Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Beaumont-en-Véron. Clap de fin pour le centre de « déradicalisation »

Comme annoncé, le Gouvernement a mis fin à l'expérience de la « déradicalisation » à Beaumont-en-Véron, en Indre-et-Loire. Implanté sur le site de Pontourny, il fut le premier Centre de Prévention, d’Insertion et de Citoyenneté de France (CPIC) de France. « L'expérience ne s'est pas révélée concluante », a affirmé le Ministère de l'Intérieur, ce vendredi 28 juillet 2017. Preuve en est, le CPIC du 37, qui a hébergé jusqu'à 9 personnes, était vide depuis le mois de février dernier. Le communiqué...



L'État s'est fait une raison. « L'expérimentation d'un centre d'accueil ouvert, fonctionnant sur la base du volontariat, a montré ses limites », a expliqué ce vendredi le Ministère de l'Intérieur. Cet établissement, unique en son genre, avait pour projet d'accueillir des « jeunes radicalisés en voie de marginalisation ». Il avait ouvert ses portes en septembre 2016 (relire notre article). D'une capacité de 25 places, le Centre de Prévention, d’Insertion et de Citoyenneté d'Indre-et-Loire n'a réuni que jusqu'à 9 personnes. Depuis le mois de février dernier, le site de Pontourny était d'ailleurs vide. « Aucun de ces jeunes n’a suivi le programme jusqu’à son terme », a ajouté le Ministère dans un communiqué...

Le communiqué du Ministère de l'Intérieur, publié ce vendredi 28 juillet 2017 :

« En septembre 2016, le gouvernement avait, à titre expérimental, décidé d’ouvrir, à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire), un premier centre de prévention, d’insertion et de citoyenneté avec pour objectif de « préparer, proposer et dispenser une offre et un programme pédagogique utiles à la réinsertion de jeunes radicalisés en voie de marginalisation ».

Conçu pour accueillir 25 pensionnaires, sur la base du volontariat, le centre n’en a effectivement accueilli que 9. Aucun de ces jeunes n’a suivi le programme jusqu’à son terme.

Depuis février dernier, la structure n’accueille plus aucun pensionnaire.

Malgré la compétence, la détermination et l’investissement des personnels du centre, qui ont démontré leur savoir-faire pour assurer une prise en charge pluridisciplinaire des bénéficiaires, l’expérience ne s’est pas révélée concluante. L’expérimentation d’un centre d’accueil ouvert, fonctionnant sur la base du volontariat, a montré ses limites.

Le gouvernement a ainsi décidé de mettre un terme à l’expérimentation conduite à Pontourny, sur la commune de Beaumont-en-Véron.

Le préfet d’Indre-et-Loire a été chargé d’entamer sans délai les consultations locales pour envisager la reconversion du site. Une attention toute particulière sera portée à la situation des salariés du site, qui bénéficieront d’un accompagnement individuel de la part des services de l’État, en liaison avec la ville de Paris dont dépendent les agents titulaires du site.

La reconversion à venir du centre de Pontourny ne signifie pas l’abandon d’une politique de prise en charge des publics en voie de radicalisation dans des structures adaptées. Le gouvernement étudiera, notamment, la possibilité d’ouvrir des structures de petite taille pour y accueillir des individus sous main de justice et y développer des solutions alternatives à l’incarcération.

La secrétaire générale du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) a été chargée de faire des propositions en ce sens, en lien étroit avec les ministères de l’Intérieur et de la Justice et l’ensemble des acteurs concernés. Elles seront examinées dans le cadre d’un comité interministériel de prévention de la radicalisation, qui sera réuni par le Premier Ministre à l’automne.

La réflexion sur le format de ces centres et leur adaptation aux différents publics ayant vocation à y être accueillis s’inscrira dans le cadre de la politique ambitieuse que le gouvernement entend conduire en matière de prévention de la radicalisation, qui sera guidée par les principes suivants :

- La professionnalisation du dispositif de prévention, avec un recours accru aux acteurs reconnus sur le terrain, travailleurs sociaux et professionnels de la santé mentale notamment ;
- Le développement de l’évaluation systématique des actions conduites ;
- Le renforcement du travail auprès des acteurs de l’internet pour le retrait des contenus de haine et djihadistes ;
- Le renforcement du soutien à tous les acteurs de la société civile engagés dans le contre discours ».


Article du 28 juillet 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


5 commentaires :

28/07/2017 19:43:53 Commentaire de radicala

es bisounours qui nous ont gouvernés et qui malheureusement nous gouvernent encore, ont commis la grosse erreur de ne vouloir "accueillir" que des jeunes"VOLONTAIRES en voie de déradicalisation".C'était à se tordre de rire! A moins d'être inculte,d'avoir un Q I très en dessous de la moyenne , d'être incompétent ,comment peuvent ils croire qu'un musulman radicalisé ,prêt à se faire tuer pour Allah puisse renier son idéologie religieuse qu'il a sans doute dans ses gènes?Et même quand ils font semblant pour" qu'on les lache",dans leur tête ,rien n'est changé et ils attendent d'autres opportunités pour agir.(ce que feront les 30 000 fichés S).Un musulman radicalisé n'abjurera jamais ses convictions et sa religion,eventuellement le peu de non musulman fraichement convertis dont la mort n'a pas la même signification?.Mais qu'en faire?il y a 3 siècles on les auraient envoyés aux amériques .On comprend mieux le comportement des descendants des bannis que l'on y avait envoyé.Les chiens ne font pas des chats.Dans la lune serait la meilleure solution! Mais Guantanamo couterait moins cher!


28/07/2017 20:20:48 Commentaire de Bouffonnerie...

Et combien nous aura coutée cette blague ? Ha oui: "ça faisait bien", vis à vis de l'électorat... On va encore chercher à faire gober des couleuvres aux Pinpins pendant combien de temps ? Là il y a clairement foutage de gueule... Soulagez vous dans les urnes!!!


29/07/2017 06:54:57 Commentaire de quiquidit

Comme disait un homme politique du siècle dernier" c'est fou ce que l'on peut faire avec l'argent des autres"


30/07/2017 10:09:00 Commentaire de brugiere

Dans ce monde en furie, les socialistes écolos ( pour une fois ) nous ont fait rire... rire jaune d'accord... rire de rage, d'accord...mais rire. cette bouffonnerie sans limite, mais qui a eu un coût très sérieux avec au moins 20 rééducateurs probablement sans formation, ni aux musulmans ( savaient ils ce qu'est un adepte d'allah) ni à la guerre ( quelle a été leur expérience face à un djihadiste ?) auront coûté cher au contribuable. Sauf que ceux qui étaient d'accord avec cette expérience, probablement ne payaient pas d'impôts. Bref, nul et archi nul sauf que ces centres pouvaient servir à encore plus de radicalisation. Je pense même, qu'à peine sortis de leur réeducation, ils auraient fait sauter les maisons du coin. pour se faire la main. Pourtant, la seule façon de les mater c'est de réinventer la "bleuite" mise au point par le capitaine Leger en Algérie. Elle fut efficace. A l'inverse, ceux qui ont inventé ces centres, avec de l'argent dont nous manquons partout ailleurs ( sauf pour les Jeux Olympiques bien sûr ) sont des cinglés qu'il faudrait enfermer avec une camisole.


31/07/2017 09:18:56 Commentaire de Lolo de Pocé

Erreur politique majeure, mais personne n'est responsable? dans n'importe quelle entreprise un tel scandale coûterai le poste au responsable, mais là RAS. Il n'y a même aucun journaliste pour oser poser la question du coût de tout cela?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI