Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Chinon. Centrale : En cas de séisme, les réacteurs ne sont pas aux normes

Suite à la catastrophe nucléaire de la centrale de Fukushima au Japon, en mars 2011, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a demandé à EDF de soumettre son parc nucléaire à des évaluations complémentaires de sûreté. L'une d'entre elles concerne l’ancrage des groupes électrogènes de secours « Post-Fukushima » construits par EDF sur les réacteurs 1 300 MW. Selon l'ASN, cet ancrage n’est pas assez résistant aux séismes. Un rapport qui concerne également les réacteurs 900 MW, comme ceux de Chinon...

L'ASN pointe un défaut de résistance au séisme d’ancrages des systèmes auxiliaires des groupes électrogènes de secours à moteur diesel des réacteurs d’EDF, à Chinon notamment.


« Le nouveau raté d’EDF dans le nucléaire concerne cette fois les diesels de secours « Post-Fukushima » », titrait ce mardi 19 mars 2019 le magazine L'Usine Nouvelle. Pour l'ASN, en effet, les travaux d’EDF pour mettre aux normes « Post-Fukushima » les groupes électrogènes de secours de ses réacteurs 1 300 MW ne sont pas au bon niveau de sûreté. Dans un communiqué, l'autorité pointe un « défaut de résistance au séisme d’ancrages des systèmes auxiliaires des groupes électrogènes de secours à moteur diesel des réacteurs d’EDF ».

Défaut sur les 1 300 mais aussi les 900 MWe

Dans son communiqué, l'ASN précise que le problème aurait été identifié par le géant de l'électricité il y a 2 ans : « EDF a déclaré en 2017 un événement significatif pour la sûreté portant sur l’absence de démonstration de résistance au séisme des ancrages dans le génie civil de systèmes auxiliaires des groupes électrogènes de secours à moteur diesel (diesels de secours) de de ses réacteurs électronucléaires de 1 300 MWe (NDLR mégawatts électriques) ». Suite au signalement d'EDF, l’ASN avait classé cet « événement significatif » au niveau 2 sur l’échelle INES (International Nuclear Event Scale, échelle internationale de classement des événements nucléaires). Le 3 avril 2018 puis le 16 novembre 2018, EDF a déclaré à l’ASN, après analyse du résultat de contrôles complémentaires, que les défauts de résistance au séisme s’étendaient à plusieurs autres réacteurs de 900 MWe.

Soit 11 réacteurs supplémentaires 900 MW concernés, dont les 4 de Chinon

L’ASN classe ainsi au niveau 2 de l’échelle INES cet événement significatif pour 11 réacteurs supplémentaires : les réacteurs 1 et 2 de la centrale nucléaire du Blayais, 1 à 6 de la centrale nucléaire de Gravelines, 1 et 2 de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux et 2 de la centrale nucléaire de Chinon. Cet événement est par ailleurs classé au niveau 1 de l’échelle INES pour les réacteurs 3 et 4 de de la centrale nucléaire du Blayais, 2 de de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly, 1 de de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, 1, 3 et 4 de la centrale nucléaire de Chinon et 1, 2, 3 et 4 de la centrale nucléaire du Tricastin, car ils sont également affectés par cet écart, mais à un degré moindre (1).

Saint-Laurent-des-Eaux, seule centrale équipée. Problème de génie civil pour les autres

Selon l'ASN, « l’évènement recouvre à la fois des problèmes de conception génériques à l’ensemble des réacteurs concernés et des problèmes locaux liés à un mauvais état ou à un mauvais montage des ancrages. Il a fait l’objet de notes d’information de l’ASN le 20 juin 2017, le 30 octobre 2017 et le 19 janvier 2018. Il concernait alors 26 réacteurs de 900 et 1300 MWe ». Le groupe EDF avait pris un engagement de mettre en place des diesels (groupes électrogènes) d’ultime secours pour la fin de l'année 2018 sur l'ensemble de son parc nucléaire. Sauf qu'aujourd'hui, selon l’Autorité de sûreté nucléaire, seule la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) est conformément équipée. Face à cette situation et à ces nombreux manquements, et en tenant compte des problèmes de conception et de génie civil connus par les industriels sélectionnés par EDF, l’ASN a été contrainte de donner un délai supplémentaire à EDF pour réaliser les travaux. L'autorité a donc décidé de repousser l'échéance des mises aux normes à la fin de l'année 2020.

Nota Bene : L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) rappelle que « chacun des réacteurs des centrales nucléaires françaises dispose de deux diesels de secours. Ces équipements assurent de façon redondante l’alimentation électrique de certains systèmes de sûreté en cas de défaillance des alimentations électriques externes, notamment à la suite d’un séisme. Les diesels de secours sont composés d’un alternateur, d’un moteur diesel et de systèmes auxiliaires (circuits de refroidissement, de prégraissage, etc.). En cas de perte des alimentations électriques externes provoquée par un séisme, le fonctionnement des diesels de secours pourrait ne plus être assuré, en raison de la défaillance de leurs systèmes auxiliaires ».
L’ensemble des réacteurs concernés par cet événement a fait l’objet de travaux aujourd’hui terminés pour renforcer les ancrages des systèmes auxiliaires des diesels de secours. Certains contrôles doivent toutefois encore être menés, notamment au cours d’arrêts de réacteur. L’ASN s’est assurée, dans le cadre de ses contrôles, de la bonne réalisation des travaux de renforcements des ancrages concernés.

(1) Les contrôles complémentaires ont également révélé de nouveaux défauts de résistance au séisme pour les réacteurs de la centrale nucléaire de Paluel, de Saint-Alban, de Belleville-sur-Loire et pour le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine. Pour ces réacteurs, les défauts sont de même nature que ceux ayant déjà fait l’objet des notes d’information précitées.


Article du 20 mars 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


11 commentaires :


Commentaire de bernadette fourré-jousselin dite mémé 20/03/2019 14:39:15

surtout pas d'affolement les centrales FRANCAISES sont au top niveau comme en Ukraine, comme aux Japon, pas de risques .....De toutes façons c'est le climat qui va faire mourir la planète, avant qu'elles explosent pour erreur humaine ou comme mauvaise construction ......... vive les panneaux et les éoliennes



Commentaire de muriel jourdan 20/03/2019 14:58:11

et vive plein de choses dont la defense de la nature et la fin de vie.



Commentaire de Mireille 20/03/2019 16:04:17

De toute façon, la comparaison est complètement stupide : le japon est un archipel volcanique avec la sismicité que l'on connait.
Auquel on rajoute la bétise des ingénieurs de l'époque, d'aller construire une centrale nucléaire en zone inondable!



Commentaire de Glouglou 20/03/2019 17:50:24

Des centrales en zone inondable comme le Blayais et Fessenheim....



Commentaire de !!! 20/03/2019 19:45:19

Et Mémé la Mélenchon Vénézuélienne pédale pour faire son propre courant pour faire fonctionner son ordi et nous sortir ces commentaires affligeants. A quand son départ chez madureau ou il n'y même plus de courant !!!



Commentaire de Nous ? Jamais... 20/03/2019 20:07:49

En cas de séisme... Nous ? Jamais !

Sauf que...

La terre a tremblé vers Brest, le 20 Mars, et un séisme de magnitude 4,9 s'est produit aussi vers 10h56, selon le Réseau national de surveillance sismique (RéNass), dont .l'épicentre serait situé du côté de Pauillac en Gironde. La secousse a été ressentie dans plusieurs quartiers de Poitiers.

En gros, cela ne se produit jamais... sauf quand cela se produit !



Commentaire de Jean 21/03/2019 08:42:55

Le tremblement de terre récent en Bordelais est totalement sans danger pour les centrales: cessons de nous faire peur svp...



Commentaire de berger 21/03/2019 09:40:47

Mme Mémé
Savez vous au moins à quoi correspond l'échelle INES utilisée pour mesurer les évènements nucléaires ?
Vous devriez vous renseigner ça éviterai de raconter des anneries sur un niveau 1 ou 2.



Commentaire de bernadette fourré-jousselin dite mémé 21/03/2019 15:29:32

BERGER je n'ai jamais parlé de niveau 1 et 2 Je suis contre le nucléaire un point c'est tout. j' ai fait venir 33 enfants de Tchernobyl ( pripiat ) eux ils ont trouvé les centrale française formidable !!!!!! Mais de tous ceux qui sont venus combien en restent-ils ? c'était 2 ans après Tchernobyl



Commentaire de suzanne B 21/03/2019 17:02:17

on ne peut pas comparer l'industrie russe à la française.
En russie, ils n'ont déjà pas les pièces pour réparer un tracteur alors une centrale nucléaire...........................



Commentaire de berger 21/03/2019 17:48:11

Mme mémé
Effectivement l'évènement de Tchernobyl a été une gigantesque catastrophe mais il faut savoir qu'il y a un monde qui sépare la centrale de Tchernobyl des centrales Française, tant au niveau technologique qu'au niveau sureté. De plus l'accident de Tchernobyl a été favorisé par des fautes humaines grossières (des éléments de sureté avait été chuintés) suivies d'initiatives correctrices inappropriées.
Pour conclure je trouve malhonnête de vouloir faire peur en créant un amalgame Tchernobyl/Chinon.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI