Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Polémique sur le Tour de France en Pays de Loire. Bruno Retailleau contre-attaque Gilles Bourdouleix

Bruno Retailleau, conseiller régional des Pays de la Loire, a envoyé un communiqué ce lundi soir en réponse aux propos de Gilles Bourdouleix, maire de la Ville de Cholet. Pour rappel, ce dernier avait critiqué le rôle joué par la Région dans l'organisation du départ du Tour de France dans les Pays de la Loire et remis en cause l'honnêteté de Bruno Retailleau, alors président de la Région. Le communiqué de Bruno Retailleau...

La guerre politique continue entre Retailleau et Bourdouleix


« Lorsque Gilles Bourdouleix a commencé, il y a quinze jours, à critiquer le rôle joué par la Région dans l'organisation du départ du Tour de France dans les Pays de la Loire, je n'ai pas réagi pour ne pas donner d'importance aux dérapages, dont Gilles Bourdouleix est coutumier et pour préserver le Tour d'une polémique clochemerlesque parfaitement désolante.

Seulement, depuis quelques jours, la ligne rouge de la violence est franchie. En m'accusant dans un mail adressé à ASO, et largement repris dans la presse, d'avoir détourné de l'argent public au profit de la Vendée, Gilles Bourdouleix essaie de porter délibérément atteinte à mon honneur et à mon honnêteté en même temps qu'il met en cause le sérieux de la Région. Il est hors de question que je laisse passer cette nouvelle sortie de route de Gilles Bourdouleix et je tiens donc à lui répondre point par point, notamment pour éclairer les élus du Choletais avec lesquels j'ai toujours entretenu d'excellentes relations.

Contrairement à ce qu'il écrit dans son mail, la Région n'a jamais versé de subvention à la Vendée pour lui permettre d'accueillir le départ du Tour de France. C'est un mensonge de Gilles Bourdouleix ; chacun peut le vérifier.

Sur l’enveloppe des 3 millions d’euros qui permet de financer les 4 étapes du Grand Départ, la Région verse 602 000 euros à l'organisation du Tour (ASO). Cela permet à différents territoires des Pays de la Loire d'accueillir le Tour de France : la Vendée, mais aussi La Baule, Cholet et Châteaubriant. Il s'agit d'une démarche solidaire entre différents territoires ligériens, qui a depuis le début fait l'objet d'un parfait consensus. Sans cette formule, le Tour ne ferait pas son Grand Départ dans 3 départements des Pays de la Loire cet été. C'était donc une formule gagnant/gagnant : c'est pour cela que cette répartition avait été proposée et acceptée par tous.

Ensuite, c'est Cholet qui n'a pas respecté ses engagements. Au premier semestre 2016, une clé de répartition financière avait été décidée :

- 2 millions d’euros pour le Département de la Vendée (dont 1 million 250 000 euros pour le Conseil départemental de la Vendée, 350 000 euros pour La Roche-sur-Yon ; 150 000 euros pour Noirmoutier et Fontenay-le-Comte ; 100 000 euros pour Mouilleron-Saint-Germain),
- 580 000 prévus pour la Région des Pays de la Loire,
- 250 000 euros pour Cholet,
- 120 000 euros pour La Baule,
- 50 000 euros pour Châteaubriant.

Cette répartition a été rectifiée à la demande de Cholet pour réduire sa participation ; ce que la Région a accepté. Au final, Cholet et la Région ont versé :

- 228 000 euros pour Cholet (au lieu 250 000 euros initialement),
- 602 000 euros pour la Région (au lieu des 580 000 prévus à l'origine).

Par ailleurs, Gilles Bourdouleix a été tenu au courant, étape par étape, des négociations entre le Tour et les différentes collectivités. De nombreuses réunions ont eu lieu entre les équipes de Cholet et les équipes de la Région. La convention qui lie la Région aux autres collectivités a été votée par les élus du Choletais le 13 novembre 2017 et signée par Gilles Bourdouleix le 24. Tous les termes de cette convention ont été scrupuleusement respectés et la Région a même accepté de diminuer sa visibilité sur la partie vendéenne pour permettre aux villes de Cholet et de La Baule d'être plus visibles sur leurs territoires respectifs.

Enfin, la Région n'a eu de cesse ces derniers mois d'améliorer la visibilité de Cholet, sous les instances pressantes de Gilles Bourdouleix. La Région a laissé à Cholet plus de places dans les tribunes et sur le podium que ne le prévoit la convention. Par ailleurs, la Région a valorisé Cholet comme étape du Grand Départ dès le mois de novembre dans les colonnes de son magazine, lui consacrant ensuite une page en mai 2018 puis de nouveau une double page dans le numéro spécial du magazine régional consacrée au Tour de France où une citation de Gilles Bourdouleix a été intégrée ; enfin, une affiche spéciale diffusée en Maine-et-Loire a été éditée et financée par la Région avec une illustration du Musée du mouchoir de Cholet, et la présence des logos de la Ville et de l'Agglomération de Cholet.

Tout ceci est donc profondément déplorable, et je m'interroge sur les réelles motivations de Gilles Bourdouleix.

- Pourquoi Gilles Bourdouleix ne m'a jamais fait part de ses désaccords ou de ses interrogations ?
- Pourquoi Gilles Bourdouleix se manifeste-t-il à la veille du Départ, alors qu'il n'a jamais remis en cause les principes de répartition qui ont toujours été parfaitement transparents, et pourquoi a-t-il au final validé la Convention si elle ne lui convenait pas ?
- Pourquoi Gilles Bourdouleix demande-t-il à ses élus de critiquer une convention qu'il leur a demandé de voter ?
- Pourquoi le mail de Gilles Bourdouleix à ASO a-t-il été transmis par un de ses proches au leader de la gauche régionale ?
- Pourquoi Gilles Bourdouleix parle-t-il de détournement d'argent public alors qu'il sait parfaitement qu'il n'en est rien ?

Comme souvent, les réactions de Gilles Bourdouleix sont aussi brutales que leurs motivations sont obscures.

Mais je n'accepte pas que Gilles Bourdouleix instrumentalise le Tour de France pour régler je ne sais quels comptes. Je n'accepte pas non plus qu'il remette en cause tout le travail fourni par les collectivités ligériennes et leurs équipes sur le coup d'un caprice ou pour une place sur un podium. Et je n'accepte pas, enfin, que Gilles Bourdouleix mette en cause mon honneur et mon honnêteté.

Il est irresponsable de prendre ainsi le Tour en otage à trois jours du Grand Départ. Je souhaite désormais que chacun tourne la page de cette polémique stérile et se rassemble autour des valeurs de fair-play qui font la beauté du sport... mais aussi la crédibilité de l'engagement public.

Bruno Retailleau

Conseiller régional des Pays de la Loire ».


Article du 03 juillet 2018 I Catégorie : Politique

 


1 commentaire :


Commentaire de VBOISSIN 04/07/2018 08:19:25

Retailleau et Bourdouleix , c'est "bonnet blanc" et "blanc bonnet"....Ce sont les mêmes....


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI