Mardi 25 Janvier
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Saumur. Ségur de la santé : Les employés de la MAS Les Romans débrayent pour l'équité

Ce mardi 30 novembre, une partie des salariés de la Maison d'Accueil Spécialisée (MAS) Les Romans à Saumur ont débrayé et manifesté pour réclamer que le Ségur de la Santé et les 183 euros supplémentaires soient accordés à l'ensemble des métiers.

IMG


Ce mardi 30 novembre 2021, une soixantaine d'employés de la Maison d'Accueil Spécialisée Les Romans de Saumur, sur la centaine que compte l'établissement, a débrayé durant une heure. Ils ont fait entendre leurs revendications devant le site en début d'après-midi. Cette mobilisation faisait suite à un appel à manifester de la CFDT santé sociaux afin de revendiquer « la juste revalorisation de nos salaires à hauteur de ce qui a pu être fait pour le Ségur à l'hôpital et dans les EHPAD ». En effet, les employés du secteur public et certains métiers de soin du privé ont pu bénéficier de cette revalorisation. Au 1er janvier 2022, les soignants du privé comme cette MAS en bénéficieront, mais pas les éducateurs, les agents hôteliers ou les employés de la logistique. « C'est tout bonnement une aberration et je ne vois pas comment cela peut être justifiable. On ne peut pas soigner sans éduquer et inversement. Par ailleurs tous les employés ont travaillé et ont été présents de la même façon durant la crise sanitaire. Il est illogique qu'il y ait de telles disparités », témoigne Joanna Baury, aide-soignante et déléguée CFDT de l'établissement.

Rendre de l'attractivité aux métiers

Les enjeux de cette revalorisation sont multiples pour les employés et le secteur. « Au-delà de la reconnaissance que cela représente, c'est aussi une manière de rendre ces professions plus attractives. Les établissements font face à des manques de personnels importants et les recrutements sont très compliqués. Il y a une fuite, des soignants notamment, à la fois vers le public, mais aussi une fuite tout court avec certains qui arrêtent purement et simplement. Valoriser les salaires c'est aussi les rendre plus attractifs et donc répondre aux pénuries de personnels », explique Amélie Bourcier, secrétaire générale de la CFDT santé sociaux de Maine-et-Loire. « Nous ne faisons quasiment jamais grève, car nos conditions de travail sont globalement bonnes. Mais là, tout s'accumule, la fatigue et la lassitude prennent le dessus. Les conditions de travail étaient déjà dégradées, tout comme le système de santé français. La crise sanitaire a été la goutte d'eau, en renforçant ce mode dégradé entre sous-effectifs, compte-heure qui s'envole, mise en place des 12h de manière temporaire durant la crise… Actuellement il y a 7 postes vacants à la MAS des Romans. Il nous faut donc redorer l'image de nos métiers et retrouver des personnes qui viennent parce qu'elles ont réellement envie d'apporter de l'aide aux personnes et ne plus seulement faire pour faire. Actuellement, des accompagnants éducatifs et sociaux (AES) sont payés 230 euros en dessous du SMIC et cela doit être complété par des primes pour l'atteindre. Il est urgent de réagir », poursuit Joanna Baury.

Les revendications en bref

Voici les principales revendications des personnels médico-sociaux :
- Des revalorisations salariales pour tous, à savoir 183 € net pour les agents des établissements autonomes et + 15 % d'augmentation de la masse salariale dans le privé non lucratif, incluant l'ensemble des personnels ;
- Des rémunérations d'un niveau équivalent tout au long de la carrière entre public et privé, afin de mettre un terme à la concurrence délétère entre public et privé ;
- Une attractivité des métiers retrouvée par l'amélioration de la qualité de vie au travail qui passe nécessairement par la fixation de ratios définis par un cadre national, garantissant par ailleurs un égal accès aux soins pour l'usager partout sur le territoire et la fin de la logique de réparation pour
une politique de prévention et de réduction d'exposition aux risques professionnels ;
- Un financement du secteur social et médico-social assurant l'égalité des moyens et de prises en charge des usagers sur le territoire.

5 commentaires :


Commentaire de Superdeg

30/11/2021 17:36:53

Il faut donner 183 €uros nets à tous les salariés quelque ce soit le secteur et pour les salaires inférieurs à 1500 € nets 300 €uros nets



Commentaire de citoyen

30/11/2021 21:02:49

@superdeg ouvre ta boite, sois entrepreneur, et crée des emplois et tu verras comme c'est facile. mais sérieusement fais le au lieu de parler, agis pour la société



Commentaire de Peu importe

01/12/2021 13:06:59

Et bien, les artisans vont arrêter leur boîte avec des salaires comme ça pour 35h sans stress...



Commentaire de Prime

01/12/2021 15:35:39

On refuse de donner le Ségur a tous quel injustice. On ne parle jamais des primes versées au direction des associations privé à but non lucratif. Ça c'est une seconde injustice qui perdure depuis des années.



Commentaire de Superdeg

01/12/2021 17:28:15

Je pensais que les artisans payaient bien leurs compagnons, car l'autre jour mon père a payé 43 €uros HT de l'heure et le Compagnon était payé 10% au dessus du SMIC....



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ