Saumur. Groupe James Combier : pas de rassemblement le 11 novembre

Le rassemblement de recueillement sur la tombe du poète Marcel Martinet contre les guerres organisée traditionnellement le 11 novembre à l'initiative du Groupe James Combier de la Libre Pensée de Saumur ne ne pourra avoir lieu cette année du fait du "confinement". Le communiqué Douspis Georges Rédacteur de la Lettre du Groupe James Combier de la Libre Pensée de Saumur.

 

 

La tombe de Marcel Martinet au cimetière de Saumur


"Cette année comme chaque année, le 11 novembre, le Groupe Combier de la Libre Pensée de Saumur avait prévu d’organiser une manifestation de recueillement sur la tombe du poète pacifiste saumurois Marcel Martinet. Cette manifestation n’a évidemment pas pour but de célébrer une quelconque victoire sur un ennemi prétendument héréditaire, mais elle entend commémorer la fin de l’horrible boucherie qui fit entre 1914 et 1918 plus de 18 millions de morts, de blessés et de mutilés en Europe. Par ailleurs, à l’exemple de Marcel Martinet, les militants de la Libre Pensée désirent marquer ainsi leur volonté d’en terminer avec la Guerre, avec toutes les guerres d’ici et d’ailleurs, actuelles et à venir.

Hélas, cette année, du fait de la pandémie, notre rassemblement ne pourra avoir lieu comme prévu. C’est pourquoi, nous avons décidé ce communiqué de presse afin de rappeler quelques éléments de la vie du poète et quelques extraits de son œuvre portant condamnation des violences guerrières et proclamant son espoir d’une société enfin civilisée car débarrassée des affrontements entre nations dont les peuples sont les premières victimes.

A propos de Marcel Martinet (1887 – 1944)

Marcel Martinet est un écrivain révolutionnaire, socialiste et pacifiste comme Jaurès dont il est si abondamment question ces jours derniers. Élève brillant il entre à l’École Normale Supérieure en 1907 puis, convaincu, comme Jaurès encore, que « C’est de la division profonde des classes et des intérêts dans chaque pays que sortent les conflits entre les nations. », avec les syndicalistes de la revue : La vie ouvrière, Monatte et Rosmer il travaille à l’édification d’une société sans classes qui seule mettra fin à la guerre et à l’exploitation de l’homme par l’homme. Durant l’entre-deux guerres, il œuvre, tant sur les plans syndical et politique que sur le plan littéraire à l’émancipation de la classe ouvrière. En témoigne, par exemple sa pièce de théâtre : La nuit, où il met en scène l’action révolutionnaire du prolétariat exploité. Il a appris de Jaurès « qu’il n’y a plus qu’une chance pour le maintien de la paix et le salut de la civilisation, c’est que le prolétariat rassemble toutes ses forces. » Et c’est à cette noble tâche qu’il consacre sa vie jusqu’à son dernier souffle, à Saumur, où il s’éteint le 18 février 1944.
Voici un extrait de son recueil : “Culture prolétarienne”, pages écrites entre 1918 et 1023, dédiées au syndicaliste Fernand Pelloutier, « serviteur de la classe ouvrière » et qui n’ont rien perdu de leur actualité : « Comme toutes les époques d’écroulement social, la nôtre pourrait être également une époque de reconstruction. Cela dépend des hommes. Mais il faut que ces hommes soient des hommes : non des machines, non des soldats, non des esclaves. Il faut que chaque individu soit une personne libre et voulant accomplir le maximum de son destin dans une société riche qui permettra à tous les hommes ce maximum d’accomplissement. La révolution prolétarienne, c’est cela. Pour qu’elle triomphe, il faut que les hommes appelés à sauver le monde en se sauvant eux-mêmes, il faut que les hommes de la classe ouvrière s’instruisent et s’éduquent, méditent et développent leur capacité ouvrière et sociale. Pour acquérir cette culture nécessaire, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes : “Ni dieu, ni césar, ni tribun.” »

Nous invitons tous nos lecteurs à se pencher quelques instants sur l’œuvre de Marcel Martinet dont au moins un grand poème contre la guerre est accessible sur internet : « Les temps maudits - Tu vas te battre. »"


Article du 08 novembre 2020 I Catégorie : Culture

 


1 commentaire :


Commentaire de Superdeg 08/11/2020 11:17:47

La guerre de 14 c'est 876 084 morts, une pensée pour eux



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI