Mardi 05 Juillet
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Saumurois. Trois personnes condamnées pour trafic de stupéfiants

Ce vendredi 19 novembre, trois individus étaient jugés par le tribunal de Saumur dans le cadre d'un trafic de stupéfiants.

IMG


Le mercredi 6 octobre dernier, les gendarmes de la compagnie de Saumur, épaulés par ceux d'Angers et Cholet, soit une cinquantaine de militaires, démantelaient un important trafic de stupéfiants, impliquant 8 personnes placées en garde à vue. Vendredi 8 octobre, 3 d'entre eux, dont une femme de 57 ans domiciliée à Brossay et deux autres membres de sa famille comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Saumur. Toutefois l'affaire n'avait pas été jugée pour permettre au tribunal et aux avocats de prendre connaissance du dossier puisque seulement deux jours s'étaient écoulés entre l'arrestation et le procès (relire notre article). Le tribunal avait indiqué vouloir "renvoyer l'affaire afin de prendre connaissance du dossier" qu'il n'avait qu'"à peine eu le temps de parcourir". "On ne peut juger décemment dans de telles conditions", soulignent les magistrats. Ils avaient été placés en détention provisoire pour éviter toute concertation et renouvellement des faits. Ils étaient donc de nouveau entendus ce vendredi 19 novembre devant les magistrats saumurois.

Un trafic d'ampleur de drogues dures

L'un de prévenus, le fils de la cinquantenaire, est déjà en détention à Nantes pour une autre affaire et le troisième est le neveu. Ils sont tous deux âgé de 23 ans. Chez elle, les enquêteurs ont fait une saisie importante : 939 gr. d'héroïne, 63 gr. de cocaïne et 63 gr de cannabis et du matériel lié au trafic. Cette dernière et son fils avaient déjà été condamnés en 2018 pour des faits similaires. L'enquête a révélé qu'ils étaient au cœur d'un trafic de stupéfiants (cocaïne, héroïne et cannabis) dans le secteur du Vaudelnay, Montreuil-Bellay, Thouars et au sein de la maison d'arrêt de Nantes. Plusieurs personnes auraient facilité et aidé à fournir de la drogue au fils détenu à Nantes pour sa propre consommation mais aussi pour la revendre.
Finalement la femme a été condamnée à une peine de 3 ans d'emprisonnement, le fils à 18 mois et le neveu à 24 mois dont 8 mois avec sursis probatoire d'une durée de deux ans et obligation de se soigner et de travailler.

4 commentaires :


Commentaire de Henri De Fontanges

19/11/2021 18:02:49

Il serait temps que l'on comprenne qu'une justice trop rapide c'est pas mieux qu'une justice trop lente. On dirait que cela a été compris par la magistrature à Saumur. Il me semblait qu'au Ministère de la justice on avait compris le contraire. Monde paradoxal ...



Commentaire de Mauso

19/11/2021 20:21:16

Comment peut-on être condamné à "travailler,"?



Commentaire de pito

20/11/2021 10:41:48

à moins de rétablir les travaux forcés !!!!!qui avaient du bon malgré tout!! vous avez dit droit de l'homme!!!non! le droit des crapules!!!



Commentaire de @Pito ...

24/11/2021 12:35:58

Ne dites pas n'importe quoi s'il vous plaît, surtout de telles âneries !



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ