Vendredi 27 Mai
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Saumur. Pôle de formation : Faire du Saumurois une terre de formation

Le Pôle Mutualisé de Formation a ouvert ses portes et accueilli les premiers étudiants en septembre 2021. Quelques semaines plus tard et après avoir essuyé quelques critiques, les élus et la direction du Pôle dressent un premier bilan.

IMG


Voilà quelques semaines maintenant que les étudiants saumurois ont fait leur rentrée au Pôle Mutualisé de Formation dans le quartier de la Croix-Verte à Saumur. Depuis la rentrée de septembre, 777 étudiants ont intégré les 3 429m2 du nouveau pôle de formation. Pour rappel, le pôle a été construit via un financement de la Région Pays de la Loire compétente en matière de formation et est loué à l'agglomération Saumur Val de Loire. Cette dernière sous-loue le site à trois entités : L'université d'Angers (474 élèves), l'Institut de formation en soins infirmiers et aide-soignant (IFSI-IFAS) (212 élèves), et les Compagnons du Devoir (91 élèves). De multiples formations y sont donc proposées autour du tourisme, du patrimoine, des services à la personne, de l'écotourisme, de l'oenotourisme, de l'hébergement, du secteur équestre, du soin et de la taille de pierre. « Il a fallu travailler à la création du projet pour réussir à faire cohabiter ces différentes structures, notamment sur les espaces mutualisés, afin de répondre aux attentes de tous et d'assurer un bon fonctionnement. Quelques semaines plus tard, force est de constater que tout se passe bien et que les retours sont excellents », explique Lucie Biteau, responsable du Pôle de Formation.

Faire du Saumurois un territoire de formation

Si le bilan semble positif du point de vue des étudiants, des équipes et des enseignants, le pôle a cependant été la cible de quelques critiques à sa construction. « Le projet a été pensé en 2014, lorsque j'étais président de l'agglomération. À l'époque l'idée était d'avoir un espace dédié à la formation pour donner au Saumurois une image de territoire de formation. À l'époque, nous n'avions pas autant d'étudiants qu'aujourd'hui. On se retrouve donc avec un site qui n'est pas encore tout à fait à saturation, mais presque. Il va donc nous falloir travailler à le développer pour continuer à accueillir de nouvelles formations en Saumurois », explique Guy Bertin, vice-président de l'agglo en charge de la formation. Et le président Jackie Goulet d'ajouter : « L'objectif est d'arriver à la fin du mandat à 1 200 / 1 500 étudiants. On doit donc adapter le site pour accueillir ce développement. Les choses ne sont pas parfaites, mais nous sommes dorénavant dotés d'un équipement extraordinaire en matière de formation. Il s'agit d'un bâtiment moderne et pratique qui colle aux besoins et aux habitudes d'aujourd'hui. Si le projet avait été plus complet, plus complexe, il aurait été plus coûteux et peut-être que nous n'aurions rien aujourd'hui. »

De nouvelles formations en 2022

Cette superficie quasiment à la limite n'est cependant pas vraiment un problème au quotidien et pour le moment. « Il faut noter que les 777 étudiants ne sont pas présents tous au même moment. Nous accueillons des formations professionnalisantes et les formations comptent beaucoup de stages », précise Lucie Biteau. Cela ne semble pas non plus empêcher le développement des formations, puisque deux nouvelles formations vont venir s'ajouter au catalogue du pôle de formation à la rentrée prochaine. Une licence professionnelle en tourisme aérien proposé par l'ESTHUA qui se trouvait jusqu'à maintenant à Cholet. Ainsi qu'un master vins et spiritueux qui est une création de l'université d'Angers et qui n'existait donc pas jusqu'à maintenant. Cela représentera une quarantaine d'étudiants en 2022 et une soixantaine l'année d'après, lorsque les master1 passeront en deuxième année. L'agglomération réfléchit également à accueillir des formations professionnelles temporaires par le GRETA, la CCI ou des entreprises. « Les formations dispensées ici ont une certaine saisonnalité, l'idée est donc d'occuper le site, y compris lorsque les élèves sont en stage ou en vacances. »

Accès facilité au sport et à la santé

Des « à-côtés », ont également été prévus en facilitant l'accès à la santé pour les étudiants. Une infirmière est très régulièrement présente sur le pôle pour suivre régulièrement les étudiants et faire un bilan avec eux. Ils ont également accès à la maison de santé pour avoir accès aux soins. « Les étudiants ne viennent pas forcément du Saumurois, voire de France, l'idée était donc de leur faciliter les choses pour se soigner », explique Jackie Goulet. L'agglomération a également répondu à une demande de l'université concernant l'accès à la pratique sportive : « Des créneaux dédiés aux étudiants sont prévus dans plusieurs salles de la ville pour proposer des sports aux jeunes : Badminton, self defense, cross training et prochainement escalade et volley », poursuit le président.

Logement et restauration comme projets

Deux points restent encore à développer : le logement et la restauration. « Pour le logement, nous allons prévoir dans les prochains travaux immobiliers d'intégrer des logements de type 1 ou 2 qui répondent à cette demande et à ce public », précise le président. Guy Bertin souligne toutefois que « pour le moment, les étudiants ne semblent pas avoir de difficultés à trouver un logement sur Saumur. » Concernant la restauration, le pôle de formation est équipé de distributeurs à plusieurs endroits, d'un food truck qui vient trois jours par semaine et de plusieurs petits espaces pour se restaurer. Une salle est également mise à disposition entre les Ponts : « cependant, aucun élève n'y est allé pour le moment, à voir si cela change avec l'hiver qui arrive ». L'université et l'agglomération ont réalisé un sondage auprès des élèves pour connaitre leurs habitudes : « Cela montre que beaucoup rentrent chez eux, beaucoup d'autres amènent leur nourriture, certains prennent dans les distributeurs et commerces alentour. Les habitudes ont changé et il nous faudra penser un espace de restauration adapté à ces nouveaux usages. Déjà Saumur est assez petite pour rentrer le midi à pied, à vélo ou en transport en commun. Par ailleurs, cet espace de restauration devra prendre la forme d'un lieu où l'on pourra réchauffer sa nourriture, peut être stocker sa lunchbox… », expliquent-ils. Des pistes seront étudiées avec la création d'une cuisine centrale pour les écoles de la ville. Ainsi qu'avec l'entreprise à but d'emploi du dispositif Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée qui travaille actuellement sur un projet de restauration pour 2022 à base de plats végétariens à 3 euros à partir de fruits et légumes dits « moches », non calibrés, produits localement.

6 commentaires :


Commentaire de réservons leur un meilleur accueil

22/10/2021 17:34:10

Une salle entre les ponts? l'intention est bonne... mais elle est ouverte de 12h à 14h, pas plus, sans aucun aménagement... l'ancienne cantine de l'école Félix Pauger... quelques tables et chaises... y a t il un micro ondes? une radio? une cafetière? apparemment non... alors déjà qu'ils n'ont pas accès à une alimentation équilibrée peu onéreuse (comme la plupart des étudiants de France qui on des restau U à 3,30€ le repas et 1€ pour les boursiers)... Je ne suis pas étonnée qu'ils n'y aillent pas... Pourquoi a-t-on laissé le restaurant du Foyer des Jeunes Travailleurs se fermer?



Commentaire de Cabaret

22/10/2021 19:20:24

Il ne faut pas se vanter d'être responsable du projet ou président quand on voit qu'il n'y a aucun point de restauration prévu pour les étudiants. Qui est assez bête pour faire construire une maison et qui n'y installe pas de cuisine ? Pourquoi ne pas avoir supprimé les WC les étudiants pouvant rentrer chez eux ! Les concepteurs ont encore "merdé" comme s'exprime le président-mabobine-d'abord. En se réfugiant derrière les observations des BERTIN et consorts, on peut dire que "Si Collomb n'avait pas découvert l'Amérique, Kennedy n'aurait pas été assassiné".



Commentaire de Pas le choix, ce sera végétarien ou végétarien

22/10/2021 19:24:59

Cela ne donne pas envie "un projet de restauration pour 2022 à base de plats végétariens à 3 euros à partir de fruits et légumes dits « moches », non calibrés, produits localement. Et celui qui ne veut pas manger végétarien?



Commentaire de Jean Rostand

23/10/2021 09:38:30

L'espace Jean Rostand ne pourrait-il pas accueillir les étudiants pour déjeuner à la place de Félix Pauger ? Ce serait plus pratique .



Commentaire de don quichotte

24/10/2021 09:34:01

après la formation ; a quand la déformation ?



Commentaire de pierre des pins

25/10/2021 21:24:41

un financement de la Région Pays de la Loire compétente en matière de formation et est loué à l'agglomération Saumur Val de Loire. Cette dernière sous-loue le site à trois entités : L'université d'Angers (474 élèves), l'Institut de formation en soins infirmiers et aide-soignant (IFSI-IFAS) (212 élèves), et les Compagnons du Devoir (91 élèves). et comme ci la région ne pouvait pas louer directement pourquoi faire simple quand c'est facile de compliquer



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ