Dimance 28 Novembre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
POLITIQUE

CD 49 : Session du 15 juillet 2021,l'opposition se positionne

Ce jeudi 15 juillet, se tenait la première véritable session du nouveau conseil départemental de Maine-et-Loire. Il fut l'objet, entre autre de la désignation des vice-présidents et membres de la commission permanente (notre article par ailleurs), mais aussi des désignations au sein des d'organismes extérieurs. L'occasion aussi pour Grégory Blanc, chef de file de l'opposition "Anjou en action" d'une intervention. La voici dans son son entier.

IMG


"Ce qui nous frappe aujourd'hui est qu'il y a à peine 20 jours, face à ce taux d'abstention, chacun, dirigeant, élu, commentateur, posait des diagnostics sur l'aggravation des tensions à la suite du 3è confinement et cette fragmentation sociale, économique, culturelle, d'individus à côté les uns des autres sans même être capables de partager leurs angoisses. Ce débat politique a tenu dans les médias quelques jours, et puis s'est comme évaporé au gré de « l'actualité ». On est une société où la défiance prime. C'est un débat qui existait avant et qui doit être renforcé. Au moment d'ouvrir ce mandat, mes collègues et moi -certes moins nombreux, mais tous largement mieux réélus- voulons réaffirmer la nécessité de dispositifs construisant de la confiance, cela passera notamment par un retoilettage des dispositifs d'allocations sociales. Si on veut faciliter la vie et apaiser, il faut d'abord faire confiance et ensuite contrôler. Pas l'inverse comme c'est parfois le cas actuellement. Vous le savez et on aura l'occasion de le reprendre : D'autres Départements savent le faire. On doit pouvoir être capable de faire du benchmarking pour nous inspirer et effacer quelques lourdeurs administratives.

Nos concitoyens qui pensent que le traitement des uns et des autres est à plusieurs vitesses, selon son statut, sont de plus en plus nombreux. Si nous voulons éviter d'aggraver ce sentiment nauséabond d'une société à plusieurs vitesses, alors il faut aussi simplifier la vie de ceux qui sont parfois enfermés dans les logiques administratives et à qui au final, on bloque un processus d'urgence pour un problème de papiers.

Voilà pourquoi nous vous demandons dans l'été un temps commun d'échanges, en tant que représentants de nos cantons, pour aborder deux sujets :
1. La clarification de l'action sociale du Département dans les territoires. Au moment d'inaugurer ce mandat, bien définir ce qui relève du local et du Départemental nous apparaît indispensable. Mme la présidente, vous avez décidé de créer 3 commissions sociales (autonomie/ enfance-famille/ insertion-logement) avec 6 VP et des conseillers délégués, auxquels devront référer les directions et les travailleurs sociaux. Il s'agit de mieux approfondir le travail et nous partageons. Mais cela interroge : quelle cohérence au plan départemental et quelle coordination sur le plan local ? Comment articuler sur le terrain des orientations différentes au sein d'une même MDS, confrontée souvent à plusieurs problèmes au sein de mêmes familles ? Si nous redemandons l'ouverture de conseils de MDS aux acteurs de chaque territoire avec une implication plus forte et des moyens plus soutenus des conseillers. Nous avons la conviction qu'une politique est bonne lorsque sa déclinaison sur le terrain est opérationnelle. Si le schéma est bon mais l'application sur le terrain est mauvaise, les difficultés persisteront.
2. Quelle éthique politique ? Nos concitoyens ont raison de demander toujours plus de transparence, et tout mouvement en arrière serait une erreur. Plus de transparence, oui. Mais plus de transparence exige aussi que chaque personne qui s'engage ait les moyens de défendre sa dignité face à l'agressivité physique et à la judiciarisation croissante. On ne peut pas salir l'engagement démocratique par avance. A force d'être attaqué gratuitement, plus personne ne voudra s'engager. Le travail de la Haute Autorité est salutaire, mais aujourd'hui face aux risques juridiques croissants, il est indispensable de repenser les sécurités collectives. Aujourd'hui, quand un élu est attaqué parce qu'il n'a pas pris la bonne décision, alors même qu'il n'y a pas d'intérêt personnel en cause ni malveillance, ça finit trop souvent au pénal.

Dans quelques instants nous procéderons aux désignations dans les organismes. Or, les lois compilées sans cohérence ont créé un vrai problème démocratique : la façon dont la Haute Autorité pose le débat sur le conflit d'intérêt est questionnante. Concrètement, demain, quand nous délibérerons sur Terra Botanica, tous les conseillers départementaux siégeant au CA devront sortir de l'assemblée. Même chose pour toutes les associations où nous allons désigner des représentants. Alors demain, on va délibérer avec qui ? Au moment où il faut lutter contre le hors sol, on en rajoute.

La Loi 4D ne va pas assez loin sur ce sujet, nous souhaitons avoir un débat ensemble. Il ne s'agit non pas de nos pratiques individuelles d'élus, mais bien d'un débat sur la façon dont notre collectivité envisage le rôle et l'action de représentations de chaque Conseiller départemental. La loi 4D justement. Le Sénat vient d'adopter sa version avec certains ajustements demandés par les Départements. Jusqu'à présent, la philosophie des textes des dernières années consistait à vider les communes et les départements au profit des intercommunalités. Là, les sénateurs, judicieusement, laissent aux territoires une plus grande liberté d'organisation et ouvrent la possibilité de transfert des EPCI au Département. C'est salutaire et en Maine-et- Loire, au regard des débats sur la métropolisation angevine, une réflexion à ce sujet devra être menée. Nous pensons qu'il y a des domaines, notamment les mobilités routières, où un pilotage départemental serait plus cohérent et plus efficace.

Enfin et pour conclure. A cette session, nous faisons le constat que pas une seule décision budgétaire n'est sur la table. Vous remettez en route la collectivité et nous le comprenons. Mais le monde ne s'est pas arrêté en nous attendant. Depuis un an, nous alertons session après session sur les tensions sociales et l'impact des confinements. Il n'est pas possible, je le disais lors de la session d'installation, de laisser cet été autant de gamins zoner au bas des immeubles à la porte des trafics. La situation s'est aggravée. Il faudra sans doute se questionner plus globalement sur la situation de la jeunesse, il ne s'agit pas d'opposer jeunesse rurale / urbaine. Mais en l'espèce, il y a là une urgence de se questionner, bien qu'elle concerne plus certains territoires et moins d'autres. Notre responsabilité est notamment la protection de l'enfance. Nous vous demandons que soit débloquée une partie des 8M€ inscrits pour dépenses imprévues, pour l'ASEA et la prévention spécialisée et/ou les centres sociaux, afin que des actions hors les murs soient renforcées dans l'été. Il y a urgence, il faut la traiter, et nous souhaitons qu'une délibération soit remise sur table cet après-midi lors de la Commission permanente, à cet effet.

Mes cher-e-s collègues, Madame la Présidente, sur ce dossier comme sur les autres, nous nous tenons à votre disposition pour avancer avec vous, cet après-midi et le reste de l'été."


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ