Lundi 29 Novembre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Saumur. Les transports Maingret roulent désormais plus proprement, à l'huile de colza

Les transports Ingrid Maingret implantés à Saumur-Distré viennent d'évoluer en terme d'énergie pour leurs poids lourds. Une partie des camions roulent désormais au Oléo 100, une carburant naturel issu du colza. Explications.

IMG


Soucieuse de changer l'image des transporteurs routiers qui polluent énormément en roulant au diesel, Ingrid Maingret, gérante de la société de transport éponyme, a décidé d'utiliser un nouveau type de carburant. Elle utilise aujourd'hui, pour une douzaine de ses poids lourds, un carburant plus propre et à l'impact écologique réduit. Celui-ci est issu du colza, une céréale à la fleur jaune qui fleurit dans bon nombre de champs en France. Après plusieurs actions visant à réduire l'impact sur l'environnement (limitation de la vitesse, certification ISO 14001…) elle a souhaité poursuivre dans ce sens. « Consciente de la nécessité pour nos métiers de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, j'ai voulu aller encore plus loin. J'ai donc choisi de rouler au colza avec ce carburant Oléo 100. J'ai tout de suite été séduite par cette énergie qui répondait à mes attentes », indique Ingrid Maingret. Oléo 100 est en effet un carburant 100% végétal et renouvelable. Il est issu de l'agriculture française, « ce qui est un plus, car s'il avait fallu lui faire parcourir des kilomètres et des kilomètres, transiter en bateau... cela n'aurait pas eu de sens », poursuit-elle.

Plus propre pour le même coût

L'utilisation de ce carburant est simple pour les transporteurs et ne présente pas de surcoûts. « L'avantage est que cela ne nécessite pas de changement de véhicule ni de modifications sur les camions de notre flotte. Nous conservons nos véhicules diesel et nous y mettons simplement ce carburant. L'avantage est que si un de nos transporteurs se trouve juste en termes de carburant, il a tout à fait la possibilité de mettre du gazole et continuer sa route », détaille David Martineau, responsable d'exploitation. Ils assurent que cette solution permet de réduire d'au moins 60% les émissions de gaz à effet de serre par rapport au gazole et assurerait une réduction des particules fines jusqu'à 80%. « Pour nous, l'utilisation d'Oleo 100 est sans surcoûts. Et, elle assure une autonomie quasi identique à celle du gazole et à des prix similaires », poursuit-il. « Je rajouterai, par rapport au discours que l'on peut entendre, l'environnement n'est pas une option dans notre profession et fait partie de notre ADN. Nous exploitons les véhicules les moins polluants sur la route. Pour exemple, si l'on prend un camion de 35 tonnes, il consomme 28 litres au 100km. Le ratio à la tonne est de 0,8 litre pour 100 km. Trouvez-moi une voiture, même hybride, capable de consommer et donc de polluer aussi peu ? », rétorque Ingrid Maingret. Ce sont aujourd'hui 45% des effectifs plus de 3,5T qui utilisent ce carburant.

Une production aux multiples usages

Les cultures de colza servant à la production d'Oléo100 génèrent en priorité des protéines végétales destinées à l'alimentation animale. Chaque hectare de colza cultivé permet la coproduction de 2 tonnes de tourteaux à destination de la nutrition des animaux d'élevage, de 500 litres d'huile alimentaire et 1 000 litres d'huile transformée en Oléo 100. « De plus, il s'agit d'une culture non irriguée, ne posant donc pas de problème écologique du fait de la consommation en eau », précise Ingrid Maingret.

Quid de l'électrique ou du gaz ?

Pour le transporteur, l'électrique n'est pour le moment pas assez abouti, l'autonomie ne permet pas encore d'assez longs trajets et ne correspond donc pas à la pratique de cette entreprise. « Par ailleurs, qu'est-ce que l'on fait des batteries ensuite ? », questionne la gérante. Et pour le gaz, d'autant qu'une station vient d'être installée sur Saumur ? « Le gaz semble une bonne alternative, mais il présente toutefois encore des désavantages. Il y a un surcoût à l'achat du véhicule. Il est 30% plus cher. Le plein est un peu plus long et l'autonomie est bien moindre. Enfin, le réseau de stations est seulement en cours de développement. Cela demande encore à évoluer, avant que cela soit vraiment intéressant pour nous », explique David Martineau.
Ce carburant au colza commence à se développer chez les professionnels français. Il n'est proposé que depuis 2018, mais les transports Maingret s'attendent à le voir se développer très vite.

8 commentaires :


Commentaire de C'est formidable

05/02/2021 18:59:13

Donc je suppose que l'huile de colza oléo 100 est livrée à l'entreprise. Est-ce que nous pouvons faire de même pour les voitures diesel?



Commentaire de Peu importe

05/02/2021 20:03:39

C'est ce que je me demandais... Pourquoi nous imposer l'électrique qui est une fausse énergie verte... Nos diesels doivent pouvoir avec cette huile.



Commentaire de gedeon

06/02/2021 07:30:29

Voila une initiative intéressante dont le résultat est probant et rapporté par un utilisateur au quotidien sur le terrain. Laissons donc l'électrique pour nos voitures qui est une fausse piste...malgré le discours de la profession automobile.



Commentaire de PAG

06/02/2021 10:51:58

Le colza n'est-il pas un produit agricole qui (comme l'huile de palme) risque d'être cultivé au dépend des cultures vivrières et risque d'être source de déforestation? Une fois de plus la quadrature du cercle!



Commentaire de @PAG

06/02/2021 13:48:33

Le colza a toujours été cultivé en France et cela ne date pas d'hier. De beaux champs jaunes et verts en période de floraison. Ne pas s'inquiéter pour la déforestation, il n'y en aura pas.



Commentaire de PAG

06/02/2021 23:54:30

@ @ ....Le colza cultivé en France (...En Europe) est destiné à la consommation humaine et/ou animale pour la plus grande partie . Si nous devions "consommer" beaucoup plus de colza (pour la production de carburant ): Ou bien se serait au détriment des cultures traditionnelles, ou nous serions obligés d'en importer des quantités massives de pays non respectueux de l'environnement (le Brésil par exemple). Sans parler de l'empreinte carbone du transport maritime.



Commentaire de Le colza cultivé en France@PAG

07/02/2021 09:39:10

Espérons que ce que vous écrivez ne sera pas le cas. Pour le moment les transports Maingret ont recours à la production de colza cultivé en France et cela est déjà une très belle avancée.



Commentaire de BEATRICE PHILIPPON RIGNAULT

10/02/2021 14:36:40

Bravo à vous pour cette orientation… Il est bien certain qu'une seule énergie ne peut être retenue… mais il faut aller dans le sens le mieux pour nôtre planète...



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ