Mardi 30 Novembre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Saumurois. Petites Villes de Demain : Vers plus d'attractivité pour les 5 communes pôles

5 communes du Saumurois avaient été retenues dans le cadre du dispositif Petites Villes de demain (relire notre article). Un nouveau programme qui permettra aux communes de développer leur attractivité en actionnant les leviers du commerce, de l'habitat ou encore des mobilités.

IMG


Ce lundi 17 mai 2021, Les maires des communes pôles de l'agglomération saumuroise (Longué-Jumelles, Doué-en-Anjou, Gennes-Val de Loire, Montreuil-Bellay, Allonnes), le président de la communauté d'agglomération Saumur Val de Loire, Jackie Goulet, et le sous-préfet de Saumur, Samuel Gesret, se sont retrouvés pour signer les conventions "Petites Villes de Demain". Il s'agissait d'une préfiguration de la convention qui a été signée ultérieurement, puisque quelques détails restent à peaufiner : « Mais au vu des échéances qui arrivent prochainement, il valait mieux que cela soit fait de manière publique avant », indique Jackie Goulet, en évoquant à demi-mot les élections régionales pour lesquels il est candidat. Seules les conventions pour les communes de Longué-Jumelles et Allonnes ont été signées, puisque les autres communes n'ont pas encore voté leur participation au dispositif en conseil municipal. Lancé en octobre 2020 par la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, ce programme de relance est doté d'un budget de 3 milliards et s'étalera sur la durée du mandat, donc jusqu'en 2026. « 1 600 communes de moins de 20 000 habitants ont été retenues en France, dont 100 en Pays de la Loire, 15 en Maine-et-Loire et 5 sur l'agglomération Saumuroise. C'est l'EPCI (Etablissement public de coopération intercommunale) du département qui compte le plus de villes lauréates », indique le sous-préfet Samuel Gesret. « C'est une très bonne nouvelle que toutes les communes pôles aient été retenues par le dispositif. Cela va permettre d'avancer ensemble et de développer l'ensemble du territoire de l'agglomération et le rendre plus attractif », se réjouit le maire de Doué-en-Anjou, Michel Pattée.

Un manager de centre-ville

Il s'agit d'un programme visant à aider au développement des communes sur la rénovation de l'habitat, la transition écologique, les liaisons douces ou encore le commerce. « L'objectif est de redynamiser les bourgs, les rendre plus attractifs par ces différents leviers. C'est une véritable aubaine », retiennent les maires des communes concernées. Le sous-préfet de Saumur, en charge de piloter ce dossier sur l'ensemble du Maine-et-Loire, explique que « c'est avant tout une boîte à outils. Il y a environ 80 outils dans ce programme allant de l'aide financière, ingénierie, soutien, formation des élus.... Aux communes de s'en emparer et d'utiliser ce qu'elles souhaitent pour mettre en œuvre le développement de leur commune. » Pour aider au développement du commerce et des services, un manager de centre-ville a été recruté et interviendra dès le début du mois de juin. Il interviendra sur les communes de Gennes-Val-de-Loire, Montreuil-Bellay, Longué-Jumelles et Allonnes, mais également Fontevraud et Vivy. « Les communes lauréates du dispositif recevront une aide financière pour ce manager, les deux communes en dehors paieront quant à elles entièrement de leur poche ce manager. Toutefois, elles ne comptent pas autant de commerce et n'auront pas besoin d'une présence importante de ce manager », explique Frédéric Mortier, maire de Longué-Jumelles. Les communes de Saumur et Doué-en-Anjou qui disposent déjà de ce service, indiquent que « cela a réellement permis d'impulser une nouvelle dynamique en s'appuyant sur les conseils du manager. »

Un service à la carte

Les communes pourront donc piocher dans les différentes solutions qui s'offrent à elles, et selon leurs finances également, pour développer l'attractivité du pôle qu'elles représentent. Pour Marc Bonnin, maire de Montreuil-Bellay, le programme Petites Villes de Demain arrive à point nommé : « Je vois trois avantages à ce qu'il arrive maintenant. Tout d'abord, nous sommes plutôt en début de mandat ce qui laisse du temps. Ensuite, cela intervient dans une période de crise sanitaire et économique. Cet outil de revitalisation et de relance nous sera très utile. Enfin, nous sommes dans une période de mutation sociétale, tant sur le plan des habitudes de consommation, que de travail. Nous allons de plus en plus travailler à distance. Il nous faudra penser à l'avenir à proposer des espaces dédiés, de coworking, pour s'adapter à ces nouvelles habitudes. » Isabelle Deveaux, maire de Gennes-Val-de-Loire, estime quant à elle que « c'est une aubaine pour pérenniser et ramener des services dans les cœurs de bourgs, nombreux sur la commune. » Même combat à Longué-Jumelles où l'activité est séparée en trois zones différentes (relire notre article sur les projets prévus en Longuéen dans le cadre de ce dispositif). « À chacun de tirer les bons tiroirs en fonction des enjeux de son territoire. L'enjeu est d'apporter de nouveaux services aux habitants, se développer pour en attirer de nouveaux, mais aussi de rayonner sur les communes alentours, car c'est aussi notre rôle de pôle », témoigne Jérôme Harrault, maire d'Allonnes.

5 commentaires :


Commentaire de Et bien

17/05/2021 16:47:47

Et bien beaucoup de programme pour sauver les villes petites et moyennes, mais où sont les résultats ? On injecte un pognon de dingue pour que les centres ville se meurent quand même. Garder les services en ville ? Quand on voit que Saumur et Gennes vont perdre la plupart de leurs bureau de Poste avec l'aval des maires, y'a quand même de quoi se poser des questions sur leurs manières de voir les choses.



Commentaire de airpur49

18/05/2021 07:17:14

On pourra faire tout ce qui est possible en matière de subventions aux communes, d'aide à l'installation de commerces, si les habitants de ces petites villes vont dans les grands centres commerciaux ou font leurs achats par Internet , ce sera peine et argent perdus. Le manager de centre-ville peut aussi conseiller en matière d'urbanisme et d'aménagement de places de quartier pour y ramener un peu d'esprit de quartier justement et du lien social qui commence à manquer dans ces villes.



Commentaire de don quichotte

18/05/2021 07:32:12

un manager de centre ville ; ce ne serait pas Mc Kinsey, pour former les élus ?



Commentaire de Rebelle

18/05/2021 07:59:09

Encore une idée géniale de l'état pour créer de la fausse activité et imposer des emplois aux collectivités. Ce manager doit être un génie pour expliquer aux élus et employés communaux ce que sont leurs communes et comment en faire des merveilles. A la clé, augmentation des impôts pour ceux qui payent encore et libre cours donné aux idéologies...



Commentaire de Paul Hemique

18/05/2021 09:36:01

Ôtez moi d'un doute ....il n'y en a pas un qui nous a déja fait le coup de la boite à outils ???? Sauf que tous ces gens ne se sont jamais servis d'un outil ......



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ