Jeudi 09 Décembre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
POLITIQUE

Tribune Libre. Anjou en Action. Digues : Le Département doit être financièrement solidaire des EPCI

Le groupe de l'actuelle minorité départementale réagit sur le dossier du renforcement des digues domaniales qui passe d'une compétence de l'Etat à celle des EPCI. Anjou en Action regrette que la majorité ait refusé l'amendement qu'ils proposaient pour que le Département cofinance les travaux de réfection des digues domaniales.

IMG


« La presse de ce jour relate la motion votée unanimement, lundi dernier en Conseil départemental, en faveur d'un meilleur accompagnement des intercommunalités par l'Etat dans le cadre du transfert de la compétence de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations.

A partir de 2024, 5 des 9 intercommunalités de Maine-et-Loire seront en effet responsables de l'ensemble des travaux de renforcement des digues de la Loire et de ses affluents, soit 138km de linéaires et 126 millions d'€ de travaux à réaliser. 90 000 personnes sont concernées par le risque d'inondation et 13 000 emplois. En l'état de la loi, ces collectivités ne sont pas en mesure d'assumer cette responsabilité. Nous nous associons donc à leur alerte demandant une révision de la gouvernance technique et financière de la gestion des systèmes d'endiguement et notamment le cofinancement de l'ensemble des travaux, à hauteur de 80%, par l'Etat.

Mais, au-delà de cette sollicitation auprès de l'Etat, les intercommunalités ont appelé le Département et la Région à les soutenir politiquement et financièrement dans cette nouvelle compétence, fondamentale en termes de mise en sécurité des personnes et des biens.A titre d'exemple, plus de 50 00 personnes seraient concernées par une rupture de digue sur le bassin de l'Authion. Les dégâts étant évalués à plus d'1 milliard d'euros. Des travaux sont déjà engagés à hauteur de 20M€, l'Etat finance 16 millions d'€, il reste donc 4 millions d'€ à la charge des EPCI.

Face à cette dépense nouvelle, la solidarité territoriale, à l'échelle du Maine-et-Loire, doit jouer. A défaut, seuls les habitants de ces territoires supporteront le poids de ces dépenses, par la mise en place d'une nouvelle taxe GEMAPI et donc une hausse forte des impôts locaux, sans tenir compte du taux de pauvreté (Saumur Val de Loire étant le territoire où la population est la plus précaire du Maine-et-Loire). C'est pourquoi nous avons défendu un amendement, lors de la session de lundi 17 mai : au nom des solidarités territoriales, nous proposons que le Département cofinance à hauteur de 25% le reste à charge des intercommunalités. Soit, pour les travaux en cours, sur le bassin de l'Authion, une dépense d'1M€.

Nous regrettons le refus de la majorité départementale de s'associer à cette proposition. La Région a décidé de cofinancer, le Département s'abstient d'apporter son aide alors que des marges de manœuvre existent désormais pour investir auprès des collectivités qui ont besoin de soutien. »


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ