Samedi 28 Mai
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
CULTURE

Culture. La chronique culture d'Anthony Bussonnais

Désormais un mercredi sur deux, l'auteur Saumurois Anthony Bussonnais vous distille ses conseils culture en proposant une série, un film, un album, un livre, une bande dessinée, un podcast ou encore une chaine Youtube.

IMG


DÉSIGNÉ COUPABLE (disponible en DVD, Blu-Ray et VOD)


Capturé par le gouvernement américain, Mohamedou Ould Slahi est détenu depuis des années à Guantánamo, sans jugement ni inculpation. À bout de forces, il se découvre deux alliées inattendues : l'avocate Nancy Hollander et sa collaboratrice Teri Duncan. Avec ténacité, les deux femmes vont affronter l'implacable système au nom d'une justice équitable. Leur plaidoyer polémique, ainsi que les preuves découvertes par le redoutable procureur militaire, le lieutenant-colonel Stuart Couch, finiront par démasquer une conspiration aussi vaste que scandaleuse. L'incroyable histoire vraie d'un combat acharné pour la survie et les droits d'un homme.

Inspiré d'une incroyable et scandaleuse histoire vraie, ce film témoigne de l'ignominie de Guantanamo et d'un aveugle désir de justice. Peu importe qui, du moment qu'on trouve des coupables. Un récit puissant, qui prend aux tripes, révoltant, et bouleversant à la fois. Tahar Rahim excelle (comme toujours) dans le rôle principal, celui de Mohamedou, désespéré mais plein d'humanité. Jodie Foster, qui campe son avocate, brille tant elle semble habitée par sa mission. Rien ne nous est épargné (les tortures, les humiliations...), tout nous est révélé (les malversations, les violations de droits...) : un film utile. Un témoignage d'une époque, de notre époque puisque le camp de Guantanamo (créé en 2001) a survécu aux présidents successifs des États-Unis et compte, aujourd'hui encore, une quarantaine de détenus, dont dix attendent toujours d'être jugés.

CIVILISATION (Orelsan)

Quatre ans après le précédent, Orelsan fait un retour remarqué avec Civilisation, son quatrième album solo. Déjà disque d'or avant sa sortie (grâce aux précommandes), il a détrôné PNL avec un nouveau record de ventes, puisque 94 306 exemplaires se sont vendus en 3 jours. C'est le titre L'odeur de l'essence (et son magnifique clip) qui lance le projet, dans lequel le rappeur caennais dresse un constat froid et lucide de notre société où « plus personne écoute, tout le monde s'exprime », salué par son public et les médias spécialisés – tandis que certains autres osent lui reprocher de ne pas satisfaire aux intentions qu'ils lui prêtent, et qui ne sont pas du tout les siennes. Parce que depuis toujours Orelsan ne fait que ce qu'il veut, comme il le veut. « Tu suis la mode, on fait la mode » (Du propre). Il a depuis ses débuts fait le choix de la liberté, toujours entouré de la même équipe, fidèle à lui-même, « Orel et Gringe, Ablaye et Skread, j'aimais pas l'jeu, j'ai changé les règles » (Shonen). Au fil des titres, Orelsan dépeint parfaitement notre époque. Ses travers, sa noirceur. Mais celui qui s'est fait connaitre en racontant ses échecs livre aussi ici un peu d'espoir, et chante même l'amour, comme il ne l'avait jamais fait. « À quoi ça sert de dire : "Je t'aime", si j'ai jamais vraiment dit pourquoi ? Parce que t'as su rester la même, tu m'as sauvé d'tellement d'mauvais choix » (Athéna). Certains morceaux témoignent plus que d'autres de son talent, comme le très conceptuel Manifeste, qui nous plonge au cœur d'une manifestation. D'autres font vibrer la corde sensible, comme La quête, qui nous conte sa jeunesse sur une mélodie enfantine, ou encore Jour meilleur sur lequel il chante. Les productions de son comparse Skread sont toutes formidables, particulièrement celle d'Ensemble (sur laquelle il s'est d'ailleurs crédité). Enfin, Bébéboa, au texte drôlissime (« ma chérie préfère l'alcool que moi »), est pour moi LE hit, entêtant, de ce formidable album.


LA FAMILIA GRANDE (Camille Kouchner – éditions Seuil)

« Souviens-toi, maman : nous étions tes enfants. » C.K.
C'est l'histoire d'une grande famille qui aime débattre, rire et danser, qui aime le soleil et l'été. C'est le récit incandescent d'une femme qui ose enfin raconter ce qui a longtemps fait taire la familia grande.

Camille Kouchner – fille de – nous livre le récit de souvenirs d'enfance, de jeunesse, dans un monde d'adultes bourgeois-bohèmes qui, au nom d'une liberté dont ils définissent eux-mêmes les contours, laissent libre cours au désir, quel qu'il soit. Y compris à la vue des enfants, pas vraiment considérés comme tels, qu'ils incitent à s'émanciper dès le plus jeune âge. La sexualité n'a pas de tabous ni de limites, au nom du prétendu éveil des sens. Dans ce contexte particulier, l'auteure nous raconte la culpabilité et la peur qui l'ont longtemps hantée, depuis le jour où elle a appris que son frère jumeau était victime d'inceste. La culpabilité de ne pas avoir révélé ce lourd secret, selon la volonté de son frère. La peur de ne pas être crue si elle venait à le révéler. La peur de se fâcher avec son frère. La peur de voir la famille imploser. Un livre poignant et un témoignage nécessaire.


LE CONSEIL BONUS : IL FAIT TOUT NOIR sur YouTube, Aurélien Préveaux bande les yeux de ses invités pour leur faire effectuer leur morning routine dans le noir : https://www.youtube.com/watch?v=MAH9i-j3y4Y&list=...

A propos d'Anthony Bussonnais : Anthony a grandi et vit toujours dans le Saumurois. Depuis tout petit, il cultive une relation privilégiée avec l'écriture. En 2015, alors que depuis quelques temps déjà trotte dans sa tête l'idée, il entame l'écriture de son premier roman, Un mal pour un mal. En Septembre 2017, il publie un recueil de ses textes, jusque-là inexploités, intitulé Un peu de moi. Entre humeurs, pensées et réflexions, il traite de thèmes divers. Le 6 Octobre 2018, Anthony publie son second roman, Chasse 160618 un nouveau thriller au suspense haletant. Septembre 2019, Chasse 160618 remporte le prix Les talents de demain, décerné par Kobo by Fnac en partenariat avec les éditions Préludes et Babelio. Son livre est alors réédité (Préludes Noir) sous le titre Un samedi soir entre amis.

Les chroniques précédentes

- Retrouvez toutes les chroniques de la saison dernière ici.

- Chronique du 08/09/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=6400...
- Chronique du 22/09/2021 : https://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=642...
- Chronique du 06/10/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=6451...
- Chronique du 20/10/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7160...

- Chronique du 3/11/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7186...
- Chronique du 17/11/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7210...


1 commentaire :


Commentaire de Florentais

01/12/2021 19:40:57

Bonjour Et merci pour l.article .bon choix de découverte Il y aussi moins connu et tout aussi beau.....



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ