Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Budget 2018 de la Région Pays de la Loire : d’autres choix sont possibles pour le groupe PS

Le Conseil régional se réunit en fin de semaine, pendant trois jours, pour étudier le budget 2018. Ce budget est important : c’est le dernier budget qui permettra à la majorité régionale de prendre des décisions qui auront un impact avant la fin du mandat. Pour le Groupe socialiste, écologiste, radical et républicain, « malheureusement, entre des baisses drastiques dans des domaines cruciaux comme le développement économique ou la formation professionnelle et le démarrage à vitesse réduite de la Stratégie d’Investissement dans les Lycées, il y a lieu de s’inquiéter sur les choix de la majorité et sur la vision qu’elle propose à long terme pour notre région. » Leur communiqué.


I. La majorité régionale baisse les bras

La majorité revendique avoir lancé 90% des mesures qui constituaient son programme d’action pour le mandat. Elle assume donc renoncer à lancer des politiques et dynamiques nouvelles au cours des trois prochaines années. Et pourtant, c’est maintenant qu’il faudrait inverser la tendance. En effet, les budgets passent et se ressemblent. La majorité régionale confirme ses choix négatifs pour l’avenir du territoire : près de 40 millions d’euros pour les routes et des coupes toujours plus importantes dans les secteurs de la recherche, de l’innovation, de la formation des chômeurs et des lycées. Ainsi, par rapport à 2015, dernière année du mandat de Jacques Auxiette, on constate :
- -77 millions d’euros sur le développement économique, l’enseignement supérieur, l’innovation et la recherche : -1/3 sur l’ensemble de la commission ; division par deux sur enseignement supérieur, recherche et innovation
- -50 millions d’euros sur l’éducation et les lycées
- -30 millions d’euros sur l’emploi, la formation professionnelle et l’apprentissage

Pour Frédéric Béatse, Conseiller régional : « la Région n’impulse plus, elle se contente de gérer les affaires courantes. Où sont les nouveaux projets structurants pour l’avenir des Pays de la Loire ? Quel est le cap de la Région ? Nous n’en savons toujours rien et le risque est que rien ne se passe avant la fin du mandat si des décisions fortes ne sont pas prises maintenant ! ».

II. Un budget alternatif de 115 M€ pour proposer un autre chemin

La Région pourrait avoir une autre politique plus ambitieuse et davantage en phase avec les besoins du territoire, sans compromettre l’équilibre financier. En proposant un budget alternatif de 115 M€, nous montrons qu’un autre chemin est possible. Ce plan est intégralement financé par des redéploiements au sein du budget 2018 et entre années budgétaires (budgets non-affectés en 2017). Il prend également en compte une meilleure évaluation de la réalité des recettes et ceci, sans augmentation de la dette.
35 millions d’euros pour relancer les investissements d’avenir en Pays de la Loire
- 25 M€ pour un appel à manifestation d’intérêt permettant de soutenir les investissements et les projets collectifs dans la recherche et l’innovation
- 10 M€ pour un appel à manifestation d’intérêt pour faire émerger les grands projets de transition énergétique sur les territoires

« La Région doit aujourd’hui donner un signal fort aux acteurs des Pays de la Loire. Notre région est pleine de projets d’avenir qui ne se manifestent plus par dépit. Le Conseil régional doit permettre à chacun de se manifester à nouveau en sachant que la Région pourra être au rendez-vous, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. C’est maintenant qu’il faut réveiller la dynamique de projet en Pays de la Loire », estime Christophe Clergeau.
72 millions d’euros pour répondre aux besoins des Ligériens et au défi démographique
- Doubler les sommes allouées aux travaux dans les lycées en ajoutant 50 M€ pour les travaux dans les lycées afin de répondre au défi démographique
- 7 millions pour répondre aux besoins de la jeunesse (logement, nouveau pacte pour l’autonomie des jeunes, rétablissement d’ordipass, lutte contre les discriminations)
- 15 millions pour la formation des chômeurs : 5 millions en 2018 pour former plus de personnes dès l’année prochaine et 5 millions supplémentaires en 2019 et 2020 pour renforcer la future offre de formation de la Région

5 millions d’euros pour dynamiser les projets associatifs et culturels en Pays de la Loire
- 4 millions d’euros pour financer le plan « vie associative » (emplois aidés régionaux, conventions d’objectifs, soutien aux projets d’innovation sociale…)
- 1 million d’euros pour relancer la dynamique de création culturelle en Pays de la Loire et soutenir les projets émergents

3 millions d’euros en urgence pour assurer le soutien aux conversions en agriculture biologique en 2018 avec, en complément, un redéploiement des fonds FEADER.

III. Stratégie d’investissement dans les lycées : il faut passer à l’action !

Vers un mandat blanc ?
La stratégie d’investissement dans les lycées 2018-2024 était attendue, depuis plus d’un an. Pour Maï Haeffelin, « en voyant le document proposé, on comprend mieux pourquoi elle a tardé à venir : ce n’est pas une stratégie ! Hormis les propositions de travaux pour 2018, il n’y a rien d’annoncé pour les années suivantes. Soit ils ne le savent pas et c’est grave, soit ils ne le disent pas et c’est un défaut de transparence ! La seule chose que l’on sait c’est que la Région veut dépenser 780 millions d’euros d’ici 2024 et qu’une part importante de cette somme correspond à des engagements de la majorité de Jacques Auxiette. Personne ne sait où et quand ils seront dépensés ni pour quoi ».
"On aurait pu penser que la majorité engagerait beaucoup d’argent dès l’année 2018, mais finalement, elle ne programme que 40 millions d’euros, soit uniquement 20 millions d’euros de plus qu’en 2017 alors que la moyenne du mandat précédent était de 100 millions d’euros. En crédits de paiement (crédits dépensés dans l’année), ce sont seulement 70 millions d’euros qui ont été prévus en 2018, contre 90 en moyenne dans le mandat précédent. « Malgré l’année blanche de 2017, la Région reproduit ses erreurs. Ce n’est pas à la hauteur des enjeux et ne répond pas aux besoins démographiques que nous constatons ! » explique Christophe Clergeau, « si la majorité régionale ne prend pas aujourd’hui des décisions, alors il n’y aura rien d’ici à son départ et ce sera alors un mandat blanc ! ».

Une concertation inexistante
L’exemple du Sud Loire est flagrant : avant même de lancer la concertation destinée à déterminer l’emplacement du futur lycée, les appétits s’aiguisent et de nombreux élus locaux se positionnent alors qu’il faut étudier toutes les pistes possibles. La Région a trop tergiversé pour décider de la construction de ce lycée, laissant les familles, acteurs éducatifs et élus locaux sur leur faim. Il aurait mieux fallu annoncer un projet clair et précis afin d’éviter les tensions et les frustrations sur le territoire.
« Enfin, la Région doit aller plus loin et proposer une concertation sur tous les secteurs en tension, que ce soit ceux qui perdent des lycéens chaque année (nord et sud Sarthe, nord Mayenne) et ceux pour lesquels il y a un besoin démographique (Agglomérations d’Angers et du Mans). Cette absence de vision générale à long terme est inquiétante et démontre l’absence de volontarisme, depuis le début de mandat, sur un sujet d’avenir aussi important que la réponse aux besoins des jeunes ! » conclut Maï Haeffelin Conseillère régionale.
Les attaques contre la gestion précédente sont définitivement abandonnées. La qualité de la gestion de Jacques Auxiette est désormais reconnue. D'ailleurs, tous les indicateurs montrent une trajectoire financière proche de celle que nous avions prévue.

Article du 20 décembre 2017 I Catégorie : Politique

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI