Lundi 06 Décembre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

793 millions d'€ de l'Etat pour moderniser le système de santé en Pays de la Loire

Ce 9 mars 2021, Jean Castex, Premier ministre, et Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, ont présenté et détaillé le plan d'investissement du Ségur de la santé qui consacre 19 milliards d'euros à l'amélioration et à la modernisation de notre système de santé, plus que jamais mobilisé face à la crise pour protéger nos concitoyens.

IMG

Image d'illustration


Après la mise en oeuvre des revalorisations salariales prévues par les accords du Ségur de la santé signés par la majorité des organisations syndicales et professionnelles, ce plan d'investissement historique se fixe plusieurs objectifs : moderniser notre offre de santé, alléger le poids de la dette pour relancer les investissements courants, et donner un élan et des perspectives à l'ensemble de notre système de santé.
Au-delà de ces investissements indispensables, il s'agit également de rompre avec les méthodes déployées depuis 10 ans : accompagner et même impulser les projets, donner tous les leviers d'action au niveau territorial, mieux associer les élus.

Au niveau national, ces 19 milliards d'euros sont répartis en cinq grands ensembles :
• 6,5 Md€ permettront d'alléger le poids de la dette pour les établissements sanitaires qui en ont le plus besoin et de relancer leurs investissements ;
• 9 Md€ permettront de financer les projets des établissements de santé, et plus largement les projets d'offre de soins des territoires ;
• 1,5 Md€ seront alloués aux EHPAD, afin d'améliorer les capacités d'accueil tout en intégrant les nouveaux modes de prise en charge de nos aînés ;
• 2 Md€ seront mobilisés pour les outils de santé numériques, dont 600 M€ pour les EHPAD ;
• 300 M€ permettront de moderniser l'offre de soins pour les personnes en situation de handicap.
Ces montants permettront de redonner un élan et des perspectives à l'ensemble de notre système de santé. Cet investissement est historique. A titre de comparaison, les plans Hôpital 2007 et Hôpital 2012 représentaient respectivement 6 et 10 milliards d'euros.

Une enveloppe régionale au service des enjeux du territoire

L'enveloppe des Pays de la Loire annoncée par le ministre de la santé pour le soutien à l'investissement des établissements sanitaires représente un montant de 793 M€ pour les 10 ans à venir. Ce montant a été déterminé en tenant compte des priorités d'investissement sur la région, de la maturité des projets portés, et de la situation financière des établissements.
Plus en détail, 187 M€ serviront à l'assainissement financier des établissements les plus endettés de la région, et 524 M€ permettront de relancer les investissements en santé, moderniser les établissements, développer l'offre de soins de proximité, dont les soins de suite et de réadaptation (SSR)…
La région bénéficie également dès 2021 d'un soutien exceptionnel aux dépenses du quotidien des établissements de santé : 82 M€ sont ainsi consacrés, sur 3 ans, à l'achat ou au remplacement de matériel, à la réalisation de petits travaux afin d'améliorer les conditions de travails dans les établissements de santé.
Cette enveloppe régionale sera complétée pour le champ médico-social (personnes âgées et personnes vivant avec un handicap) par une réévaluation des plans d'aide à l'investissement permettant d'accompagner les transformations et modernisations des établissements, et mieux répondre ainsi aux conditions de travail des personnels et d'améliorer les réponses pour les résidents et leurs aidants.
Ces différents financements ont également pour ambition de répondre aux enjeux de transition écologique et notamment de transition énergétique que les projets d'investissements du secteur de la santé intègrent aujourd'hui.
Enfin, le développement du numérique dans le domaine de la santé (télémédecine, dossier de l'usager informatisé dans les établissements médico-sociaux, échange et partage de données, cybersécurité) sera également fortement soutenu en région.

Un véritable levier de modernisation et de transformation du système de santé

Cette enveloppe régionale constitue un véritable levier de transformation de l'offre sanitaire, numérique et médicosociale en déclinaison du Projet Régional de Santé. Il s'agira plus précisément de soutenir en priorité les projets qui intégreront des réponses adaptées aux différents enjeux d'évolution du système de santé :
• Anticiper le vieillissement de la population et plus largement l'évolution des besoins
• Contribuer à la réduction des inégalités territoriales et sociales de santé
• Améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients ou des résidents
• Renforcer la graduation des soins
• Consolider les parcours de soins des patients et les filières de prise en charges spécialisées
• Améliorer les conditions de travail des soignants
• Conforter l'innovation et les réponses coordonnées entre acteurs
• Intégrer la dimension numérique dans les projets (e-santé)
• Prendre en compte les enjeux de développement durable
• Accompagner toute innovation…
Ces différents enjeux au niveau d'un territoire donné pourront être intégrés dans le cadre de projets d'aménagement du territoire de santé, qui traitent l'ensemble des problématiques de santé du territoire en proposant des réponses diversifiées : offre de soins hospitalière, soins de ville, structures concourant à la fluidification des parcours de santé, secteur médico-social…
Ce plan régional d'investissement sera ainsi susceptible de soutenir et d'impulser, conformément au PRS (Projet Régional de santé) :
• Les projets structurants des principaux établissements de recours du territoire dans leur démarche de modernisation et d'intégration des besoins résultant de la crise sanitaire (comme par exemple les lits de réanimation et/ou d'accueil des urgences) ;
• Les projets favorisant toute forme de coopération sur son territoire, telle qu'entre établissement public/public ; établissement de santé avec le 1er recours et le médico-social ;
• Les projets intégrant une dimension de prévention, d'innovation, de développement durable et de qualité ;
• Les projets qui intégrant une dynamique de coopération, associant tous les acteurs concernés (professionnels de santé, collectivités locales, usagers, institutions...).
• Les projets confortant l'offre de proximité et permettant de favoriser des consultations avancées, des plateaux techniques d'imagerie en complément des lits de médecine ou de soins de suite et de réadaptation, et ce en coordination avec les praticiens de ville ;
• Les projets concourant à pérenniser une offre de santé en zone sous dense ;
• Les projets permettant la modernisation et la transformation de l'offre en santé mentale ;
• Les projets proposant une réponse au long cours (aval et médico-social dont le secteur en faveur des personnes âgées et/ou handicapées) qui répondent aux enjeux de transformation de l'offre au vu des besoins des populations, comme à la nécessaire amélioration des conditions d'accueil et de prise en charge de résidents d'EHPAD de plus en plus dépendants ;
• Les projets favorisant l'évolution des dispositifs d'accompagnement des personnes en situation de handicap vers davantage d'inclusion… ;
• …

Une nouvelle méthode pour décider des investissements dans le système de santé

Au-delà de ces investissements indispensables, le Gouvernement s'est engagé à la suite du Ségur de la santé à rompre avec les approches déployées depuis 10 ans en mettant en oeuvre une nouvelle méthode pour décider des investissements. Elle est d'abord marquée par une déconcentration déterminée, tous les leviers d'action et toutes les enveloppes étant pilotés par les Agences régionales de santé, au plus proche des territoires, en concertation avec les élus et avec les acteurs de la démocratie sanitaire.
Cette nouvelle méthode, plutôt que de freiner pour mieux contrôler les projets, souhaite au contraire les accompagner, le cas échéant par un expert mandaté au niveau national. L'agence régionale de santé sera chargée de coordonner la mise en oeuvre de ces différents financements. Pour cela, elle s'appuiera sur une stratégie d'investissement régionale déployée dans les territoires dont les axes directeurs seront partagés avec les acteurs de santé et du médico-social d'ici à octobre 2021 au plus tard.
Elle prolonge une dynamique engagée en PDL où, d'ores et déjà, 30 millions d'euros de soutien à l'investissement sont déployés par l'ARS, via son FIR (Fond d'intervention régionale). La mise en oeuvre de cette stratégie, tout au long de ce plan d'investissement, fera ensuite l'objet d'un dispositif de concertation et d'échange régulier avec l'ensemble des acteurs locaux.

Une nouvelle étape dans la mise en oeuvre du Ségur de la santé en région

Ce choix d'un investissement massif, au service de la santé de nos concitoyens vise également à améliorer rapidement et significativement les conditions de travail des soignants, dans l'esprit des travaux menés lors du Ségur de la santé. Il s'ajoute aux revalorisations sans précédent mises en oeuvre dès la fin de l'année 2020, et qui ont conduit à la revalorisation de la rémunération de 80 687 professionnels des établissements de santé et des EHPAD, de 7 131 médecins des établissements publics, et de 7 632 étudiants paramédicaux, étudiants en médecine et internes en médecine dans la région.

En quelques chiffres, le Ségur de la santé en région Pays de la Loire, c'est :
- 793 millions d'euros d'investissement (hors médico-social et numérique) dont :
- 187 M€ d'assainissement financier des établissements,
- 524 M€ de relance des investissements,
- 82 M€ d'investissements du quotidien dès 2021.
85 366 professionnels de santé revalorisés, via leur salaires et parcours professionnels, dont :
- 80 687 professionnels des établissements de santé et des EHPAD,
- 7 131 médecins des établissements de santé publics.
7 632 étudiants et internes revalorisés :
- 4 514 étudiants paramédicaux,
- 1 679 étudiants en médecine,
- 1 439 internes.

4 commentaires :


Commentaire de Mimi49

10/03/2021 17:52:07

Que c'est beau et encourageant !!! Espérons que cela ne soit pas qu'un effet d'annonces. Y'a plus qu'à .....!!!!



Commentaire de Superdeg

11/03/2021 17:03:38

On pourrait faire une salle de réveil à l'hopital de Saumur...car rester dans un couloir en courant d'air, ça c'est sur ça réveil surtout l'hiver et puis changer les fenêtres calfeutrer avec de l'essui tout



Commentaire de A superdeg

11/03/2021 22:16:54

Vous citez l'hôpital alors que l'essentiel de l'activité chirurgicale donc de l'occupation du bloc est du ressort de la clinique. Dans l'accord imposé de partage vers 2000 pour la clinique ce qui rapporte donc la chirurgie et pour l'hopital public ce qui coûte et est source d'ennuis : les urgences et la maternité.



Commentaire de Superdeg

12/03/2021 16:38:44

Oo lalala ça me fait mal pour nos héros "source d'ennuis : les urgences et la maternité."



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ