Pays de la Loire. Nouvelle stratégie de dépistage du Covid-19 et nouvelle surveillance de l'épidémie

Depuis la levée du confinement le 11 mai, la stratégie de dépistage du Covid-19 a évolué. Ce changement de stratégie implique une façon différente de mesurer l'apparition des cas pour surveiller l'épidémie. Le compteur de surveillance est donc remis à zéro au 11 mai, départ de la stratégie post-confinement. Dr Pierre Blaise, Directeur du projet régional de santé à l’ARS, propose deux fois par semaine en complément du bulletin d’information une analyse des données épidémiologiques. Cette semaine, il explique les raisons de cette évolution dans la stratégie de dépistage et dans la surveillance de l’épidémie.


Le confinement généralisé a permis la maîtrise de l’épidémie en freinant la transmission du virus. Il se passait de l’identification des chaines de transmission pour en isoler les porteurs puisque tout le monde était « isolé ». Avec la fin du confinement, les interactions sociales reprennent au-delà du cercle familial et de quelques entreprises et commerces. La distanciation physique volontaire et l’observation des gestes barrières sont indispensables pour en conserver les effets. Mais ils ne suffiront pas tant que le virus circule activement. La stratégie doit changer radicalement. A la distanciation physique et aux mesures barrières, il faut adjoindre une stratégie de confinement sélectif, cette fois restreint aux personnes qui présentent des symptômes dus au Covid-19, même mineurs. Et à leurs contacts « à risques », c’est-à-dire les personnes qu’ils ont pu côtoyer sans distanciation suffisante ou sans mise en œuvre des gestes barrières.

Un système beaucoup plus efficace

Ce confinement sélectif jusqu’à quelques jours après la fin des symptômes pour les malades, pour 14 jours au plus pour les contacts asymptomatiques, a pour but de rompre efficacement les chaines de transmission qui les concernent. Il est beaucoup plus efficace d’orienter le dépistage actif « autour des personnes » confirmées positives parce qu’elles se sont manifestées spontanément, en raison de symptômes, même mineurs, auprès d’un médecin qui leur a proposé un test. La probabilité d’identifier une chaîne de transmission devient alors très élevée.

Changement de façon de mesurer l’apparition des cas pour surveiller l’épidémie.

Depuis le début de l’épidémie, l’ARS communiquait quotidiennement le nombre de cas confirmés positifs. Ce chiffre se basait sur la compilation des résultats de tests transmis quotidiennement et directement à l’Agence Régionale de Santé puis vérifiés minutieusement et validés par Santé publique France pour s’assurer qu’il n’y avait pas compte double, entre la ville et l’hôpital ou encore de compilation de données de jours différents. Avec la stratégie mise en œuvre depuis le 11 mai : confinement sélectif (personnes confirmées positives, symptomatique ou non et leurs contacts) appuyée sur une politique de tests massivement élargie à toutes les personnes présentant des symptômes, même mineurs et à la recherche active de tous leurs contacts à risque, on change d’échelle.La comparaison d’un jour à l’autre du nombre de cas positifs, au moment où la stratégie et les modalités de reporting changent est inévitablement biaisée. Du seul fait de tester plus largement, on s’attend bien évidement à une forte augmentation, non du nombre absolu de cas dans la population que l’on ne connait pas, mais du nombre de cas désormais détectés dans la population.

Nouveaux systèmes d'information

Des systèmes d’information tout à fait nouveaux ont été créés spécifiquement pour ce repérage des chaines de transmission. Ils ont fait l’objet d’une grande attention de toutes les parties prenantes pour les ajuster à notre corpus juridique afin que la vie privée soit respectée. Ils sont enfin opérationnels et commencent à se « peupler » de données. A ce jour, le dispositif est encore en rodage et se déploie dans les meilleures conditions. La bascule de l’ancien système de reporting vers le nouveau se fait progressivement avec des ajustements pour rendre compatibles les systèmes d’information des différents maillons de la chaine d’information, praticiens libéraux, laboratoires médicaux et non médicaux, hôpitaux, assurance maladie, ARS etc.

Départ de la stratégie post-confinement

En effet, nous traversons inévitablement un double cône d’ombre en termes de comparaison de l’évolution des données d’un jour à l’autre. Ombre dans la mesure de l’intensité de la transmission (la mesure du ‘R0’, le nombre de contacts qu’une personne contagieuse contamine en moyenne) que la fin du confinement généralisé fera varier d’une amplitude qui ne pourra être mesurée que rétrospectivement. Ombre dans le suivi de la courbe épidémique, mesurée par l’accroissement ou la réduction du nombre de nouveaux cas chaque jour. L’échelle de mesure change puisqu’on dépiste désormais tous les cas même très peu symptomatiques et tous leurs contacts. Ils seront plus nombreux parce que recherchés plus activement, sans que cela ne traduise nécessairement une intensification de l’épidémie.

Montée en puissance de la capacité régionale à identifier le moindre cas

Cette période d’incertitude sera de courte durée et les comparaisons permettant un suivi de la progression ou de la régression de l’épidémie redeviendront rapidement pertinentes sitôt que l’exhaustivité des données, basculées d’un système à l’autre, sera garantie et qu’un laps de temps sera suffisant pour une observation interprétable. Le nombre rapporté de cas dépistés est de bon augure. Il ne signifie pas que le nombre de cas positifs explose. Il semble rester plutôt stable à ce jour. Il traduit plutôt la montée en puissance de la capacité régionale à identifier le moindre cas pour lui proposer de se protéger et protéger ses proches et ainsi participer à rompre les chaînes de transmission. En témoigne également l’identification de foyers de cas groupés, ce qui rassure sur la capacité à repérer les "départs de feu" ou les "feux de braise" qu’il faut connaitre pour les éteindre et protéger les populations concernées.


Article du 20 mai 2020 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI