurs frais. Cet excellent reportage sur le terrain montre bien qu'aujourd'hui cette vieille dualité est remplacée par l'opposition et le dialogue de fatigue entre les élus locaux et les grands services de l'Etat, les DREAL, DIRECCTE, ABF ARS et autres qui leur disputent la souveraineté car ils ont les finances et décident sans appel, entre les élus et les délais d'études, entre ceux qui regardent les besoins du terrain et ceux qui regardent les alinéas des décrets.



Commentaire de François 23/02/2021 20:59:32

Et surtout la question (qui peut fâcher), combien d’ETP les entreprises implantées vont générées ? C’est bien beau de faire du volume mais si ces entreprises ne génèrent qu’un ETP ou 2, le chômage ne va pas beaucoup baisser sur le territoire. J’espère me tromper mais la stratégie de développement économique n’est pas claire. Je mise peu sur des entreprises structurantes car les élus nous auraient fait le plaisir de citer des noms pour l’article...



Commentaire de Gaucho de la Pampa 23/02/2021 21:33:05

Mi-vaches mi-usines, c'est le verre à moitié vide ou à moitié plein. Des usines à la campagne il y en a plein les Mauges.



Commentaire de Uncle Jack 24/02/2021 08:35:35

Optimisez l’utilisation des surfaces disponibles, le choix de certains industriels n’est pas toujours rationnel La logistique actuelle détruit plus qu’elle ne crée d’emplois (Amazon) et le fret uniquement camions coûte cher en voirie, et bilan carbone (j’ai vu des transporteurs routiers investir dans une plate-forme rail route, mais sncf a refusé les créneaux de passage des trains vers Rungis !) Bon courage



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI