Saumur. Fermeture de Schneider Electric : Un dossier compliqué pour les syndicats

74 emplois sont menacés à cause de la fermeture de l’entreprise Merlin Gerin Loire qui appartient au groupe Schneider Electric. La CFDT, syndicat représenté dans l’entreprise, va prochainement rentrer dans une phase de négociation pour protéger au mieux les salariés. Une position que la CGT, présente devant les grilles du site saumurois ce mercredi, dénonce et ne comprend pas.


Durant l’été l’entreprise Schneider Electric a décidé de fermer son site de Saumur, la société Merlin Gerin Loire ( relire notre article). La production devrait être regroupée sur le site de Mâcon et une partie (30%) délocalisée en Hongrie. Ce sont 74 emplois qui sont menacés par cette fermeture. Elle a officiellement annoncé cette volonté le 16 septembre dernier pourtant les salariés de l’entreprise avaient sentit depuis plusieurs années que le site saumurois était délaissé comme l’explique Éric Delarue, délégué syndical CFDT de Schneider Electric Saumur : « Depuis quelques années nous avons perdu la production de plusieurs gammes de produits. Nous sommes passés de 5 en 2012 à 1 en 2020. Il s’agit donc bien d’une fermeture organisée depuis longtemps et sur laquelle nous avons alerté à plusieurs niveaux et depuis plusieurs années. » Une fermeture qui intervient pourtant alors que le site saumurois tournait bien et rapportait de l’argent, même avec une production réduite et un effectif également en baisse depuis plusieurs années. « À coût de non-remplacement des salariés qui partaient à la retraite, démissionnaient, qui changeaient… l’effectif a diminué en passant de près de 200 il y a quelques années à 74 aujourd’hui » , explique Éric Delarue.

Un combat perdu d’avance ?

Ce que regrette le syndicaliste, c’est la délocalisation d’une partie de la production : european watches « Une partie va aller à Mâcon (70%) l’autre en Hongrie (30%), ce qui est dommageable. Il y a également des unités en Indonésie et en Turquie. » Le syndicat va donc s’attacher dans les semaines à venir à négocier au mieux cette fermeture. Même s’il n’espère pas vraiment pouvoir empêcher cette fermeture il assure qu’il mène un travail pour trouver un repreneur. Toutefois sans grande conviction face au peu de chance de voir l’entreprise reprise : « quand on regarde le pourcentage d’entreprises qui sont reprises lors de fermetures, on est en droit de douter que celle-ci le sera. » Éric Delarue indique donc que la CFDT se concentre et mise beaucoup sur la façon dont les salariés seront laissés . « On travaille sur plusieurs axes, il y a des mesures d’âges pour ceux qui sont proches de la retraite, un plan mobilité pour ceux qui sont prêts à bouger dans une autre entreprise du groupe Schneider ou encore des formations » , explique le délégué syndical. Toutefois, la mobilité n’est pas évidente pour tout le monde, en effet les sites les plus proches se trouvent à Poitiers, Rennes ou encore Angoulême. « Ce n’est la porte à côté, on ne fait la route en quart d’heure, cela nécessite donc un déménagement », précise-t-il.

Un secteur peu porteur

Ce problème de mobilité, c’est ce que dénonce notamment la CGT, présente devant les grilles de l’entreprise ce mercredi après-midi. Une délégation de l’entreprise Schneider Electric de Grenoble, également concernée par la fermeture, était en déplacement sur le site de Saumur, accompagnée des délégués syndicaux CGT locaux ( notre article). « Nous sommes venus ici pour soutenir les salariés et la CFDT dans ce combat, toutefois il semblerait que nous ne soyons pas les bienvenus. La direction et la CFDT ne nous autorisent pas à rentrer pour échanger avec les salariés et la CFDT ne veut pas discuter avec nous. Ce que nous trouvons aberrant et étonnant puisque lorsque l’on fait une lutte on crée une intersyndicale pour peser plus lourd dans la balance afin de lutter et négocier au mieux », indiquent les coordonnateurs grenoblois Fabrice Naud et Yvan Rebière. Outre cette absence d’échange, ils s’inquiètent de cette fermeture puisque « le secteur n’est pas le plus facile pour cette main-d’œuvre qualifiée. Ce genre de poste ne court pas les rues dans le Saumurois et ils seront obligés de déménager. Sauf que cette mobilité n’est pas évidant pour tout le monde. Est-ce que l’on pense aux familles et aux différentes répercussions ? », assure et questionne Eric Legland, secrétaire de l’union locale de la CGT.

Incompréhension face à cette fermeture

La délégation de la CGT souhaite se battre pour maintenir ouvert le site de Saumur : « C’est dingue de vouloir fermer une entreprise qui fonctionne et qui rapporte de l’argent. Je ne comprends pas comment on peut accepter qu’il y ait un PSE (NDLR Plan de Sauvegarde de l’emploi). Lorsqu’une entreprise est en faillite, que son activité est obsolète je comprends que l’on pense à la reconversion et à l’après pour les salariés, mais là ces finances sont positives », s’offusque Yvan Rebière. « Pour moi la CFDT a déjà baissé les bras et elle se positionne dans l’accompagnement alors qu’il faut se battre pour maintenir l’activité de Schneider Saumur » , ajoute Fabrice Naud. Mais l’accès à l’entreprise et les échanges sont compliqués pour la CGT qui n’est pas représentée au sein de Merlin Gerin Loire. La CFDT devra donc « combattre » seule, même si la CGT estime « qu’il ne s’agit pas d’un combat et que le syndicat a déjà abdiqué. »


Article du 30 septembre 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


5 commentaires :


Commentaire de Nicolas S 30/09/2020 17:01:10

Si on peut faire plus de profit ailleurs, pour s'en priver ? c'est le jeu de la délocalisation et de la mondialisation.



Commentaire de CHIFFON ROUGE 30/09/2020 19:29:30

Comment voulez-vous espérer des négociations si déjà un syndicat baisse son froc et part défaitiste ? Et puis les 2 syndicats n'ont pas l'air de s'entendre !!!! Ça va être bien compliqué, mais dans tout ça ce sont les salariés qui seront pénalisés......a suivre



Commentaire de Gerard Lambert 30/09/2020 20:28:23

C'est fichu la mortifère cgt est la, donc comme pratiquement partout ou elle s'en mêle fermeture assurée



Commentaire de Normal 01/10/2020 14:09:47

Si la société perds de l argent il est normal qu'elle ferme Les dirigeants c'est pas la armée du salut Tout ça du a des salaires trop élevés



Commentaire de Litchi 01/10/2020 23:05:04

M. Normal !!!! Salaire trop élevé ? Certe oui y a du vrai c est sûr pr certain (cadres...) mais mauvaise gestion des dirigeants. Ca on en parle pas ?? Prendre des interimaires à tout va alors qu il n y avait rien à faire ! Combien ont passé des journées à balayer ou se tourner les pouces !!! Un paquet ! Se demandant qu est ce qu il faisait là !? De l argent de perdu ! J espère en tout cas les syndicats feront le maximum pour les salariés ! Ce n est pas comme ci elle était en déficite.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI