Edito de Michel Choupauvert : Longué, l'hôpital bientôt amputé. A quel prix ?

J'ai déjà entendu le maire de Longué, Frédéric Mortier, se plaire à dire que sa ville était aussi grande que Paris (enfin je crois qu'il voulait parler de sa surface). En tout état de cause, avec la privatisation possible de son hôpital, elle a tout d'une grande et s'écrit en lettre capitale dans les grands médias nationaux... Le dossier est même sur le bureau de la ministre Agnès Buzyn qui réfléchit à son amputation. L'opération est une première, mais comment va-t-elle s'y prendre ?



Souvenez ce que rapportait la Cour des comptes quant on s'est aperçu que le nouvel hôpital de Longué était sans le sous après avoir engagé des travaux sans accord de financement : "insuffisances nombreuses dans la gouvernance du centre hospitalier (CH), une gestion des ressources humaines particulièrement défectueuse, des règles de la comptabilité publique trop longtemps perdues de vue qui s’ajoutaient à une situation financière très dégradée." Dans ses conclusions, le rapport estimait: "l’établissement ne présente aucune perspective de rétablissement durable dans sa structuration actuelle et sans aides financières de la tutelle; à situation constante, l’impasse financière ne peut que s’aggraver." On n'a pas attendu 107 ans avant que le dossier ne ressorte. Pour être précis, c'est 117 années d'endettement que la rapport notait...

Privatisation ?

117 ans, c'est long... Alors pour éviter de battre des records de gériatrie financière, l'ARS (autorité régionale de santé) et le département de Maine-et-Loire, en charge du suivi rapproché de cet établissement essentiellement consacré à l'accueil de personne âgée ont décidé mi-2019 de lancer un appel à repreneur. Deux dossiers se sont présentés. L'un signé du CHU d'Angers et l'autre du "Noble âge" une entreprise spécialisée dans la gestion d'Ehpad... Selon le Monde, le groupe est prêt à investir 18.5 millions d'euros et reprendre "l’ensemble des équipes, quel que soit le statut".


Comment vont-ils faire ?...


Et bien là, je me gratte la tête... Et je me dis que ce n'est pas possible. A ma connaissance, une entreprise ne peut avoir deux conventions collectives. Une, issue du privé, et une, issue du public ? Quand le Département a rebattu les cartes des prestations d'aide à l'enfance, l'incompatibilité des conventions collectives était une des raisons du licenciement des salariés des structures qui n'étaient pas reprises. La ministre a surement la solution... Cela ressemble à une fermeture, des mutations ou départs en retraite et une cession des murs à un Ehpad.


Et la dette ?

Nulle part, je n'ai pu obtenir des informations concernant la reprise de la dette. Celle-ci disparaitra-t-elle dans le trou noir de l'Etat ou s'accrochera-t-elle à son Hôpital de tutelle Saumur comme une moule à son rocher ? Ce serait important de savoir. Peut-être que le débat en plénière du Conseil Départemental en début de semaine apportera la réponse. Il aurait, aussi, pu être intéressant qu'il y ait eu des suites au rapport de la Cour des Comptes qui a épinglé le petit hôpital. Un procès par exemple. Qui a osé lancer des travaux sans financement et jouer ainsi avec l'argent des contribuables ? Qui ? C'est un peu comme à l'Abbaye de Fontevraud, où manifestement, il y a eu des erreurs de gestion ? Non, rien, pas de réponse. De l'argent disparait, des erreurs sont commises, volontaires ou non, mais personne n'est mis en cause...

Michel Choupauvert

Article du 13 octobre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


5 commentaires :


Commentaire de Vous avez raison Monsieur 12/10/2019 09:28:35

Oui Monsieur des procès (est-il trop tard ?) Auraient du avoir lieu. L'ancien directeur. Mais aussi pour tous ceux qui ont failli et participe . Ainsi : Page 51 du rapport de la chbre des comptes "le pilotage de la construction du nouvel hôpital apparaît de surcroît affecté d'un interventionnisme local chronique avec un ch ayant été incité à porter des dépenses d'urbanisme en réalité communales ... Donc le maire doit rendre des comptes Page 31 paragraphe 5 : "....tantles manquements du ch a des obligations restent récurrentes....Ainsi l'approbation du PGFP (= plan de financement pluriannuel des investissements) par l'ARS en octobre 2013 , même avec de multiples réserves, alors que la reconstruction du ch était imminente, est peu comptehensible". C'est suite à cela que les travaux ont été lancés. Qui va rendre des comptes a l'ARS ? Page 615 du rapport national de la cour des comptes : on y lit que l'ars validé a nouveau un plan de financement faux. Elle valide plus de 5 millions de capacité d'autofinancement alors que l'établissement est dans rouge depuis 10 ans (?). Et a en croire la réponse du directeur actuel dans le rapport elle prévoit des recettes de tva non réglementaires. autres procès possibles : il y avait bien des contrôleurs. Il y en a partout en France. Le receveur des fi nances. les controleurs des tutelles ars et cd (ils approvent reglementairement les documents budgetaires) voire le conseil d'administration. ce sont peut-être les mêmes qui organisent maintenant pour effacer leurs fautes le passage au privé. Quel monde !!



Commentaire de Jean-Pierre Auger 13/10/2019 11:48:01

Oh là! Un procès condamnant les défaillances de nos administrations... Ce serait également une première, comme la braderie (on ne peut ici parler de cession) d'un hôpital public au privé! En 2011, il y a bien eut quand même des "irresponsables" qui ont pris la décision de le faire reconstruire, malgré son déficit. Ont-ils eut tord? Non, puisque l'ancien était vétuste et qu'il y en avait besoin pour la population... Personne ne peut faire croire que son coût de construction n'était pas connu de nos administrations. Quand à son "déficit structurel" il peut certainement être diminué...Mais si le but d'un hôpital public est d'être en équilibre budgétaire, pourquoi ne pas demander à ce qu'il y soit appliqué les mêmes règles que celles de la médecine dite libérale ou privée? Elles ne se résument trop souvent qu'à un mot : "supplément d'honoraires". Céder au privé l'hôpital ne porterait-il pas alors le nom de "concurrence déloyale"?



Commentaire de sur-coûteux et sous-dimensionné 13/10/2019 14:13:56

Oui. Soit on aurait du faire moins cher (des centaines de m2 inutilisés : sous sol, accueil de jour non utilisé, fluides médicaux partout, matériaux coûteux,..) avec la même offre de soins soit a ce coût là mais avec 40 lits en plus. Aucun des acteurs de ce dossier ne savait compter et ne connaissait la no tion de taux marginal et de seuil de rentabilité?



Commentaire de !!! 13/10/2019 19:53:04

Et la il est ou le super Mortier ? silence radio !!



Commentaire de KIOSQUE 13/10 07/11/2019 15:23:10

Oui Monsieur des procès (est-il trop tard ?) Auraient du avoir lieu. L'ancien directeur. Mais aussi pour tous ceux qui ont failli et participe . Ainsi : Page 51 du rapport de la chbre des comptes "le pilotage de la construction du nouvel hôpital apparaît de surcroît affecté d'un interventionnisme local chronique avec un ch ayant été incité à porter des dépenses d'urbanisme en réalité communales ... Donc le maire doit rendre des comptes Page 31 paragraphe 5 : "....tantles manquements du ch a des obligations restent récurrentes....Ainsi l'approbation du PGFP (= plan de financement pluriannuel des investissements) par l'ARS en octobre 2013 , même avec de multiples réserves, alors que la reconstruction du ch était imminente, est peu comptehensible". C'est suite à cela que les travaux ont été lancés. Qui va rendre des comptes a l'ARS ? Page 615 du rapport national de la cour des comptes : on y lit que l'ars validé a nouveau un plan de financement faux. Elle valide plus de 5 millions de capacité d'autofinancement alors que l'établissement est dans rouge depuis 10 ans (?). Et a en croire la réponse du directeur actuel dans le rapport elle prévoit des recettes de tva non réglementaires. autres procès possibles : il y avait bien des contrôleurs. Il y en a partout en France. Le receveur des fi nances. les controleurs des tutelles ars et cd (ils approvent reglementairement les documents budgetaires) voire le conseil d'administration. ce sont peut-être les mêmes qui organisent maintenant pour effacer leurs fautes le passage au privé. Quel monde !!



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI