Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



« Visitez Nos Entreprises » : Moins de business, plus de main-d'oeuvre

Le jeudi 25, vendredi 26 et samedi 27 octobre prochain, 183 entreprises des Pays de la Loire, dont 77 en Maine-et-Loire, ouvriront leurs portes au public pour les 3es Journées régionales de la visite d’entreprise (relire notre article). Outre l'aspect commercial de ces journées portes ouvertes pour les établissements, la problématique du recrutement sera au cœur de ces 3 journées. Surtout pour les métiers en tension...

Les transports routiers, un métier en tension parmi d'autres


Ces journées régionales de la visite d’entreprise auront lieu pendant les vacances scolaires de la Toussaint, pour permettre au grand public de découvrir les métiers et savoir-faire des entreprises des Pays de la Loire. À cette occasion, Julien Goudeau, président depuis quelques mois de l’association Visitez Nos Entreprises (VNE) en Pays de la Loire (1), qui est aussi responsable tourisme et relations publiques chez Ackerman, recevait quelques dirigeants d'entreprises participantes.

Des entreprises victimes de clichés ?

Lundi dernier, 4 représentants de divers secteurs étaient présents au sein de la Maison Ackerman, à Saint-Hilaire-Saint-Florent (Saumur). Ils ont exprimé leurs attentes quant à ces journées régionales de la visite d’entreprise. « Je sais que ça n'attire pas les foules, mais il faut se faire connaître », a expliqué Christian Hunault, dirigeant des transports Hunault, à Angers. Ainsi, il ouvrira les portes de son entreprise à 5 reprises pendant ces 3 journées. « Ces portes ouvertes me permettront je l'espère de changer l'image qui est souvent véhiculée des routiers. Dans notre entreprise et beaucoup d'autres, aucun routier n'est parti toute la semaine sans voir sa famille. Mes salariés rentrent chez eux tous les soirs et ils ne travaillent pas tous à longueur de journée dans la cabine de leur camion, mais aussi sur les quais pour la préparation de commandes, etc. », ajoute-t-il. Même son de cloche pour l'imprimerie Loire Impression à Saumur, représenté par Alexandre Leroy : « On pense souvent que les salariés de l'imprimerie travaillent sur de vieilles machines, mais nous disposons aujourd'hui de matériels très sophistiqués. Nos conducteurs de ligne sont formés aux outils technologiques ».

« Il y a une vraie tension depuis une année »

Les caves Louis de Grenelle de Saumur et Forget Formation, à Beaucouzé, étaient également présentes chez Ackerman, lundi dernier. Pour Françoise Flao, dirigeante des caves Louis de Grenelle, l'objectif premier ne sera pas de vendre un maximum de bouteilles aux visiteurs, mais plutôt de « motiver les jeunes à entrer dans le monde du vin. Ainsi, nous allons ouvrir le chai pour montrer le dégorgement, puisque nous avons besoin de main-d'œuvre à ce niveau-là ». Julien Goudeau a justement tenu à le rappeler : « Il ne faut pas que les entreprises s'attendent seulement à vendre plus pendant ces 3 jours. C'est la découverte des métiers, notamment en tension, qui prime sur le commerce lors de ces visites d’entreprise. Elles doivent susciter des vocations ». Des vocations, voire des reconversions professionnelles, qui seraient les bienvenues dans les métiers en tension. « Nous avons du mal à recruter des conducteurs de ligne chez Loire Impression », concède Alexandre Leroy. « Il y a une vraie tension depuis une année. Nous le voyons dans les transports, mais c'est plus général. Il y a un manque de transmission depuis des décennies. On doit faire découvrir les métiers à l'école. Aujourd'hui, ce n'est pas normal qu'un jeune arrive à l'âge de 18 ans sans n'avoir jamais vu quelqu'un travailler », regrette quant à lui Christian Hunault. « L'association VNE a mis en place des visites scolaires, mais à vous écouter, c'est vrai qu'on peut faire beaucoup mieux », a réagi Julien Goudeau.

Le Saumurois a-t-il du mal à se vendre ?

Ce fut l'une des autres problématiques abordées lors de cette réunion : l'attractivité du territoire Saumurois en matière d'emploi. Julien Goudeau, via son poste de président de l'association VNE en Pays de la Loire et sa situation géographique, en poste chez Ackerman à Saumur, « essaye de faire connaître le Saumurois, qui est un territoire riche, alors que tout tournait un peu autour de la Loire-Atlantique et de l'agglomération nantaise auparavant ». Pour Bernard Lebrec, journaliste au service communication de l'agglomération Saumur Val de Loire, il existe une « méconnaisse du grand public des entreprises saumuroises, que ce soient les petites ou les grandes entreprises. Pourtant, beaucoup méritent d'être connues, à l'image d'Équibois à Gennes-Val-de-Loire, une société qui fabrique des obstacles pour la majorité des compétitions équestres internationales... mais peu de monde le sait ! » Pour changer cela, le Saumurois veut s'appuyer sur le tourisme économique, pas seulement le tourisme classique. Selon Julien Goudeau, « le tourisme économique possède 2 avantages : il touche le public local et peut durer toute l'année ». En charge du tourisme dit « classique » à la société publique locale Saumur Val de Loire Tourisme, Juliette Besançon-Legros a confirmé « l'intérêt porté par la SPL et par l'Office de Tourisme à cet événement et au tourisme économique saumurois en général ».

Focus sur l’association Visitez Nos Entreprises


Comme elle l'explique, l’association « concourt au développement et à la promotion du tourisme de découverte économique sur le territoire régional ». En 2016, lors de la première édition, elle comptait 85 entreprises participantes dans la région des Pays de la Loire, puis 109 en 2017, avec près de 4 000 visiteurs, et enfin 183 en 2018. Sur le département de Maine-et-Loire, 46 entreprises ont participé en 2016, 44 en 2017, puis 77 en 2018. « Le département 49 est celui qui se mobilise le plus pour cette 3e édition. Il compte 77 entreprises participantes, contre 45 dans la Vienne, 33 en Loire-Atlantique, 16 dans la Sarthe et 12 en Mayenne. Nous aimerions en recruter plus dans ces 2 derniers départements », concède Julien Goudeau. Mais d'ajouter : « On attend bien plus de visiteurs cette année au niveau régional, vu le nombre exponentiel d'entreprises. Qui plus est, en 2018, nous avons eu le plaisir d'apprendre le retour de quelques mastodontes, tels que Cointreau (Angers) ou encore Les Chantiers de l'Atlantique (Saint-Nazaire). L'association VNE des Pays de la Loire n'a pas d'équivalent dans les autres régions de France. Nous regroupons 50 entreprises membres, dont 8 associées, et notre association peut compter sur le soutien financier de la région des Pays de la Loire et le soutien technique des Chambres de Commerce et d'Industrie », contextualise Julien Goudeau. Dans toute la France, ces journées de visite d'entreprise ont accueilli 13 millions de visiteurs sur les 5 000 entreprises ouvertes, dont 425 000 visiteurs en région Pays de la Loire.

Nota Bene : Découvrez le programme complet et toutes les entreprises ouvertes, en cliquant ici.


Article du 10 octobre 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI