Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


L'économie de croisière du Festival d'Anjou

Du 12 juin au 1er juillet, les sketchs et pièces de théâtre du Festival d’Anjou ont régalé le public du Château du Plessis-Macé. Depuis 1950, l’évènement rassemble environ 25 000 personnes et de belles têtes d’affiches. Le festival connaît un équilibre économique modèle. Bien qu’il touche plus de 40 % du budget en subvention du département, l’affaire n’est habituellement pas si évidente. Zoom sur une économie qui roule pour un bel évènement.



Michel Drucker, Gaêl Giraudeau, Patrick Modiano, Bruno Salomone… Il y avait du beau monde au Château du Plessis-Macé pour combler le 68e Festival d’Anjou. Economiquement, les organisateurs s’y retrouvent. Souvent, ce type d’évènement apporte beaucoup d’un aspect culturel mais il est difficile d’être rentable.

Un énorme budget, merci aux subventions et aux entreprises!

Le budget du festival s’élève entre 1,6 et 1,8 million d’euros par an, une grosse somme. Et pour payer de telles sommes, il faut des partenaires. Cela commence par les subventions des collectivités qui montent jusqu’à 870 000 euros cette année, dont 550 000 sont payés par le département.
Pour le reste, c’est le travail d’Anne-Françoise Floch, chargée des relations extérieures, et elle le fait visiblement plutôt bien. Les partenariats avec les entreprises ont superbement fonctionné puisque 600 000 euros ont été récoltés. Côté billetterie, le festival a engrangé 520 000 euros, autant dire que le budget de départ est largement remboursé.

Le mécénat, une pièce essentielle au financement

Douze entreprises mécènes sont à relever. Elles sont indispensables au bon déroulement du festival, financent les prix décernés, l’éclairage, l’audiodescription…

La longévité du festival assurée par son programme

Si le festival subsiste, c’est que chaque année il attire beaucoup de monde au Plessis-Macé et offre un plateau plus qu’intéressant. Le public angevin ne peut qu’apprécier le fait de rencontrer de réelles pointures du sixième art. Après Alex Lutz l’an passé, c’est Bruno Salomone qui a eu l’honneur de boucler cette 68e édition de l’évènement. Longue vie au Festival d’Anjou!

Article du 07 juillet 2017 I Catégorie : Culture

 


1 commentaire :

07/07/2017 20:25:43 Commentaire de MC LUTZ

Une programmation sans intérêt et des places hors de prix....


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI