Pays de la Loire. L'aide régionale pour le permis de conduire insuffisante

Dans le cadre de l'aide régionale au financement du permis de conduire, pour le groupe Socialiste, écologiste, radical et républicain (SERR) "les trois quarts des jeunes chômeurs écartés de la mesure. La majorité doit revoir sa copie." Le communiqué.


"Le Conseil régional a décidé dans le cadre de son budget 2021 de mettre en oeuvre une aide au financement du permis de conduire. Cette aide vise les jeunes chômeur.euse.s de moins de 26 ans dont le niveau de formation est inférieur au bac. Le rapport présenté indique une cible de 7000 jeunes touché.e.s en 2021. Les jeunes chômeur.euse.s sont 52 000 dans notre région au 3ème trimestre 2020 ; cette mesure qui est censée être une réponse d’urgence face à la crise laisse donc de côté plus de 85% de ces jeunes et toujours 75% d’entre eux si elle était mise en oeuvre pendant deux ans. Nous demandons que cette aide soit élargie à toutes et tous les jeunes chômeur.euse.s bachelier.e.s et, sur critères sociaux, aux diplômé.e.s de l’enseignement supérieur.

« Cette annonce est une volte-face spectaculaire de la majorité régionale qui depuis 5 ans a démantelé l’essentiel des aides à l’autonomie des jeunes, et ce malgré nos protestations et nos propositions constamment rejetées », indique Violaine Lucas.
En effet depuis 5 ans les dispositifs suivants ont été supprimés :
• Le Pass complémentaire santé, qui aidait financièrement les jeunes pour souscrire à une complémentaire santé,
• Le Pass première installation, qui leur permettait de bénéficier d’une aide au logement,
• Le Pass culture sport, pour assister à des manifestations culturelles et sportives,
• L’Ordipass, une aide financière jusqu’à 480 € pour l’achat d’un ordinateur,
• Le Pass prévention-contraception…
La mesure annoncée est par ailleurs très inégalitaire : deux tiers des jeunes sortent de formation en Pays de la Loire avec le bac ou un diplôme de niveau supérieur. Comme tous.tes les jeunes, elles et ils sont fortement touché.e.s par la crise et rencontrent de grandes difficultés pour entrer sur le marché du travail. Le taux de chômage des bachelier.e.s était par exemple au niveau national déjà de 16,6% en 2017. Avec la crise, la situation s’est largement aggravée.
« Des jeunes qui n’en ont pas besoin vont bénéficier de cette aide quand de jeunes chômeurs diplômés plongés dans la précarité et issus de familles modestes vont en être écartés, ce n’est pas acceptable » souligne ainsi Jean-Claude Charrier.

Le niveau de formation n’est en effet pas toujours le bon indicateur de la situation des jeunes chômeur.euse.s et le choix fait par la majorité va créer des situations absurdes. Prenons deux exemples :
- Théo habite à Angers, il a 18 ans et vient d’obtenir son CAP charcutier traiteur réalisé en apprentissage dans l’entreprise familiale. Son père devait l’embaucher au 1er septembre 2020 à la fin de son apprentissage mais face à la chute d’activité connue par l’entreprise qui travaillait beaucoup dans l’évènementiel son recrutement a été différé. Déjà salarié pendant deux ans comme apprenti il a un peu d’argent de côté ; l’aide régionale va lui permettre de passer gratuitement son permis avant d’être recruté en CDI.
- Emma habite Ecorpain dans la Sarthe, commune rurale proche de Saint-Calais, elle a 20 ans et vient d’obtenir son bac pro logistique au lycée Louis Rondeau. Élève brillante mais issue d’une famille modeste, elle n’a pas les moyens de poursuivre ses études. Dans le secteur de la logistique, la crise a bloqué les recrutements et pour travailler, elle doit être mobile. Elle ne bénéficiera pourtant pas de l’aide régionale au financement du permis de conduire.

Pour Christophe Clergeau, « la majorité régionale vient de faire une annonce précipitée et mal pensée. Obsédée par sa communication et les échéances électorales, aveuglée par son idéologie, elle a écarté la grande majorité des jeunes chômeurs et stupidement laissé de côté les bacheliers. Une bonne idée devient ainsi un dispositif absurde et profondément inégalitaire. Notre groupe demande que cette aide soit élargie à tous les jeunes chômeurs bacheliers et, sur critères sociaux, aux diplômés de l’enseignement supérieur ».

Quelques chiffres* :
- Au 3ème trimestre 2020 : 52 000 chômeur.euse.s de moins de 25 ans en Pays de la Loire (+9,5% sur un an).
- Niveau de formation des jeunes ligérien.ne.s entre 25 et 29 ans (sortie d’études en 2015) :
• Aucun diplôme et brevet : 11%
• CAP-BEP : 22%
• Bac : 25%
• Niveau supérieur : 42%
- Taux de chômage selon le niveau de formation (national, 2017) :
• Aucun diplôme : 39,2%
• Brevet : 27,7%
• CAP-BEP : 21,4%
• Bac : 16,6%
• Bac +2 : 10,2%
• Niveau supérieur : 7,9%
* Source : https://www.inegalites.fr/Le-taux-de-chomage-selo...


Article du 08 décembre 2020 I Catégorie : Politique

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI