Méthanisation : "Non aux très grands projets, la Région doit établir un cadre clair et exigeant"

Partout dans les Pays de la Loire émergent de nombreux projets pour la création d’unités de méthanisation, comme par exemple à Chacé (notre article). Pour le groupe Socialiste, Ecologiste, Radical et Républiquain, "si cette technologie peut être utile à la transition énergétique, elle peut aussi faire l’objet de dérives." Les élu(es) demandent à la Région "de préciser sa stratégie de déploiement et d’établir un cadre clair et exigeant." Le communiqué, sous la plume d'Eric Thouzeau, Conseiller régional des Pays de la Loire, groupe SERR.


"Le Conseil régional s’apprête à adopter le « schéma biomasse ». Ce document destiné à fixer des orientations et des recommandations pour les acteurs publics de l’Etat et les communes, fait une large place à la méthanisation agricole ; une technologie de dégradation des matières organiques qui produit de l’énergie renouvelable (le biogaz). Les matières méthanisées proviennent essentiellement des déjections d’élevage et des résidus de culture.

Il existe déjà 87 unités de méthanisation en Pays de la Loire, et 43 en projet. Certains projets en Loire-Atlantique sont contestés (notamment ceux de Corcoué-sur-Logne et de Puceul). En effet, si le principe de la méthanisation est vertueux, les grosses unités peuvent conduire à des dérives.

L’agriculture est faite pour nourrir, et le lisier est d’abord un engrais pour les terres. Des méthaniseurs trop gros peuvent amener les agriculteurs.trices à dédier certaines de leurs cultures spécifiquement pour les méthaniseurs et non l’alimentation ou à développer des élevages intensifs, le méthaniseur apportant une solution pour les effluents. Par ailleurs, plus le méthaniseur est important plus on ira chercher loin le lisier et autres bio-déchets. Il faut également prendre en compte le bilan carbone du transport des matières premières en camion et les nuisances pour les riverain.e.s. Tout cela amène à refuser les méga-méthaniseurs, qui induisent une logique industrielle en opposition à des unités de méthanisation plus modestes, installées au plus près de l’exploitation agricole.

Jusqu’à présent la majorité régionale n’a pas exposé de réelle stratégie à ce sujet. Le projet de plan régional biomasse ne définit pas de critères pour notamment encadrer la taille des futures unités de méthanisation.

C’est pourquoi nous nous opposons aux projets de Puceul et de Corcoué. Nous demandons à la Présidente de Région de prendre une position claire contre ces projets et de mettre en place un cadre exigeant pour les projets de plus petite taille soutenus par la Région ; cadre qui fixera des limites et qui apportera ainsi des garanties de compatibilité avec une agriculture durable."


Article du 12 octobre 2020 I Catégorie : Politique

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI