Lundi 23 Mai
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Pays de la Loire. La Région et SNCF engagée pour développer le ferroviaire sur les territoires

La semaine dernière, Christelle Morançais, présidente de la Région des Pays de la Loire, a accueilli et échangé avec Jean-Pierre Farandou, président directeur général du groupe SNCF, pour travailler sur les enjeux communs au développement du service de transport ferroviaire sur le territoire.

IMG


« Développer le réflexe TER en Pays de la Loire pour faciliter la mobilité des habitants est l'ambition majeure qui guide l'action de notre collectivité sur le transport ferroviaire. Pour cela nous misons à la fois sur une augmentation continue de l'offre avec un service de qualité, et une accessibilité toujours plus forte des infrastructures », rappelle Christelle Morançais. « Notre feuille de route partagée avec la Région Pays de la Loire pour le territoire ligérien est claire : développer les mobilités durables grâce au train. Cette ambition commune se concrétisera notamment grâce aux 6 000 femmes et hommes du Groupe SNCF mobilisés en Pays de la Loire » ajoute Jean-Pierre Farandou.

Augmentation de l'offre de transports du réseau Aléop en TER

A la fin de l'année 2020, la Région a conclu un protocole d'accord avec SNCF dans le cadre de sa convention actuelle pour le financement du réseau ferroviaire et dans la perspective de l'ouverture à la concurrence. Le protocole renforce le développement des dessertes avec l'engagement d'une augmentation de près de 11% des trains circulés d'ici 2023, dont +5% dès cette année 2021.Des trains supplémentaires ont été mis en place dès décembre dernier sur plusieurs axes, dont Nantes-Angers qui bénéficie de +4 allers/retours supplémentaires de bout en bout avec arrêts à Ancenis auxquels s'ajoutent 4,5 allers/retours sur le trajet Nantes-Ancenis. Un trajet Angers-le Mans a été créé avec les arrêts intermédiaires de Sablé-sur-Sarthe et La Suze. Et dès la fin du mois de mars l'offre sera renforcée sur la ligne Nantes –Clisson –Cholet qui passera de 5 à 9 allers/retours / jour grâce à la modernisation des infrastructures ferroviaires pour laquelle la Région est intervenue à plus de 70%. Cette augmentation des dessertes s'inscrit dans la continuité du développement de l'offre engagé par la Région dès la mise en place du cadencement en 2017, et complété par le développement d'une tarification attractive pour tous les voyageurs. La nouvelle gamme tarifaire appliquée en 2018 avec notamment la création de tarifs spécifiques pour les jeunes et de nouvelles offres pour les voyageurs occasionnels a rencontré un vrai succès avec une augmentation de 60% des trajets occasionnels tous publics dès la première année.

Pour un réseau modernisé aux performances améliorées

Parce que l'amélioration des performances du réseau est une nécessité pour maintenir son attractivité, la Région investit sur les opérations de modernisation des infrastructures que ce soit sur les lignes ou sur les gares. En matière de gare, la Région a apporté près de 186 millions d'euros sur plusieurs sites de la Région. Par ailleurs la Région est très attachée à la pérennité des lignes ferroviaires qui maillent le territoire. Elles jouent en effet un rôle primordial en faveur de l'aménagement, l'équité et l'attractivité des territoires, notamment pour les zones rurales. La Région s'est donc engagée avec l'Etat dans l'élaboration d'un protocole d'accord sur l'avenir des lignes de desserte fine du territoire (LDFT). Pour sauver ces lignes qui supportent généralement moins de trafic que le réseau ferroviaire structurant une démarche a été engagée pour déterminer à compter de 2023, les responsabilités entre l'Etat (via SNCF Réseau) et la Région quant au financement des travaux permettant de les régénérer voire de les moderniser en vue d'assurer leur pérennité.

Pour le développement des mobilités durables et décarbonnées

La Région partage également avec SNCF, une ambition forte sur les mobilités durables. Les Pays de la Loire ambitionnent d'être pionniers en matière de motorisations alternatives (en 2020, on dénombre déjà plus de 20 stations GNV opérationnelles, et563 bornes publiques de recharge électriques dont 59 rapides). Le mouvement est déjà engagé sur le réseau Aléop en car, avec notamment une première ligne 100% électrique en Mayenne, de premières circulations de cars GNV dans chaque département. La Région souhaite déployer les motorisations alternatives dans les cars du réseau Aléop, en priorité sur les lignes structurantes (BioGNV en particulier) en tenant compte des possibilités d'approvisionnement existantes à proximité et expérimenter un car à Hydrogène sur une ligne interurbaine à horizon 2030. Pour le TER, il s'agira d'anticiper le renouvellement du matériel roulant ferroviaire en choisissant des motorisations alternatives, notamment à l'hydrogène.

Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ