Lundi 16 Mai
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Vendredi 26 novembre à Saumur. Mouvement de grève à l'hôpital, les revendications des soignants

Ce vendredi 26 novembre, un rassemblement est prévu devant le centre hospitalier de Saumur à 10h. Le personnel soignant dresse une liste impressionnante de mécontentements, de constatations et de revendications qu'ils expriment notamment au travers d'un courrier envoyé au directeur de l'Hôpital signé par les syndicats Sud Santé et CGT, à suivre dans cet article.

IMG


« L'année 2020 a été très difficile et la situation actuelle de sous-effectif et de fuite des personnels, donc de difficultés de recrutement ne peut pas être une surprise et il nous semble fort déplacé et réducteur de mettre en cause le manque de loyauté de candidats qui avaient été recrutés et se désistent. Les services tournent à effectifs réduits, « adaptés » comme vous dites avec parfois des conditions à la limite de la sécurité pour « les patients » et « le personnel », et de plus en plus fréquemment. Le mode « dégradé » est devenu la norme de fonctionnement. Pour exemple : La nuit du 26-30-31 octobre 2021 une infirmière s'est retrouvée « seule responsable » de 55 patients de médecine ; La nuit du 16 novembre 2021 une infirmière seule pour 27 patients covid nécessitant l'application des protocoles d'hygiène « alourdissant fortement la charge de travail ». Le mouvement actuel des sages-femmes est là pour témoigner de l'inquiétude dans la dégradation des prises en
charges. En réorganisant la présence des sages-femmes et tout en supprimant des postes d'autres professionnels sur ce secteur, vous avez créé « les conditions du risque grave ». Et il s'agit réellement d'évènements récurrents : Infirmière, (voire même aide-soignante les nuits des week-ends), laissée seule pour tout un service, plein de surcroit, les deux sages-femmes étant occupées en salle d'accouchement, et rendant impossible l'accompagnement des femmes et des bébés en suite de couches ; Une femme en suite de couches, présentant un risque hémorragique majeur connu, ayant attendu 6 heures avant d'être auscultée… »

Ce que dénoncent les syndicats et les soignants

« Nous constatons avec stupéfaction que les actes ne suivent pas les paroles de « dialogue social » et de « recrutement actif ». Les contractuels devaient passer stagiaires au bout d'un an et on leur fait toujours signer des CDD de 18 mois maximum, quand certains agents sont passés directement titulaire sans stage,Des contractuels, faute de parole tenue, quittent l'établissement. Des postulants IDE ne sont même pas reçus en entretien. Des personnels recrutés sur l'engagement d'affectation dans un service se retrouvent à tourner sur tout type de poste, de jour comme de nuit, et de guerre lasse quittent le CH. Aucun engagement n'est pris dans les demandes de financement d'une formation d'IDE. L'application Hublo, qui était censée « attirer » des remplaçants, n'est plus financée de la même manière et ne recrute donc plus. Les remplacements d'arrêts programmés (intervention, grossesse,...), pour lesquels la DRH est prévenue depuis longtemps, ne sont pas anticipés et les personnels se retrouvent à remplacer leurs collègues pendant des mois parfois. Le départ programmé au début de l'été de deux IDE sur l'Unité de Chirurgie Ambulatoire a déclenché sa
relocalisation en Maternité, faute d'anticipation sur les recrutements. Les IDE référentes de nuit, se retrouvent remplaçantes ou en arrêt de travail elles-mêmes, avec pour conséquence des erreurs dans les plannings de nuit. Des organisations ont été décidées d'après des plannings non mis à jour. L'encadrement devient invisible, surtout la nuit et pendant cette période de contamination, laissant le personnel sans interlocuteur. L'absence d'IDE certaines nuits sur l'EHPAD, pour renforcer les services du CH. L'absence de réunion de service depuis plusieurs années, seulement des « points info » ne laissant pas place à l'échange. »

Mais aussi

« - Des départs de plus en plus importants de personnels contractuels et titulaires (un exemple : départ 18 auxiliaires de puériculture en 10 ans, dont 17 titulaires).
- Plannings bouleversés, non donnés en temps réglementaire et surtout pas dans un temps qui permette de coordonner vie privée et professionnelle.
- Turn over exponentiel dans certains services, affectant la qualité de prise en charge.
- Vécu d'une désorganisation jamais connue, même pendant la période COVID.
- Congés – pause nécessaire – déplacés, réduits, même les nouveaux arrivants cumulent déjà de nombreuses heures supplémentaires.
- Comptes épargne temps saturés, remplis par obligation pour ne pas perdre des journées de récupération de jours de travail effectués.
- Les agents font des demandes pour prendre des congés sur les CET, refusées le plus souvent mais seulement par oral.
- Impossibilité de récupérer les heures supplémentaires, sachant qu'elles ne sont jamais payées comme telles.
- Impossibilité de se former, même pour les formations obligatoires, faute de personnel.
- Inquiétude des patients, notamment à la maternité récemment.
- Arrêts de travail qui entrainent d'autres arrêts faute de remplacement.
- Stress du personnel devant la majoration des risques encourus, perte de confiance par la parole non tenue.
- Les remplaçants ne sont pas doublés, majoration de la charge de stress.
- Vécu de maltraitance institutionnelle, de conflit éthique majeur. »

Des questionnements sans réponse

« Ceci constitue une mise en danger grave des personnels, que nous vous rappelons de plus en plus souvent et qui ne rencontre aucune réponse concrète, comme si ces problèmes n'étaient pas réels pour vous. Pourquoi avez-vous laissé la situation se dégrader à ce point ? Les paramédicaux qui postulent sur l'établissement sont loin d'avoir tous une réponse voire pas même un entretien, et vous nous répondez que vous ne trouvez pas de candidats. Quelles consignes avez-vous de l'ARS, du Ministère de la Santé pour être aussi peu réactifs ? A la question du renfort possible des services COVID, comme l'an dernier, vous nous avez répondu au CHSCT du 16 novembre que ce ne serait pas possible. Et voilà que nous vivons à nouveau une période de contamination COVID (32 patients positifs le 16 novembre 2021), qui n'a pas pu être anticipée vu la situation actuelle très dégradée de fonctionnement de l'hôpital et bouleverse totalement l'organisation déjà très difficile des soins. Pourtant, l'arrêt de la stupide T2A pendant la « parenthèse 2020 » avait permis d'obtenir des renforts en personnel pour mieux passer les vagues de contamination. Et vous nous annoncez sans sourciller que ce n'est plus possible car on retourne à la situation d'avant, c'est-à-dire : plan d'économie, sous-effectifs permanents. En n'exerçant pas votre devoir de protection des personnels, votre responsabilité est largement engagée et vous ne pouvez plus nier les alertes de notre part, que vous n'avez eu de cesse que de traiter par le mépris. »

« Attendez-vous l'accident ? »

« Quels sont les objectifs, les consignes de l'ARS ? La réduction drastique des financements vous amène à faire prendre des risques inconsidérés et inadmissibles au personnel. La population de Saumur a-t-elle si peu d'importance pour l'ARS que le CH doive se réduire à un hôpital de gériatrie et une clinique qui soigne les riches ? Pourquoi la clinique, qui est dans nos murs, n'est-elle jamais contrainte de nous aider ? Nous n'avons aucune information sur son degré de contamination, alors qu'elle peut être aussi à l'origine d'une contamination et de ce fait doit participer à la prise en charge COVID. »

16 commentaires :


Commentaire de grévistes professionnels

23/11/2021 15:44:14

Sud et CGT en grève du 1er janvier au 31 décembre. Ce serait formidable s'ils geraient car à les entendre ils savaient qu'il y aurait à nouveau une vague de patients Covid. yaka yavaitka et fauqu'on.



Commentaire de Litanie confuse

23/11/2021 15:51:35

Ce serait extraordinaire que ces 2 syndicats fournissent la liste des pretendus Infirmières candidates pas reçues alors que tous les établissements hospitaliers publics et privés de France sont dans les mêmes difficultés de recrutement. Pipeau Pipeau. Ah oui journal de ce matin. 500 euros mensuels d'augmentation pour les sages femmes. Toujours pas satisfaites ?



Commentaire de Superdeg

23/11/2021 17:56:54

Tous les RDV sont annulés le 26? Car pas de Pont Fouchard moi par défaut ils me verront pas, faut être compréhensif. J'espère que tout le personnel aura la même augmentation que las sages femmes et puis après ce sera nous les gueux



Commentaire de Solidaire

23/11/2021 18:51:46

Je suis totalement solidaire du personnel hospitalier et je regrette d'être absent vendredi car je serai allé le soutenir. Ceux qui se permettent de critiquer leurs revendications n'ont, sans doute, jamais eu à séjourner à l'hôpital, à constater à quel point leur travail est éprouvant, à quel point, malgré tout, ce personnel agit avec une véritable compassion pour leurs malades. Trop facile de critiquer égoïstement quand on ne connait rien à la question !



Commentaire de Réelle légitimité ?

23/11/2021 19:14:55

le titre de SK est très partisan. Ce sont les revendications et délires perpétuels du syndicat Sud -CGT. il y a d'autres syndicats à l'hôpital et les soignants sont bien moins idéalistes et plus cortiques. Sud et CGT représentent une minorité. Saumur kiosque fait lui aussi du wokisme.



Commentaire de Simple question

23/11/2021 20:57:59

On peut toujours manifester mais c'est pas ça qui va permettre de recruter des infirmières... puisqu'il n'y en a pas sur le marché en France. pas plus de boulangers de plombiers de garçons de restauration...c'est de la démagogie et de la tromperie de la part de ces syndicats. Ils devraient aller à l'ARS au lieu de rester peinards à gueuler sur ceux qui ne décident pas de la politique de santé.



Commentaire de titre tronqué

23/11/2021 21:39:55

Oui ce syndicat n'a aucunement associé les soignants. Il joue juste l'agitateur professionnel.



Commentaire de Vu d'ici ...

23/11/2021 23:28:21

C'est reparti par les mêmes agitateurs pro. ! Bien sûr le métier est pénible mais c'est partout pareil et dans toutes les professions . Pourquoi ne partent-ils pas à l'étranger ... c'est vachement mieux ailleurs ! Allez, bonne balade vendredi . Avec la température annoncée, vous allez vous retrouver à l'hosto !



Commentaire de hervé d

24/11/2021 07:21:53

Nous pouvons constater que des pros cfdt fo laissent des commentaires.Bien sur qu'ils ne sont pas d'accord.ils sont les complices de la direction et le but pour eux est d'avoir une vie de syndicalistes paisible .



Commentaire de Défi

24/11/2021 09:46:24

Le directeur vient de lancer officiellement un défi au syndicat Sud."Transmettrez moi les candidatures que vous prétendez connaître et si elles sont valables je les recrute toutes ". On va voir qui ment ?



Commentaire de Pour info

24/11/2021 12:49:29

Pour info ce sont tous les hôpitaux de France qui sont en très grande difficulté, ceux qui critiquent ceux qui dénoncent des conditions difficiles n'ont qu'à reprendre des études bac +3 +4 +5 pour aller renforcer et voir comment cela se passe, quant à utiliser le mot wokisme dans ce problème d'enjeu national est signe d'une méconnaissance de ce que représente ce mouvement américain



Commentaire de Jean Pierre NAU

24/11/2021 14:34:15

Qui vas s'étonner d'un pareil marasme au CHR, je suis un Saumurois de 70 ans, il y déjà des années que j'entend juger négativement les services du CHR de Saumur. Trois expériences perso du recours aux services des Urgences m'ont fait mesurer la déficience d'une bonne prise en charge des patients. Savoir que des membres du personnel soignant du site préfère avoir recours aux services de santé d'Angers est aussi un signe révélateur du manque de confiance dans leur propre unité de soins. Il ne reste à espérer que cet ultime rebondissement n'est pas signe que le point de non retours est atteint



Commentaire de A Nau

24/11/2021 15:44:59

Prenez de la hauteur et sortez de vos arrêts sur image. Mamers Bailleul Draguignan Bastia Laval .... hôpitaux où les services d'urgence sont fermés actuellement complètement ou partiellement faute de médecins ou soignants. Une maternité en arrêt à Niort.Une autre dans le Nord. Et le CHRU Angers en difficulté actuellement. Ses services de cardio des Urgences de maternité en pleine crise car départs de médecins. Cholet qui ferme sa psychiatrie..National.



Commentaire de Superdeg

24/11/2021 16:17:44

Un grande tante ancienne infirmière était BEPC (maintenant brevet des collège) et deux ans d'école d'infirmière mais il fallait réussir le concours d'entrée, et il paraît que ça fonctionnait bien



Commentaire de Jean Pierre NAU

24/11/2021 17:23:34

Cher anonyme qui utilise mon nom comme titre.
Et alors vous pensez donc que votre énumération dispense l\\\'unité de Saumur de son \\\"management sans ménagement \\\" (entre autre).
Mais mon propos n\\\'est pas de vous convaincre. Il est juste de
soutenir moralement tout ces soignants que ce soit dans leur besoins de reconnaissance statuaire et salariale nationale mais aussi dans leur besoins d\\\'avoir une direction qui descende un peu au niveau des exécutants pour bien comprendre leurs difficultés.



Commentaire de A MonsieurJean pierre Nau

24/11/2021 18:06:47

Qui vous dit que ne n'est pas le cas ? Et est ce celà qui va permettre de trouver les infirmières médecins etc qui n'existent pas au niveau national ?.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ