Lundi 03 Octobre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Histoire Locale : L'Abbaye de Fontevraud un monument qui fait rayonner le Saumurois

Dans ce nouveau volet de notre série consacrée à l'histoire locale, nous allons vous présenter toutes les personnes et les moments d'histoire qui ont contribuer à façonner ce qu'est aujourd'hui l'Abbaye de Fontevraud.

IMG


L'année 1101 la date de fondation de l'Abbaye de Fontevraud

Robert d'Arbrissel Abbé de l'Église catholique à choisit le vallon de Fontevraud pour établir sa communauté. Depuis quelques années et au fil de ses pérégrinations dans l'ouest de la France, ce moine itinérant a rassemblé autour de lui des hommes et de femmes de toutes conditions grâce à ses talents exceptionnels d'orateur. S'inspirant de la règle bénédictine, il organise à Fontevraud une vie de pauvreté, de pénitence et de travail. En parallèle il fonda l'Ordre de Fontevraud et se nomma par la suite Pétronille de Chemillé à la tête de l'Abbaye.

1115 une décision impensable pour l'époque

Puis en 1115, sentant sa fin proche, Robert d'Arbrissel fixe les statuts de Fontevraud avec les moniales. Il convoque les évêques et les abbés afin de pouvoir faire nommer et reconnaître la nomination d'une abbesse à la tête de l'abbaye. La décision est avalisée et la même année est nommée une jeune femme d'origine noble, Pétronille de Chemillé à son tour. Elle gouverne donc les femmes mais aussi les hommes. Cette situation unique dans l'histoire ne manque pas de provoquer les protestations de ces derniers à de multiples reprises. Pourtant, ce choix sera toujours défendu et respecté : 36 abbesses se succéderont à la tête de l'abbaye jusqu'en 1792.

1200 Aliénor d'Aquitaine se retire à Fontevraud

Fontevraud doit sa grandeur à son fondateur mais aussi aux Plantagenêt, et notamment à Aliénor d'Aquitaine anciennement reine de France et d'Angleterre qui a toujours entretenu un rapport privilégié avec l'abbaye. Alors que son mari Henri II Plantagenêt et surtout son fils favori Richard Cœur de Lion y reposent, elle s'y retire à partir de 1200 à l'âge de 70 ans après avoir eu une vie riche en aventure, elle décide de venir profiter du lieu. Elle commande leurs gisants, mais également le sien où elle se fait représenter un livre entre les mains, symbole de sa culture. Elle meurt en 1204 à l'âge de 82 ans. L'importance qu'a apporté Aliénor d'Aquitaine a l'Abbaye de Fontevraud a contribué grandement à sa renommée.

1491 Un renouveau architectural et religieux

Une abbesse de sang royal est nommée à la tête de Fontevraud : René de Bourbon. Âgée de 22 ans, elle revint en l'abbaye royale en 1523 pour y être élue Abbesse dont elle fut une des grandes dite « la perle de Fontevraud » 18ème abbesse et elle aussi la première des cinq Abbesses de Bourbon qui se succédèrent de tante à Nièce de 1491 à 1679. A son arrivée elle fait appliquer la nouvelle règle monastique voulue par sa prédécesseur Marie de Bretagne qui a marqué l'histoire comme étant une abbesse réformatrice. Elle s'engage également dans des travaux de rénovation du cloître et de la salle capitulaire elle a marqué l'histoire comme une abbesse bâtisseuse. Les travaux seront achevés par Louise de Bourbon dans les années qui suivent.

1670 Une reine des abbesses a vu le jour

Dans son enfance, elle se consacra à l'étude de la philosophie et des langues mortes et vivantes qui n'étaient pour elle qu'un amusement. De plus Elle se distingua par son esprit et son instruction autant que par sa piété. Alors que le monde lui offrait toutes les séductions, elle préféra se vouer à Dieu et s'ensevelir dans une retraite profonde.A seulement 25 ans, Gabrielle de Rochechouart est nommée abbesse par Louis XIV. Sœur de Madame de Montespan. Elle introduit son goût pour l'art à Fontevraud et fait représenter la tragédie Esther de Racine. Elle a été surnommé la reine des abbesses pour le savoir qu'elle avait notamment pour avoir traduit L'Iliade d'Homère et, avec Racine, Le Banquet de Platon.

1792 la fin des religieuses au sein de l'Abbaye

Julie d'Antin fut maîtresse des novices, institutrice d'une princesse royale et grande prieure associée à l'avant-dernière abbesse Marie-Louise de Valence. La Révolution Française met brutalement un terme à près de 800 ans de vie monastique. Les biens de l'Eglise sont inventoriés par l'Etat, les vœux monastiques interdits et enfin les ordres supprimés. En 1792, les religieuses sont expulsées de l'abbaye. Elle est contrainte de fuir déguisée en paysanne. Elle gagne Angers avant de se réfugier à Paris où elle meurt en 1797 assistée de l'ex-sous prieur de saint Jean de l'habit Joly-Louis-Claude Hénin qui fut ainsi fidèle à la demande du fondateur de l'ordre Robert d'Arbrisel « Mère voilà ton fils, fils voilà ta mère ».

L'Abbaye se transforme en prison en 1814

Après le départ des religieuses, l'histoire de Fontevraud change radicalement de direction. En 1804, Napoléon décide de la transformer en centrale pénitentiaire. Dix ans de travaux ont été nécessaires avant qu'elle accueille ses premiers prisonniers ou elle a pu accueillir ses 500 premiers. Fontevraud est alors considérée comme une des prisons les plus dures de Franc, pour les prisonniers qui allait être en détention c'était synonyme du lieu de leur fin mais cela c'est finit en 1963 l'année de sa fermeture.

1903 l'année de la restauration des cuisines romanes

Classée par Prosper Mérimée sur la première liste des monuments historiques dès 1840, l'abbaye ne nécessite pas moins des travaux « urgents et considérables ». Dès 1902, l'architecte Lucien Magne, disciple de Viollet-le-Duc, lance deux chantiers de restauration majeurs : l'église abbatiale puis les cuisines romanes. Ses recherches permettent notamment de restituer la fameuse toiture en écailles de pierre.

L'Abbaye devient un centre culturel en 1975

Sous l'impulsion d'Olivier Guichard, Président de la Région Pays de la Loire, le Centre Culturel de l'Ouest est créé. Son ambition est d'animer l'abbaye à travers une programmation culturelle riche et des résidences d'artistes. Ateliers internationaux du FRAC, festivals de musique, expositions historiques, création contemporaine… animent depuis le monument dans le respect de son histoire cela a été le socle de sa pérennité actuelle et aussi de rendre hommage à toutes les grandes personnes qui ont contribué à la richesse de cette abbaye.

1 commentaire :


Commentaire de Manine

20/06/2021 11:18:25

Merci pour votre excellente idée : parler des lieux et des hommes et femmes remarquables de notre région pour nous permettre de les connaître mieux, ou simplement de les connaître ! Cet article relatant l'histoire de Fontevraud est très intéressant et me semble-t il exact. Mais de grâce, relisez vos articles avant de les publier, celui-ci est semé de fautes d'orthographe et, pire, de fautes d'accords. Encore bravo et merci pour les suivants.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ