Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Le tireur "fou" longuéen condamné à 5 ans de prison

Ce vendredi 11 janvier, David Portier, 29 ans, longuéen, était devant le tribunal correctionnel de Saumur en comparution immédiate pour des faits qui lui étaient reprochés entre le 5 et 8 janvier (relire notre article). Ils succédaient à d'autres faits survenus mi-décembre en Indre et Loire, alors que le prévenu sortait juste d'un incarcération...


Le 11 décembre 2018, un homme de 29 ans, originaire de Longué sort de prison. Il avait commis des tirs envers des gendarmes en décembre 2017. À peine libre, il commence à importuner son ex-compagne, mère de 4 enfants, chez elle à Villiers-au-Boin (Indre-et-Loire). Le 14 décembre, l’homme tire en l’air avec son fusil devant chez elle. Le 18 décembre, Stéphanie Launay, lui fait savoir qu'elle ne souhaite pas donner suite à leur relation...Le 6 janvier 2019, vers 21h50, les gendarmes sont appelés pour tapage nocturne à Longué-Jumelles. Ils tombent sur le même homme qui a une cartouche à la main. Il insulte les deux gendarmes et se barricade chez lui. Le lendemain, les pompiers secourent un blessé dans cette même rue chez des voisins. Il les insulte et les menace de mort. L’ambulance des pompiers se réfugie chez les gendarmes pour se faire escorter à l’hôpital de Saumur. Un peu plus tard dans la nuit, l’homme menace un employé d’une entreprise de Longué-Jumelles et dégrade son fourgon. Il est signalé. Il rejoint l’adresse d’une femme, une de ses connaissances, et tire de nouveau avec son fusil en l’air. Elle appelle la gendarmerie. Un dispositif est alors mis en place. Une trentaine de gendarmes d’Angers et de Saumur se mettent activement sur sa trace. Entre 6 h et 8 h, mardi, les gendarmes l’interpellent dans son véhicule dans la commune de Vernoil-le-Fourrier. L’homme de 29 ans a été placé en garde à vue. Il comparaissait ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Saumur.

4 ans de prison requis

« Je m'excuse de mon comportement vis à vis des gendarmes et des pompiers et envers tout le monde. » C'est sur ces termes que David Portier a quitté le box des accusés du Tribunal de Saumur, avant que la cour ne se retire en délibéré. Préalablement et après près de 2 heures d'énonciations des faits, la procureur, au regard de son lourd passé – l'homme n'a cessé depuis 2007 de faire des aller-retour devant les tribunaux pour violences, outrages voir menaces de mort – avait requis 4 ans de prison ferme avec mandat de dépôt immédiat, qualifiant le prévenu de « tyran, même domestique » et de personne « dont tout le monde avait peur ». L'homme comparaissait quand même ce jour pour 15 infractions avec à nouveau outrages aux forces de l'ordre et aux pompiers, violences aggravées envers des proches, et ce en 4 jours de temps, du 5 au 8 janvier dernier ! Et ce n'est pas hagard qu'il siégeait dans le box, mais bien avec des regards perçants vis à vis des gendarmes présents.

Un homme fragilisé


De son côté, son avocate dans sa plaidoirie a demandé à ce qu'il soit jugé sur les derniers faits et non sur son passé. Et elle l'a décrit comme une homme "particulièrement fragile, d'autant plus fragilisé par sa rupture sentimentale", alors que ces derniers mois en prison, jusqu'au 11 décembre, il n'avait eu de cesse que de « se projeter dans l'avenir, solidifier son foyer, retrouver du travail en milieu d'insertion et avait même demandé à avoir un suivi psychologique durant son incarcération. » Puis pour son avocate, « tout s'est effondré en cette journée du 18 décembre 2018, date à laquelle sa compagne lui a annoncé qu'elle le quittait. Il s'est mis à boire, sans manger ni dormir, il a pété les plombs, et vous l'avez entendu, il le reconnaît lui-même et s'en excuse. »

5 ans de prison

Des excuses que n'auront pas entendu ses juges puisqu'allant au-delà de la requête du procureur : 5 ans de prison assortis d'1 an avec sursis avec obligation de soin et 3 ans de mise à l'épreuve, assortis d'obligation de ne pas s'approcher de son ex-compagne et d'une interdiction de permis de port d'arme. Par ailleurs, il devra, comme à leur requête, verser 800 € à chacun des 4 pompiers agressés, 1 012 € au SDIS pour couvrir les frais engendrés par le suivi psychologique des pompiers impliqués, de 800 € et 600 € aux deux gendarmes outragés. Et le prévenu de poser une dernière question après l'énoncé de son verdict : « Et si je m'approche de Mme Launay ? » La juge de lui répondre clairement « Tout entrave générera la révocation de votre année de sursis. »


Article du 12 janvier 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


3 commentaires :


Commentaire de La justice passe enfin! 12/01/2019 15:20:50

Drôle de langage pour une avocate: "il a pété les plombs" ou alors elle a beaucoup d'ironie. Je crains le pire le jour où cette avocate sera en rupture sentimentale...



Commentaire de Cheribibi 12/01/2019 21:20:54

Les avocats leurs trouvent des excuses a leurs attitudes ils doivent plaides pour leurs clients j en ai eut l apercue au vol de ma voiture vous comprenez il a perdu son pere etant ados moi j ai perdue un parent jeune c est pas pour autant que mes freres et soeurs et moi meme avons fait des conneries en.plus de perdre un parent il cause des soucis au parent qui reste j aurai pas choisit le metier d avocat defendre oui mais pas des situations comme le cas de longue violent et dangereux il aurait tirer sur les pompiers gendarmes ou passant !



Commentaire de Bertrand49 13/01/2019 21:15:47

Pour compléter votre info... dans sa commune il se faisait appeler "le boss" !!!
Fragile d'après son avocate ???? Mon œil plutot totalement abruti, connu pour des faits de braconnage nocturne.
Son casier judiciaire est long comme le bras....
Pas d'indulgence pour ce type d'individu !!!
Il va surement faire moins le malin dans les geoles de la république.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI