L'oeuvre du sculpteur "abuseur" Claude Lévêque n’est plus exposée à l’Abbaye Royale de Fontevraud

L’oeuvre magistrale « Mort en été » de Claude Lévêque, acquise en 2012 par l’association Centre culturel de l’Ouest (qui est subventionnée à plus de 80% par la Région des Pays de la Loire), et exposée depuis à l’Abbaye Royale de Fontevraud, va être retirée de l’exposition permanente jusqu’à ce que la justice fasse la lumière sur les accusations de « viols et agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans » dont fait l’objet son auteur depuis le 10 janvier dernier.

L'oeuvre "Mort en été" de Claude Lévêque exposée dans Haut Dortoir de l'Abbaye de Fontevraud


« Cette décision s’impose pour protéger la réputation de l’Abbaye Royale de Fontevraud dont la Région a la charge mais surtout, et c’est beaucoup plus important, pour marquer notre soutien et notre respect envers les victimes présumées. Ce que nous voulons leur dire à travers cette décision, c’est : on vous croit et on vous soutient. Il s’agit bien sûr d’un acte symbolique à l’heure où les musées sont encore fermés, mais les symboles sont aussi là pour dire que l’impunité est terminée. » déclare Christelle Morançais, présidente de la Région des Pays de la Loire.

Claude Lévêque, le plasticien accusé de viols sur mineurs

Après de longues années de déni, le sculpteur, Laurent Faulon sort du silence. Dans un entretien livré au Monde dimanche 10 janvier, ce dernier revient sur les “abus sexuels” qu’il aurait subis de la part du plasticien Claude Lévêque, pendant son adolescence. Personnalité éminente du milieu de l’art, plasticien reconnu, Claude Lévêque, 67 ans, résidant à Montreuil (Seine-Saint-Denis), a exposé dans des lieux prestigieux : PS1 à New York, la Biennale de Lyon, le Musée d’art moderne de la Ville de Paris, le Mamco de Genève, et plus récemment à l’Opéra de Paris pour ses 350 ans ou encore à l'Abbaye Royale de Fontevraud, entre autres. "Cet « abuseur » est aujourd'hui visé par une enquête pour viols et agressions sexuelles sur mineurs ouverte à la suite d’accusations du sculpteur aujourd'hui âgé de 51 ans qui dit en avoir été victime avec ses deux frères, a indiqué lundi le parquet de Bobigny", confirmant des informations du Monde.

Une enquête ouverte en 2019

L’enquête a été ouverte au printemps 2019 et confiée à la Sûreté territoriale de la Seine-Saint-Denis, où réside l’artiste. Dans Le Monde, le sculpteur Laurent Faulon raconte donc "avoir été violé par le plasticien dès l’âge de 10 ans et jusqu’à ses 17 ans, au milieu des années 1980". En février 2019, il a enfin décidé de signaler ces agissements en envoyant une lettre à la procureure de Bobigny. Dans cette longue lettre de 8 pages, Laurent Faulon parle des “agressions sexuelles” qu’il a subies. Dans les colonnes du Monde, le sculpteur explique comment Claude Lévêque est arrivé dans sa vie. « Cela commence par sa rencontre avec le frère ainé des Faulon en 1973 alors qu’il est animateur dans un centre aéré. Il devient très vite une figure familière du foyer et s’entend bien avec les parents (…) J’ai l’impression qu’il a toujours été là. Quand il est apparu dans la famille, j’avais 3 ans”, confie-t-il. Il invitait les enfants à des expositions, à des concerts et leur proposait pleins d’activités.

“L’emprise de Claude Lévêque”

Selon Le Monde, Laurent Faulon évoque aussi l’“emprise” de Claude Lévêque, dont un des tapis orne un bureau de l’Elysée, sur sa famille, issue d’un milieu très populaire dans la Nièvre. Le sculpteur accuse le plasticien "d’avoir aussi violé ses deux frères". Toujours selon Le Monde, L’un d’eux, tombé dans la drogue comme lui, est mort en 1998 à l’âge de 34 ans à la suite d’une énième tentative de suicide. Selon la victime présumée, l’artiste revendiquait ses relations avec des mineurs. “J’associais la pédophilie à une sorte de résistance à la société. Pour me convaincre, je lisais des auteurs pédophiles, comme Gabriel Matzneff par exemple. Lévêque lit ce genre de littérature, j’ai connu ce genre de littérature par son biais”, a-t-il expliqué aux enquêteurs. Enfin, Le quotidien indique que “la justice a reçu un autre signalement concernant Claude Lévêque” et ajoute" avoir recueilli d’autres témoignages » qui “décrivent des comportements troublants avec de jeunes garçons”.


Article du 27 janvier 2021 I Catégorie : Culture

 


8 commentaires :


Commentaire de Le30 27/01/2021 17:15:00

Bonjour Je ne suis pas un connaisseur en art mais je me posais quand même sérieusement la question sur la puissance créatrice de cette ‘’ œuvre ‘’ et qu’elle était sa signification Alors si elle n est plus la les neons auront été comme la vie :éphémère



Commentaire de ahmed alors 27/01/2021 18:06:23

"Ce que nous voulons leur dire à travers cette décision, c’est : on vous croit et on vous soutient." Mme Morancais, on ne vous a jamais parlé de la PRESOMPTION D'INNOCENCE??? Ou bien, peut-être êtes vous toujours la marionnette du baronnet local, M. Retailleau?



Commentaire de bourgeais 27/01/2021 18:57:51

décevant de céder a la pression ....déjà il existe la présomption d'innocence et c'est surtout ridicule de ne pas dissocier l'œuvre de l'auteur ....ral le bol



Commentaire de N importe quoi 28/01/2021 08:25:18

Aujourd'hui il suffit de soutenir qu'on aurait été abusé pour détruire une réputation. Honteux !



Commentaire de Francis Prior 28/01/2021 08:52:45

Bien sur nous ne savons rien de la réalité des faits près de 40 ans après leur commission. Mais ce qui me trouble le plus c'est attendre la prescription pour s'exprimer comme si on redoutait la confrontation judiciaire, préférant le lynchage médiatique au débat contradictoire. Et puis doit on réellement juger d'une oeuvre au travers de la moralité de son auteur???



Commentaire de horrifiée 29/01/2021 09:48:48

comment peut on lire de telles horreurs!!!détruire une réputation n'est rien, détruire une enfance c'est autre chose!!il faut à tout prix dénoncer et punir les violeurs,méme après 40 ans et meme s'ils se prétendent artistes et se sentent protégés !!arrétez de vous croire en toute impunité!!les gens qui vous protègent sont vos complices!!



Commentaire de @horrifiée 29/01/2021 12:59:41

D'accord avec une partie de votre commentaire sauf que détruire une réputation est très grave et peut vous poursuivre toute une vie voire pire. Maintenant, seule la justice est apte à trancher sur ce problème.



Commentaire de horrifiée 29/01/2021 15:39:14

D'accord avec @horrifiée,c'est la meme chose pour le viol et l' inceste,cà vous poursuit toute une vie voire pire,La Justice existe pour établir,ou rétablir la Vérité.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI