Lundi 29 Novembre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
CULTURE

Culture. La chronique culture d'Anthony Bussonnais

Désormais un mercredi sur deux, l'auteur Saumurois Anthony Bussonnais vous distille ses conseils culture en proposant une série, un film, un album, un livre, une bande dessinée, un podcast ou encore une chaine Youtube.

IMG


OCTOBRE (Netflix)


Début octobre, dans la banlieue de Copenhague, la police découvre le cadavre d'une femme amputée d'une main. À côté du corps, un petit bonhomme fabriqué à partir de marrons et d'allumettes. Chargés de l'enquête, la jeune inspectrice Naia Thulin et l'inspecteur Mark Hess découvrent vite que cette figurine est porteuse de mystérieuses empreintes : celles de la fille de Rosa Hartung, ministre des Affaires Sociales, enlevée un an plus tôt et présumée morte. Thulin et Hess explorent toutes les pistes qui leur révèleraient un lien entre la disparition de la fille de la ministre et la victime à la main coupée. Lorsqu'une autre femme est tuée, selon le même mode opératoire, ils comprennent que le cauchemar ne fait que commencer.

Adaptée du roman du même nom, de Søren Sveistrup (déjà à l'origine de l'excellente série The Killing), cette série sombre nous embarque dans une atmosphère lourde aux magnifiques couleurs automnales. Un jeu de piste formidablement mené avec une incontestable efficacité. Pas de superflu, pas de dialogues inutiles, une précision chirurgicale. Les scènes de crime sont parfaitement macabres, notamment grâce à la façon dont elles sont filmées et nous sont présentées. On est très vite happé par l'intrigue, avec l'impatiente envie de découvrir l'origine de ces petits bonhommes en marrons, la signature de l'assassin. Pour mener l'enquête, un duo de flics original – chacun devant faire avec ses problèmes personnels – tente d'avancer à contre-courant tout en se remettant en question, leur instinct de flic en prenant un coup. Loins, comme le spectateur, de s'imaginer quelle sera l'issue de leur enquête.

It'll All Make Sense in the End ( James Arthur)

Révélé au grand public en remportant le télécrochet britannique X-Factor, en 2012, son single Impossible (une reprise de Shontelle) explose tous les records des précédents vainqueurs de l'émission et vaut à James Arthur une reconnaissance mondiale. It'll all make sense in the end (en français : tout prendra sens à la fin) est son quatrième album, et sa pochette représente le chanteur s'adressant à une version plus jeune de lui. Écrit pendant le confinement, cet opus se démarque des précédents, tant par le fond que par la forme. James Arthur nous livre un projet beaucoup plus personnel dans lequel il nous confie les démons qui le hantent, cette anxiété qui le ronge, les maux qui l'ont amené à suivre une thérapie après avoir tenté, en vain, de les ignorer, comme il l'explique sur le premier titre de l'album Runaway. Il se dédouble, s'adresse à lui-même (Wolves), ou à l'enfant qu'il a été (Always). « Si je pouvais dire quelque chose au jeune que j'étais, ce serait : Ne t'inquiète pas trop. Ne sois pas si anxieux. Profite de la vie et tout rentrera dans l'ordre si tu restes fidèle à toi-même » confie l'artiste. Comme s'il osait enfin être lui, libre, James Arthur s'autorise des couplets rappés (sur le morceau Ride, notamment). Les fans de la première heure se raviront des titres plus dans la veine de ses précédents succès tels Emily (une chanson à la fille qu'il aura peut-être un jour), SOS, ou encore la balade Avalanche. Mais le plus gros hit de l'album sera très certainement le magnifique Déjà Vu (dont le clip est sorti) aux riffs de guitare électrique envoutants. Si James Arthur semblait, ces dernières années, s'être enfermé dans une certaine complaisance, il en est sorti, pour notre plus grand bien, et visiblement pour le sien.

EVERGREEN ISLAND (Heidi Perks – éditions Préludes)

Au large des côtes de l'Angleterre, Evergreen Island abrite une petite communauté qui vit isolée du reste du monde. Lorsqu'un corps est déterré dans le jardin de la maison d'enfance de Stella Harvey, la jeune femme est bouleversée. Surtout que vingt-cinq ans auparavant, un soir de tempête, sa famille a mystérieusement fui les lieux... Déterminée à découvrir la vérité, Stella retourne sur l'île, mais elle s'aperçoit rapidement que les insulaires ne sont pas aussi accueillants que dans ses souvenirs, et qu'ils sont prêts à tout pour protéger leurs secrets.

Alternant les chapitres entre le présent – la vie d'adulte de Stella, sa famille décomposée, ses interrogations – et le passé – la jeunesse de Stella, sa famille encore unie, leur vie sur l'île d'Evergreen – Heidi Perks nous embarque très vite dans son histoire, pleinement mystérieuse, semant minutieusement les petits cailloux qui feront un chemin jusqu'au dénouement final : l'ultime secret révélé. L'autrice retranscrit parfaitement l'ambiance et les relations humaines d'une petite communauté, où tout le monde se connait, sans se connaître vraiment une fois les portes closes. Elle dépeint des personnages attachants, tous porteurs d'un secret que l'on veut percer, et nous entraine à tourner les pages jusqu'à satiété. Remarquable.

LE CONSEIL BONUS : La cultissime émission EN APPARTÉ, de retour, et disponible gratuitement en replay sur MyCanal : https://www.canalplus.com/divertissement/en-apart...

A propos d'Anthony Bussonnais : Anthony a grandi et vit toujours dans le Saumurois. Depuis tout petit, il cultive une relation privilégiée avec l'écriture. En 2015, alors que depuis quelques temps déjà trotte dans sa tête l'idée, il entame l'écriture de son premier roman, Un mal pour un mal. En Septembre 2017, il publie un recueil de ses textes, jusque-là inexploités, intitulé Un peu de moi. Entre humeurs, pensées et réflexions, il traite de thèmes divers. Le 6 Octobre 2018, Anthony publie son second roman, Chasse 160618 un nouveau thriller au suspense haletant. Septembre 2019, Chasse 160618 remporte le prix Les talents de demain, décerné par Kobo by Fnac en partenariat avec les éditions Préludes et Babelio. Son livre est alors réédité (Préludes Noir) sous le titre Un samedi soir entre amis.

Les chroniques précédentes
- Retrouvez toutes les chroniques de la saison dernière ici.

- Chronique du 08/09/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=6400...
- Chronique du 22/09/2021 : https://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=642...
- Chronique du 06/10/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=6451...
- Chronique du 20/10/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7160...

- Chronique du 3/11/2021 : http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=7186...

Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ