Lundi 06 Décembre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Maine-et-Loire. Un seul député du département s'est opposé au retour des néonicotinoïdes

Mardi 6 octobre, les députés ont étudié le dossier complexe et clivant des néonicotinoïdes. Ils ont dû se positionner quant à leur retour temporaire ou non en soutien à la filière betteravière. Le vote des députés est unanime à l'exception de Matthieu Orphelin qui a voté contre.

IMG


Les députés ont donné le 6 octobre leur feu vert à la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes afin de soutenir la filière betteraves, malgré l'opposition des défenseurs de l'environnement. Les néonicotinoïdes sont une classe d'insecticides agissant sur le système nerveux central des insectes. Ces substances sont utilisées principalement en agriculture pour la protection des plantes et par les particuliers ou les entreprises pour lutter contre les insectes nuisibles à la santé humaine et animale. Ils sont à ce jour le seul moyen identifié par la filière pour lutter contre l'épidémie de jaunisse de la betterave et qui détruit une partie de la production. Là où le débat ne fait pas consensus, ces insecticides sont néfastes pour l'environnement, notamment pour la santé des abeilles aujourd'hui en grand danger.

Une étude menée par l'ANSES

L'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) a réalisé une étude de 2016 à 2018 sur l'impact de ces néonicotinoïdes sur la santé des êtres humains. Elle en a conclu que « ces travaux ne mettent pas en évidence d'effet nocif pour la santé humaine, dans le respect des conditions d'emploi fixées dans les autorisations de mise sur le marché. Toutefois, s'agissant de la substance active thiaclopride, et compte tenu de ses caractéristiques de danger, de l'accroissement important de son utilisation constatée au cours de la période 2010-2015, et des incertitudes liées aux expositions cumulées avec d'autres produits phytopharmaceutiques ou biocides présentant des caractéristiques de danger similaires, l'Anses recommande de réduire au maximum les usages pour les produits à base de cette substance dès 2018. »

Un seul député contre en Maine-et-Loire

Ce 6 octobre, l'Assemblée nationale a adopté le projet de loi, lors d'un vote solennel par 313 voix pour et 158 contre, marqué par un record de contestataires dans la majorité LREM (32 députés contre, 36 abstenus sur les 175). Les députés de Maine-et-Loire ont majoritairement voté pour ce retour temporaire. C'est le cas notamment de l'ensemble des députés de la majorité LREM Denis Masséglia, Nicole Dubré-Chirat, Stella Dupont et Laëtitia Saint-Paul. Même son de cloche pour le MoDem Philippe Bolo et pour la nouvelle arrivante Anne-Laure Blin (LR). Seul Matthieu Orphelin, du parti écologie démocratie solidarité, s'est positionné contre le retour de l'insecticide.

16 commentaires :


Commentaire de bernadette fourré la vieillerie !!

08/10/2020 16:08:53

M E R C I Monsieur L \' ORPHELIN, il faudra nous le rappeler aux moments des ELECTIONS, nous raffraichir la mémoire, comme quoi ils en ont rien à foutre de la santé de leurs gosses n\'est-ce pas Mme Saint-Paul, peut-être même qu\'elle achète du miel en grande surface pour le petit déj. !!!! c\'est plus sain !!!!!!



Commentaire de VLADY BOISSIN

08/10/2020 17:00:42

Nous , à Saumur (4éme circonscription )nous avons une députée qui le mardi fait la promo d' un producteur local de confiture sur sa page facebook et le lendemain la même vote cette loi , je comprends pas tout... Aprés la confiture , elle ira chez un apiculteur je pense qu elle y sera reçu à bras ouverts.



Commentaire de Ligérienne

08/10/2020 17:28:57

J’ignore si la betterave servie à la cantine de l’assemblée est frelatée ...Le français pourrait envisager de bouder la betterave traitée et privilégier celle des magasins bio .On se fiche de notre santé ? on peut aussi faire des choix .



Commentaire de Jdr

08/10/2020 18:07:52

Nos pauvres députés de campagne à la botte de la bétise humaine... On les enverra poliniser la nature quand il n’y aura plus d’abeilles, au moins ils serviront à quelque chose! Tristes politiciens...



Commentaire de Jan Nez Mar

08/10/2020 18:25:54

Les producteurs bio de betterave sont les dindons de la farce. Ils faut porter des masques pour nous protéger du covid, mais on nous empoissonne dans nos assiettes. Bravo Mme St Paul pour une militaire vous protégé peu vos concitoyens.



Commentaire de De la confusion et de la betise

08/10/2020 18:53:16

Je vois que tous ceux qui commentent ici ignorent tout de la production de betterave sucrière: les betteraves sont ramassées avant la floraison, les abeilles ne peuvent pas se trouver en contact avec des fleurs de betterave. Ces produits phytosanitaires sont réintroduits juste pour les betteraves, et sont utilisées au plus près, sans pulvérisation Bien que ce ne soit pas la solution idéale, c'est la solution la plus efficace pour éviter que des milliers de personnes se retrouvent au chômage, et qu'on garantisse une sécurité alimentaire



Commentaire de JEAN PIERRE BOIS

08/10/2020 19:27:01

Dans la presse :Pour défendre l’utilisation de l’insecticide, les betteraviers arguent du fait que la récolte de la betterave à sucre intervient avant toute floraison de la plante, ne laissant pas le temps aux abeilles et autres pollinisateurs d’être attirées sur les parcelles concernées. Un argument réfuté par de nombreuses études, selon lesquelles l’insecticide est présent sur toute la betterave, pas seulement au moment de sa floraison, et demeure dans le sol bien après la récolte, jusqu’à contaminer, l’année suivante, des semences non traitées.



Commentaire de Révolté !

08/10/2020 19:53:34

Faudra-t-il donc attendre encore et encore pour finir par nous détruire corps et âme avec tous ces politiciens sans vergogne seulement préoccupés par leur petit bien être immédiat et leur retraite assurée ! Mais que pouvons nous faire, que pouvons nous faire surtout contre notre propre stupidité ? C'est à vomir dans leurs masques !



Commentaire de VLADY BOISSIN

08/10/2020 20:10:20

Merci monsieur Bois pour cet article , "de la confusion à la bêtise" voulait faire passer les lecteurs du kiosque pour des idiots , ce n est pas le cas...



Commentaire de Jeanpierre CHAROLLAIS

09/10/2020 00:33:28

Je ne suis pas certain que "De la confusion et de la bêtise" en connaisse beaucoup plus sur l'industrie sucrière. Le labour, la préparation des sols, le binage, les traitements et l'arrachage sont effectués mécaniquement, le transfert du champ à la sucrerie itou. Ca ne fait pas beaucoup d'emplois. Et la sucrerie, pour la saison de fonctionnement environ 10 semaines, fait venir des travailleurs étrangers. On pourrait à l'occasion parler des conditions d'hébergement de ces ouvriers dans des bâtiments fermés 9 mois par an.



Commentaire de Marco

09/10/2020 09:13:31

Mais d'ailleurs à qui va le soutien de monsieur Goulet pour les élections à venir ?



Commentaire de @de la confusion

09/10/2020 11:03:44

C’est bien de donner des leçons d’économie aux ignares que nous sommes. Sur ces 5 dernières années ,j’ai perdu nombre d’amis et amies du cancer des voies digestives, biliaires et autres . Des amies mères de famille qui n’ont pas atteint 50 ans et qui ont bien compris que le combat était celui du manger sain . Je boycotte les produits sulfatés et la betterave désormais est au premier rang de mon refus .Les autres font ce qu’ils veulent.



Commentaire de Peu importe

09/10/2020 13:30:10

On aura beau interdire tous les produits nocifs, certains n'ont pas l'envie de s'en passer, exemple, on ne trouve plus de glyphosate en magasin, une de mes connaissances m'a expliqué qu'il y'avait mieux que le round up... Il utilise de l'adblue, oui oui ce que l'on mets dans nos réservoirs autos récentes... d'autre utilise de l'eau de javel,... Au final je ne sais pas si c'est plus ou moins nocif que le glyphosate...



Commentaire de Précisions

09/10/2020 13:48:06

"Il s'agit d'une dérogation, à partir de 2021, et pour une durée maximum de deux ans mais le gouvernement assure que l'arrêté sera axé uniquement sur cette filière et qu'il ne pourra être étendu à d'autres cultures. En parallèle de ce projet de loi, le gouvernement a également annoncé le financement, à hauteur de cinq millions d'euros, d'un programme de recherche avec l'INRAE et l'ITB pour accélérer l'identification d'alternatives efficaces. "Ce financement pourra être réévalué en fonction des besoins", précise le gouvernement."



Commentaire de Andrée MESLIER-BELLARD

09/10/2020 14:00:45

Toutes les abeilles disent merci aux députés de Maine et Loire. Tout ça pour du sucre, alors que la miel est tellement meilleur pour la santé. Je ne comprends pas cette position. Quelle honte !



Commentaire de Re-Révolté !

09/10/2020 20:22:57

A la lecture de toutes vos réponses je reste ébahie ! Tous ces politiciens qui se foutent de nous en permanence qui les élis, on se le demande ? L'abstention certainement !... Alors ne venons pas nous plaindre ou ayons le courage de faire un jour table rase mais de cela à part les grandes tirades de bistrot c'est comme pour les masques ... suivez le bœuf ! ...



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ