Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Yolande d'Anjou. Entre incertitude et espoir, la FCPE ne lâche rien et continue leurs actions

Proche de la décision et alors que des indiscrétions nous sont parvenues quant à un possible moratoire (lire par ailleurs), la mobilisation ne faiblit pas chez les parents d’élèves du collège Yolande d'Anjou de Saumur, voué à la fermeture à la rentrée prochaine. Enquête, argumentaire, rencontres académique et ministérielle, retour sur une semaine d'actions sans relâche.


Les actions ne manquent pas depuis la manifestation du jeudi 29 novembre (qui réunissait plus de 150 parents, professeurs, syndicats, élus devant le conseil départemental à Angers). En effet, le président Gillet est resté sourd aux nombreux arguments et au front uni de tout un territoire représenté par une intersyndicale de professeurs et de parents.

La balle dans de nouvelle mains


Depuis, la balle de la décision a changé de camps. En effet, lors du Conseil Départemental de l’Education Nationale du 30 Novembre, le préfet de Maine et Loire a indiqué qu'il ne signerait aucun arrêté avant la fin des élections professionnelles (6 et 7 décembre), et surtout qu'il suivrait l'avis du ministre de l'Education nationale qui a été sollicité par plusieurs politiques du saumurois. Ni une, ni deux, les parents ont donc sollicité audience auprès du directeur académique (fervent défenseur du projet de fusion selon les parents) pour essayer de le convaincre. Deux groupes de parents l'ont rencontré mardi 4 et jeudi décembre soir pour exposer les raisons de leur attachement à Yolande d'Anjou : proximité, pédagogie différenciée, équipe éducative soudée, effectif à taille humaine, personnalisation, sécurité, sections sportives, options qualitative art et patrimoine très appréciée et notamment pour les élèves les plus fragiles. Les réponses et moyens complémentaires apportés par Monsieur Déchambre n'ont convaincu aucun des parents, qui reconnaissent néanmoins qu'un effort sera fait pendant un an en termes de moyens, si le pire devait arriver.

Parents d'élèves : un métier à temps complet.

"En pleine période de conseils d’administration et conseils de classes, nous sommes actifs sur ce dossier, même le dimanche matin, pour nous réunir avec le collectif et réfléchir aux actions et études que nous pouvons mener pour convaincre les décideurs » témoigne Stéphanie Dagon, présidente FCPE du saumurois. Plusieurs membres du collectif ont étudié et dépecé l'étude qui a servi de base à la décision et ont fait une analyse chiffrée des taux de progression et d'occupation, analyse en désaccord avec celle du département.

Proximité : 1er critère de choix

Les parents ont conçu un questionnaire à destination des familles de primaires qui a été diffusé lundi 3 décembre pour connaitre les attentes d’un collège. Les familles devaient mettre leurs critères en ordre croissant : proximité, options, taille, statut, projet pédagogique et indiquer si elles souhaitaient privé ou public. Parmi les 95 premières réponses reçues de 5 écoles de Saumur (dont 2 proches du collège Yolande d'Anjou : les Récollets et le Clos Coutard). Ce jeudi 6 décembre, les réponses montrent bien que la proximité est le 1er critère de choix (70%), le second est le statut d'école publique, laïque, puis le coût de scolarité. La taille n'est pas dans les 3 premiers critères, mais est souhaité pour 60% des parents inférieure ou égale à 300 élèves et 75% à moins de 400 élèves. 3 % parents feront le choix du privé évoquant l'absentéisme des professeurs dans le public, et des règles plus strictes dans le privé. Enfin, les parents se sont fortement exprimés sur une demande de classes moins chargées entre 20 et 25 élèves (aucune question n'était posée à ce sujet)
Trois pages d’argumentaire détaillé (en PDF à télécharger) ont également été diffusées à tous les défenseurs de l’enseignement public, chaque jour plus nombreux, dont dernièrement un membre de l'académie française qui connait bien le territoire, ou une saumuroise, ex-pensionnaire de la villa Médicis à Rome.

La fédération nationale en renfort

La fédération nationale de la FCPE (une des deux seules représentatives), au travers de son nouveau Co Président, Rodrigo Arenas, a défendu le dossier rue de Grenelle mercredi 5 décembre , arguant de "l'importance de conserver un collège de centre ville face au privé, à conserver la mixité et les projets ambitieux de ce collège qui devrait être montré en exemple et non être sacrifier". Il a demandé audience pour que les parents de Yolande d'Anjou puissent défendre leur arguments auprès du Ministre. Pourquoi les parents s’opposent à un moratoire et demandent l’arrêt de ce projet de fermeture ? La présidente répond: "Nous savons, à quel point, les élèves ont besoin de stabilité et de sécurité, et les laisser dans la crainte d'être chassé et quitter leur collège serait dramatique. L'angoisse est déjà difficilement supportable pour les enseignants, les familles et les élèves depuis l'annonce de la fermeture. Les décideurs doivent rapidement stopper ce projet de fermeture. Rien ne justifie la précipitation, puisqu'à ce jour, les études montrent que les effectifs vont progresser jusqu'en 2022 pour le collège Yolande d'Anjou, et pourraient même se stabiliser en communiquant sur les très belles réussites de nos établissements et en récupérant leurs élèves au privé. Car contrairement à certaines croyances, les professeurs des établissements publics sont particulièrement bien formés, les projets pédagogiques de grande qualité et surtout ne laissent aucun élève sur le bord de la route. Enfin, ils ne se séparent pas des mauvais élèves pour conserver de bons taux de réussite."

PDF à télécharger : l'argumentaire pour conserver Yolande d'Anjou.


> Lire la suite de l'article en cliquant sur le PDF joint.

Article du 07 décembre 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI