Saumur. Schneider Electric : Les négociations touchent à leur fin

Depuis ce mercredi 6 janvier, les salariés de Merlin Gérin Loire (Schneider Electric) à Saumur ont débrayé à plusieurs reprises pour faire peser leurs revendications dans les négociations du Plan de Sauvegarde de l'Emploi en vue de la fermeture prochaine du site.


En septembre 2020, les 74 salariés de l’entreprise Merlin Gérin Loire, appartenant au groupe Schneider Electric, apprenaient que le site de Saumur allait fermer ses portes définitivement (relire notre article). Un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) avait alors été engagé par la direction. La production devrait être regroupée sur le site de Mâcon et une partie (30%) délocalisée en Hongrie. Au début de l’été prochain, ce sont près de 80% de la production qui devraient s’arrêter sur le site saumurois.

Un territoire peu favorable au reclassement

Depuis quelques jours, les salariés saumurois enchaînent débrayages et grèves. Ce jeudi 7 janvier 2021 se tenait la dernière réunion de négociation de ce PSE. Les salariés et la CFDT, syndicat en place dans l’entreprise, souhaitent que soit revue la durée du congé de reclassement. Actuellement la direction propose un congé de reclassement de 16 à 22 mois, les salariés souhaitent au moins 24 mois pour tout le monde. Nombreux sont ceux qui craignent de ne pas retrouver d’emploi rapidement au vu de la situation économique actuelle et du bassin d’emploi dans lequel ils se trouvent. La mobilité des salariés étant compliquée, puisque la production s’en va en Saône-et-Loire. Par ailleurs, le syndicat souhaite qu’une prime de 25 000 € soit attribuée à l’ensemble des 74 employés du site de Saumur, au vu de l’isolement du site. Le Comité Social Economique donnera les résultats de ces négociations le 21 janvier prochain.

Fermeture d’un site qui fonctionne

Une fermeture qui étonne les salariés et le syndicat en place dans l’établissement, la CFDT. En effet, cette fermeture intervient alors que l’antenne saumuroise tourne plutôt bien, avait beaucoup de travail et rapportait de l’argent, même avec une production réduite et un effectif également en baisse depuis plusieurs années. « À coût de non-remplacement des salariés qui partaient à la retraite, démissionnaient, qui changeaient… l’effectif a diminué en passant de près de 200 salariés il y a quelques années à 74 aujourd’hui. Depuis quelques années, nous avons perdu la production de plusieurs gammes de produits. Nous sommes passés de 5 en 2012 à 1 en 2020. Il s’agit donc bien d’une fermeture organisée depuis longtemps et sur laquelle nous avons alerté à plusieurs niveaux et depuis plusieurs années », explique la CFDT de l’entreprise. Suite (et sans doute fin) le 21 janvier prochain.


Article du 08 janvier 2021 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI