Lundi 23 Mai
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Saumur : Des athlètes de l'IFCE aux JO de Tokyo en 2021 ? Et de Paris en 2024 ?

Les Jeux Olympiques de Tokyo, initialement prévus en 2020 mais repoussés à juillet 2021, sont l'occasion pour les athlètes de continuer à s'entraîner. À l'IFCE de Saumur, trois athlètes s'entraînent pour les futures épreuves, sans oublier la préparation pour les JO de Paris en 2024.

IMG

Cavalier IFCE


C'est à l'IFCE (Institut Français du Cheval et de l'Équitation) dont le siège est à Saumur - St Hilaire St Florent, que se préparent quatre athlètes, afin de concourir aux épreuves d'équitation des Jeux Olympiques de 2021. L'institut se prépare également pour les JO de Paris en 2024.

Des athlètes de l'IFCE susceptibles d'être sélectionnés

Rien n'est encore sûr pour ces trois cavaliers qui pourraient concourir aux JO de 2021. Thibaut Vallette et Chiara Zenati sont inscrits sur la liste 2021 qui servira pour la pré-sélection des équipes de France pour Tokyo 2021. Thibaut Vallette, ainsi que Jean-Lou Bigot, pourraient concourir en concours complet, tandis que Chiara Zenati devrait concourir aux épreuves de para-dressage. Mais rien n'est définitif. Sophie Aujard, chargée de communication pour la FFE (Fédération Française d'Équitation) explique: « Pour pouvoir concourir, il faut être qualifié, et sélectionné par le Comité National Olympique. Les sélectionneurs choisissent les couples, le cavalier et son cheval, qui auront atteint leur pic de forme et qui seront les plus performants lors des Jeux. Mais tout peut arriver, le cheval ou le cavalier peuvent se blesser, ou tomber malades. »

Les athlètes s'entraînent à Saumur

Thibaut Vallette, champion olympique de concours complet par équipe et écuyer au Cadre Noir de Saumur s'entraîne à l'IFCE avec son cheval Qing du Briot, afin d'être sélectionné dans sa discipline. Chiara Zenati se rend quant à elle une semaine sur deux monter le cheval Swing Royal avec l'écuyer Sébastien Goyheneix, dans le cadre d'un partenariat signé par l'UCPA (Union nationale des centres sportifs de plein air) formation et l'IFCE. Jean-Lou Bigot, athlète Olympique né à Longué, s'entraîne ponctuellement à l'IFCE pour les épreuves de concours complet. Diplômée entraineur de para-dressage délivré par l'Ecole Nationale d'Équitation, Céline Gerny s'entraîne à l'IFCE pour les JO de Paris de 2024. La cavalière bénéficie depuis 2018 d'un partenariat avec l'IFCE et l'Ecole Nationale d'Equitation, lui permettant de travailler avec Nadège Bourdon et Sébastien Goyheneix, tous deux investis dans le para-dressage. Elle a également à sa disposition deux chevaux de compétition et peut profiter des infrastructures de l'école. « Mon projet de médaille à Paris 2024 se poursuit grâce à mon détachement au sein de l'IFCE. » affirme-t-elle. « En effet, c'est grâce à cette organisation qu'il sera réalisable. Je peux ainsi me consacrer à plein temps à mon projet sportif. »

Pas de visibilité

« Comme tout le monde, avec la crise sanitaire, nous sommes dans l'expectative. En attendant, nous travaillons » explique le sélectionneur national de concours complet, Thierry Touzaint. « Il y a déjà eu des regroupements avec les couples de la liste FFE JOP Tokyo 2021. Nous avons travaillé sur le plat et à l'obstacle ; Thierry Pomel, le sélectionneur national de saut d'obstacles, est venu nous donner un coup de main. Et la semaine prochaine, il y aura des séances de cross à Verrie près de Saumur. » En raison de la crise sanitaire, la préparation de la saison de concours se complique. « Ce n'est pas simple d'avoir de la visibilité. Pour l'instant, j'encourage les cavaliers à engager dans les concours organisés en France, car on ne sait pas si nous pourrons nous déplacer au Portugal, en Italie ou en Grande Bretagne au printemps », poursuit Thierry Touzaint. « Pour évaluer les couples, nous allons tout d'abord nous appuyer sur l'étape du Grand National FFE AC Print à Saumur (du 1er au 4 avril et sur le CCI 4 à Saumur (du 29 avril au 1er mai). »

Un entrainement optimal


Les cavaliers et leurs chevaux s'entraînent de la façon la plus complète possible afin d'atteindre le « pic de forme » au meilleur moment pour pouvoir être qualifiés par le Comité National Olympique. « Le couple doit être au top de sa condition physique et mentale » précise Sophie Aujard. « Les athlètes sont dans les chambres thermiques à l'INSEP (n.d.l.r. Institut national du sport, de l'expertise et de la performance) pour se mettre en condition, car l'atmosphère est chaude à Tokyo. Les chevaux font également des tests en début de saison. Ils sont mis en condition d'effort en faisant du galop fractionné, pour voir l'intensité de l'effort, comment ils récupèrent. Il y aura aussi des stages de préparation les trois dernières semaines, avant le départ pour les Jeux, qui serviront également de mise en quarantaine pour les cavaliers, comme pour les chevaux. » Les couples continuent donc leur entraînement, mais il faudra attendre fin juin voire début juillet pour savoir qui participera aux Jeux de 2021.

L'IFCE se prépare aussi pour 2024


Le 30 novembre 2019 se clôturait la phase de candidature pour les sites sportifs français souhaitant être reconnus comme centres de préparation aux Jeux Olympiques de Paris, qui auront lieu du 26 juillet au 11 août 2024. Plus de 600 centres se sont portés candidats, 415 collectivités territoriales ont été retenues. Parmi les centres, deux sites de l'Institut français du cheval et de l'équitation : le Cadre noir de Saumur et le Haras national de Pompadour. Ces derniers seront officiellement centres de préparation pour les jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.

2 commentaires :


Commentaire de Enfin.

31/01/2021 18:09:43

La seule question qui se pose est celle de la date de l'annulation des J.O de Tokyo. C'est triste mais inévitable.



Commentaire de Myriam G.

31/01/2021 20:18:48

C'est vraiment une école d'excellence qui fait honneur à la ville et à l'équitation



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ