Gennes-Val-de-Loire. Le port du masque à partir de 6 ans en question.

Le collectif Enfants sans masque de Gennes-Val-de-Loire se mobilise pour le retrait du port du masque obligatoire à l'école primaire.


Depuis la rentrée de novembre, les enfants sont contraints de porter le masque à l’école primaire, dès l’âge de 6 ans. Des parents se sont mobilisés sur les différentes écoles de la commune de Gennes Val-de-Loire afin d’exprimer leurs questionnements sur le port du masque obligatoire, ses risques, et la légitimité de cette mesure imposée.

"A l’initiative du collectif départemental «Question Masque 49», une manifestation a eu lieu le samedi 28 novembre devant la Préfecture à Angers, pour faire remonter un certain nombre de questions.
Quels risques pour la santé physique et psychologique de l’enfant : conséquences du port prolongé du masque sur l'enfant et ses possibles effets secondaires, inconfort engendré pour les malentendants, porteurs de lunettes, souffrant d'allergies ou d'intolérances ?
Quelles conséquences au quotidien et pour les apprentissages : effets sur la relation aux autres, conséquences de ne pas voir l'expression du visage de l'autre ni d’entendre correctement, d’autant plus pour des enfants qui sont dans les premiers apprentissages - lecture, récitation, chants … ?
Cette mesure contraignante pour les enfants est-elle vraiment efficace sachant qu’ils vont forcément le toucher, le manipuler, l’enlever et le remettre ? Comment imposer cette contrainte aux enfants sans avoir la certitude de son efficacité pour lutter contre la propagation du virus ? Pourquoi ajouter cette contrainte aux instituteurs/trices dans leur quotidien déjà bouleversé par la crise sanitaire et les mesures vigipirates ?

Nous ne voulons pas que cette situation exceptionnelle devienne la norme.

Nous demandons le retrait de cette mesure qui nous semble disproportionnée. Dans la situation actuelle, les risques sur le développement physique, psychologique et cognitif de nos enfants nous paraissent supérieurs au bénéfice sanitaire, qui est par ailleurs loin de faire consensus au sein de la communauté scientifique.
Cette semaine, un avocat missionné par le collectif départemental dépose au tribunal administratif de Nantes, un « référé liberté » demandant l’abrogation de cette mesure.
Dans le cas de sa prolongation à la rentrée de janvier, un appel national est lancé pour :
- repousser la rentrée : le collectif invite les parents à ne pas mettre leur(s) enfant(s) à l’école le lundi 4 janvier
- rejoindre la manifestation prévue le samedi 9 janvier à 14h à Angers.
Si vous partagez nos questions, si vous souhaitez recevoir des informations, des documents, contactez-nous à l’adresse : groupeparentsgennesvaldeloire@gmail.com"




Article du 10 décembre 2020 I Catégorie : Politique

 


1 commentaire :


Commentaire de PRÉVOST 11/12/2020 12:58:19

Je soutiens à 100% ce mouvement dont je trouve légitimes les revendications. Enfin des français qui se projettent dans l'avenir pour eux et leurs enfants, enfin des français qui savent faire la part des choses et ne se laissent pas manipuler en baissant la tête et en tendant le dos pour se faire battre.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI