Mardi 30 Novembre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Saumur. La centrale solaire sera opérationnelle à la mi-2022

Désireuse de réduire son empreinte carbone liée à la consommation d'énergie, la ville de Saumur a décidé la construction d'une centrale solaire sur 9,5 hectares en bordure du Thouet, sur le site de l'ancienne décharge du Chemin Vert en état de friche industrielle. Les travaux ont commencé et elle sera opérationnelle à la mi-2022.

IMG

L'entrée du site de l'ancienne décharge de Saumur Boulevard de la Marne désormais clôturée.


« Je ne boude pas mon plaisir de voir les travaux de ce chantier commencés », signifie Jackie Goulet, maire de Saumur. « C'est le symbole s'il en fallait un de la participation de la ville à la transition énergétique et de lutte contre le réchauffement climatique. Et porter un tel projet respectueux de l'environnement tout en générant des retombées économiques locales, c'est notre fil rouge et dans l'ADN de notre municipalité, à savoir produire une électricité propre et participer au dynamisme local. Et d'autres projets sont en cours, comme la création d'un autre parc photovoltaïque sur le site de l'aérodrome de Terrefort ou encore de la couverture des parkings aux Aubrières, à la gare routière, en attendant, je le rêve, sur le parking du Breil.»

Un chantier unique en zone protégée urbaine

Lancé en 2017, cet appel à projet d'une centrale solaire sur l'ancienne décharge du Chemin Vert fermée depuis les années 2000 a été remporté par EDF Renouvelables, filiale d'EDF. « Cette implantation permet de valoriser du foncier communal délaissé et impropre à tout autre développement », rajoute Loïc Bidault, délégué à l'écologie, au développement durable et à la transition énergétique. Un permis de construire qui a été obtenu en 2019, mais non sans mal. Adrien Chazelas, chef de projet chez EDF Renouvelables explique : «Les enjeux étaient forts : Nous sommes ici sur un territoire protégé, dans une zone urbaine avec un accord obligé de l'ABF (Architecte des Bâtiments de France), située en secteur Parc Naturel Régional, contenant une une frange classée Patrimoine UNESCO ! Le parcours n'a donc pas été facile, mais il en sera d'autant plus exemplaire en termes d'intégration urbaine. C'est un de nos seuls chantiers en France situé en zone urbaine. » Et le maire de rajouter: « Sur ce dossier, nous avons eu deux chances : une municipalité très volontariste et une entreprise, EDF Renouvelables, particulièrement à l'écoute, avec des installations de haute technologie pouvant répondre tant aux attentes du PNR que de l'ADF. Bref le bon compromis a été trouvé pour créer ce parc. »

Au cœur du patrimoine remarquable

D'une puissance totale installée de 10,3 Mwc (Mégawatt-crête), la centrale se compose de 25 000 panneaux. Elle produira annuellement environ 11 Gwh, soit l'équivalent de la consommation électrique annuelle moyenne d'environ 5 000 habitants. Cela représente également l'équivalent environ de 5 500 000 km parcourus en véhicule électrique. Les travaux ont commencé depuis hier, par la préparation du site : le débroussaillement du terrain, le terrassement et la réalisation des pistes et plateformes. Le chantier prendra fin avec la mise en place des mesures paysagères visant à rendre imperceptible cette centrale en milieu urbain. Adrien Chazelas explique : « En temps normal, environ 1% du budget global est consacré à cet aménagement paysager. Ici à Saumur, nous y consacreront près de 2% du budget de 8 millions d'€, soit 150 000 euros, notamment avec des plantations réalisées sur une surface de 2 hectares, un nouveau cheminement piéton pour accéder au Thouet et dans la continuité du GR, des fenêtres de visibilité et des tables d'information. Le parc sera entièrement clôturé pour en assurer la sécurité. D'ores et déjà, le chantier est interdit au public avec gardiennage et vidéosurveillance les nuits et les week-ends. »

Une campagne d'investissement participatif

Comme le lance EDF Renouvelables sur tous ses chantiers, une campagne d'investissement participatif est d'ores et déjà en place depuis le 6 septembre. « Il s'agit de faire en sorte que les citoyens soient partie prenante, associés au projet de transition énergétique », explique Adrien Chazelas. « C'est désormais la norme pour tous les projets de territoire, » rajoute le maire de Saumur. « En plus le taux de rentabilité n'est pas mauvais, avec 4,75% d'intérêt. »
La collecte qui a pour objectif de financer une partie de la construction a donc démarré le 6 septembre. Jusqu'au 20 septembre, elle est ouverte exclusivement aux saumurois, habitants de l'agglo Saumur Val de Loire. Puis à partir du 21 septembre, elle sera ouverte aux habitants du Maine-et-Loire et départements limitrophes (Vendée, Loire-Atlantique, Mayenne, Sarthe, Indre-et-Loire, Vienne et Deux-Sèvres). Objectif à atteindre : 96 000 €. Chaque participant pourra investir en actions de 50 € à 4 000 €. « À chaque fois, l'objectif est atteint très rapidement », informe Adrien Chazelas.
Pour Thibault Veyssière, Responsable régional Ouest d'EDF Renouvelables : « Ce projet représente un défi inédit d'intégration d'une centrale photovoltaïque au coeur d'une commune et d'un territoire disposant d'un patrimoine architectural, historique et viticole particulièrement riche. Le challenge consiste donc à la fois à revaloriser un site pollué et à réussir l'intégration du parc dans un centre-ville urbain densément peuplé et protégé pour son patrimoine remarquable. Nous sommes heureux que le financement participatif permette également aux habitants de contribuer au développement local des énergies renouvelables tout en bénéficiant de revenus financiers issus du projet. ».
Toutes les infos sur la plateforme www.lendosphere.com/saumur.

1 commentaire :


Commentaire de Deveaux

28/09/2021 14:41:58

Ce doit être une blague... Toute personne sérieuse sait qu'il n'y a pas moins carbonée que l'électricité nucléaire (Saumur est juste à côté de Chinon). Que les ENR ont une emprunte carbone globale et environnementale désastreuse par le simple fait qu'elles sont du flux et non du stock et que donc, pour être utilisées, demandent à être stockées. Et devinez comment on stocke de l'électricité ? Avec des batteries !!! Et de quoi sont composées les batteries ? Qu'est ce qu'on en fait quand elles sont mortes ? Faut-il être .....



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ