Samedi 28 Mai
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Maine-et-Loire. Les agriculteurs mènent une action coup de poing devant les grandes surfaces

Cette nuit, les agriculteurs du Maine-et-Loire ont mené une vaste opération sur l'ensemble du territoire. Des tas de fumier ont été déversés devant les enseignes de grandes surfaces, notamment à Baugé et Beaufort.

IMG

Le magasin Aldi de Baugé-en-Anjou


Dans la nuit du mardi 23 février au mercredi 24 février 2021, les agriculteurs du Maine-et-Loire ont mené une opération coup de poing : Ce sont plusieurs grandes enseignes du département qui ont été visées et ont découvert au petit matin des tas de fumier devant leurs portes. Des actions ont été menées à Beaufort et Baugé, ainsi qu'à Avrillé, Saint-Jean-de-Linières, Cholet, Jallais, Chalonnes, Chemillé ou encore Saint-André-de-la-Marche.
Au travers de ces actions, les agriculteurs ont souhaité faire entendre leur voix et montrer leur colère. Ils dénoncent le fait que la grande distribution ne prenne pas en compte la hausse des coûts de production et des produits agricoles dans les négociations commerciales. Les négociations entre la grande distribution et les industriels sont en effet actuellement en cours et dureront jusqu'à la fin de ce mois de février. Ils regrettent que les grandes enseignes ne respectent pas la loi sur l'agriculture et l'alimentation Egalim (Loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous). Une façon pour le monde agricole de marquer les esprits et ne pas se faire oublier. Ces actions interviennent à quelques semaines d'une importante manifestation des agriculteurs, le 9 février à Angers.




Ce que prévoit la loi Egalim pour les négociations commerciales

Après avoir été adoptée par le Parlement le 2 octobre 2018, la loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable a été promulguée le 1er novembre 2018. La loi issue des États généraux de l'alimentation poursuit trois objectifs : Payer le juste prix aux producteurs, pour leur permettre de vivre dignement de leur travail ; renforcer la qualité sanitaire, environnementale et nutritionnelle des produits ; favoriser une alimentation saine, sûre et durable pour tous. Elle doit normalement permettre aux agriculteurs d'avoir un revenu digne en répartissant mieux la valeur. Voici les grandes lignes de ce que prévoit la loi :

- L'inversion de la construction du prix : le contrat et le prix associé seront proposés par les agriculteurs, en prenant en compte les coûts de production. Ils pourront peser dans les négociations grâce à un regroupement en organisation de producteurs et au renforcement des interprofessions.

- Les organisations interprofessionnelles devront élaborer et diffuser, dans le cadre de leurs missions, des « indicateurs de référence » des coûts de production et des indicateurs de marché pour les aider dans les négociations commerciales.

- Des contrôles et des sanctions sont prévus en cas de non-respect des dispositions. La médiation sera également renforcée, de manière à améliorer l'efficacité des dispositions de la loi sur les relations commerciales.

- Les renégociations de prix seront facilitées en cas de fortes variations du coût des matières premières et de l'énergie.

- La loi habilite le Gouvernement à légiférer par ordonnance sur le seuil de revente à perte et l'encadrement des promotions. Les ordonnances seront prises en tenant compte de l'avancement des engagements des acteurs à modifier leurs pratiques.

- Le seuil de revente à perte sera relevé de 10% sur les denrées alimentaires, à titre expérimental pour une durée de deux ans. Il doit favoriser un rééquilibrage des marges en faveur des agriculteurs et des PME.

- L'encadrement des promotions, en valeur et en volume, là encore à titre expérimental sur deux ans, sera mis en place sur les denrées alimentaires. Cela permettra de faire en sorte de mieux rémunérer les agriculteurs et les PME agroalimentaires. Fini par exemple le « 2 pour le prix de 1 », en revanche le « 3 pour le prix de 2 » restera possible.

- La disposition relative à l'interdiction de prix de cession abusivement bas sera élargie pour être plus effective (dans le cadre d'une ordonnance).

2 commentaires :


Commentaire de Raminagrobis

24/02/2021 18:09:55

Il serait très intéressant de connaître combien une salade vendue 1€50 a été payée à l'agriculteur et savoir qui s'est engraissé avant que cette salade nous soit vendue ? Ceci vaut pour la viande et volaille.



Commentaire de Gedeon

25/02/2021 08:23:46

Compte tenu de ce contexte qui dure depuis des décennies,les Chambre d'Agriculture ne pourraient-elles pas accompagner des groupements d'agriculteurs qui pourraient chaque jour vendre leurs produits (de saison...et à des prix ajustés) dans l'un des ces locaux vides de tout commerce qui sont de plus en plus nombreux dans les centres villes. Impossible ?



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ