Dossier. Pays de la Loire. Pommiculture : Un secteur en pleine mutation boosté par le Covid-19

La Chambre d'agriculture des Pays de la Loire vient de réaliser une étude sur la situation économique de la production de pommes de table. Il en ressort un secteur en pleine évolution qui a profité de la crise du Covid-19 pour accroître ses ventes, alors que les ventes étaient en pleine diminution.


Alors que les achats de pommes par les ménages tendent à diminuer en France : 6,2kg par personne aujourd’hui, contre 7,8 kg en 2008, la crise du COVID-19 leur a été favorable car c’est un produit facilement stockable, selon la chambre d’agriculture des Pays de la Loire.
En Pays de la Loire, sur le mois de mai, les ventes sur le marché français ont dépassé de 20% leur niveau de 2019. L’exportation, qui représente 30 à 40% des débouchés selon les années, s’est également bien comportée (+6% à l’échelle nationale sur la campagne 2019/2020) tant vers l’Union européenne que vers les pays tiers, dans un contexte plutôt baissier sur les dernières années.

4e région française de production de pommes de table

La région comptait 5200 ha de vergers de pommes de table en 2019, soit 14% des surfaces nationales. Cela la place au 4e rang français, derrière les régions PACA (Provence Alpes Côtes d’Azur), Nouvelle Aquitaine et Occitanie. Ce secteur représente 8000 emplois directs sur les exploitations et dans les stations fruitières (tri, stockage et conditionnement des fruits).

Un renouveau du verger régional

« Entre 2003 et 2013, le verger de pommes a vu ses surfaces se réduire de près de 30%, mais les surfaces se sont stabilisées par la suite, et connaissent une reprise sur les deux dernières années. Cette nouvelle dynamique s’accompagne d’une forte évolution variétale », indique Eliane Moret du Pôle Economie et Prospective de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire. Les pommes traditionnelles (Golden, Gala, Breaburn, Granny) côtoient de nouvelles variétés en développement, soutenues par une politique active de marketing (Pink Lady, Ariane, Jazz, dites variétés « club »). « Aujourd’hui, le dynamisme de la pomme est tiré par ces variétés « club » ainsi que par les variétés de terroir, qui sont retenues préférentiellement par les producteurs en circuit court et en agriculture biologique », ajoute le pôle économie. L’accent est également mis sur des modes de production plus durables, grâce notamment au label « Vergers écoresponsables » porté par l’Association Nationale Pomme Poire.

Le Brexit suscite des inquiétudes

Commercialement, la filière pommes de table, tant nationale que régionale, est largement tournée vers l’extérieur, avec 30 à 40 % de débouchés à l’exportation selon les années, dont 10% vers le grand export (Moyen Orient et Asie principalement). Les importations sont peu importantes (10% de la consommation environ) et principalement de contre saison. Vers l’Union européenne, la Grande Bretagne pèse plus du quart des débouchés, et la mise en œuvre du Brexit suscite des inquiétudes, d’autant plus que la France a déjà perdu le marché russe (embargo) puis le marché algérien (baisse du pouvoir d’achat). « Face à ce défi, et à l’émergence de nouveaux concurrents à l’Est de l’Europe (Pologne), la France cherche à s’ouvrir de nouveaux marchés (Vietnam, Chine, Inde, Taïwan). Ses atouts en matière de gamme proposée et de qualité des produits devraient lui permettre de prendre position sur ces marchés qui ont des attentes fortes au niveau qualitatif et environnemental », souligne Eliane Moret.

Des enjeux qualitatifs

Tant sur le marché intérieur que vers les clients étrangers, la filière accentue la mise en œuvre et la promotion de la démarche « Vergers écoresponsables » qui concerne aujourd’hui plus des deux tiers du verger français et régional, ainsi que le label « Haute Valeur Environnementale ». Les vergers conduits en agriculture biologique voient également leurs surfaces progresser régulièrement et représentent 19% des surfaces totales en Pays de la Loire et 18% en France en 2018.


Article du 08 septembre 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI