Projet de réforme de l’apprentissage : la présidente des Pays de la Loire demande du bon sens

Le gouvernement a décidé de réformer l'apprentissage. Suite à la présentation ce vendredi 9 février, la première réaction de la présidente du Conseil régional des Pays de la Loire, Christelle Morançais, est d’abord de l’incompréhension puis une déception.


Le prochain chantier social du quinquennat d'Emmanuel Macron, c'est la réforme de l'apprentissage, faisant de cette voie de formation un levier pour endiguer le taux de chômage des jeunes, d'environ 22% en France pour les 15-24 ans. L'ambition selon le gouvernement : « transformer le dispositif actuel d'organisation et de fonctionnement de l'apprentissage pour en faire un élément clé, la meilleure des solutions peut-être pour lutter contre le chômage des plus jeunes" . Pour cela, le gouvrenement souhaite engager une "révolution copernicienne", avec la volonté de remettre les entreprises au cœur du dispositif de financement et de gestion. On passerait d'une logique dite "administrée" dans laquelle les centres de formation d'apprentis (CFA) se finançaient en grande partie auprès des régions à une logique dite de marché. Le financement se fera ainsi au nombre de contrats signés. Les branches professionnelles détermineront le "coût contrat" de chaque diplôme ou titre professionnel. Les partenaires sociaux "co-écriront" les diplômes professionnels de l'Etat pour correspondre davantage aux besoins en compétences des entreprises. Les régions perdent donc la main sur les 51% de la taxe d'apprentissage qui leur était reversés pour financer le secteur.
Elles disposeront toutefois encore d'une capacité de subvention de 250 millions d'euros par an auprès des CFA pour tenir compte des spécificités de l'aménagement du territoire, ainsi que d'une dotation de 180 millions d'euros par an pour investir dans la création de nouveaux CFA ou procéder à des rénovations importantes.

D'accord mais « pas au mépris du bon sens »

Suite à cela, la présidente de la Région Pays de la Loire, collectivités en charge de cette compétence réagit : « Nous sommes tous unanimes sur la nécessité de réformer l’apprentissage mais pas au mépris du bon sens ni sans un bon pilote. Là où le Gouvernement annonce une transformation, nous voyons plutôt une complexification qui risque d’aboutir à une véritable usine à gaz.
La priorité n’est pas de faire table rase de ce qui fonctionne ni de faire abstraction du travail mené en région. C’est stupéfiant lorsque l’on sait que la plupart des mesures annoncées, aujourd’hui, ont déjà été mises en place en Pays de la Loire à l’instar de l’aide au permis de conduire, du relèvement de l’âge d’accès à l’apprentissage pour les 26-30 ans, de la Prépa apprentissage ou le maintien en CFA de jeunes ayant vécu une rupture de contrat…
Ces propositions nous interrogent au moment même où nous affichons de très bons résultats démontrant toute notre légitimité à en conserver la gestion. Notre Plan de relance de l’apprentissage issu d’une large concertation, a permis une forte évolution du nombre d’apprentis de plus de 11% en 2 ans (plus de 3500 apprentis). Un véritable succès hissant notre Région, au premier rang des Régions de France pour l’apprentissage.
Cette réussite a été rendue possible parce que, de par la proximité et les compétences qui sont les nôtres, notamment en matière de formation et de soutien à l’économie, nous avons pu fédérer l’ensemble des acteurs dans un souci d’équité et de respect des territoires.
Nous défendons aujourd’hui cette position, non par caprice ou posture politique, mais par conviction : notre seul objectif est de favoriser la réussite individuelle et collective des jeunes. Pour ce faire, les Régions doivent prendre toute leur place dans le dispositif de l’apprentissage. Or, au vu des enveloppes budgétaires qui nous sont proposées, le compte n’y est pas.
Nous ne voulons pas être complices d’un système qui risque d’aboutir non seulement à une complexification avec près de 700 branches différentes en responsabilité mais pire à des fractures territoriales dans l’accès à l’apprentissage.
Dans ce contexte, je souhaite réaffirmer ma détermination à faire entendre la voix des Pays de la Loire afin de relever le défi collectif de donner à l’apprentissage toute la place qu’il mérite au service de nos jeunes, de nos territoires, et de notre économie. »


Article du 10 f�vrier 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI