Dimance 05 Décembre
Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
VIE DE LA CITÉ

Soutien. Le Temple de Saumur et l'ancien Tribunal de Baugé retenus par la Mission Patrimoine

Dans le cadre du soutien de la Mission Patrimoine, pour cette année 2020, 101 projets ont été repérés. Un projet par département de métropole et par collectivité d'Outre-mer a été sélectionné. Pour le Maine et Loire c'est le projet de la réhabilitatioon du Temple de Saumur qui a été retenu. Le projet de l'ancien Tribunal de Baugé est également présent au titre des des 18 sites emblématiques.

IMG

Le Temple de Saumur (Archives DR Fondation du Patrimoine)


Depuis trois ans, la Mission Patrimoine s'est engagée dans la restauration de 509 sites, dont 180 sont d'ores-et-déjà sauvés : 43 sont achevés et 137 sont en cours. La liste complète des 101 sites de maillage se trouve en PDF à télécharger, suivie de celle des 18 sites emblématiques dévoilés en juin dernier.
Les projets seront financés notamment grâce à l'offre de jeux Mission Patrimoine de FDJ, en fonction du résultat des ventes. FDJ propose dès le 31 août une nouvelle édition d'un ticket à gratter à 15 € décliné en trois versions. Pour chaque ticket vendu, qui permettra au joueur de remporter jusqu'à 1,5 million d'euros, 1,76 € sera reversé à la Fondation du patrimoine.
Cette offre est complétée cette année par cinq tirages du Loto dédiés, organisés les 9, 12, 14, 16 et 19 septembre 2020, dont le jackpot s'élèvera à 2 millions d'euros minimum. Pour chaque grille de 2,20 €, 0,54 € sera reversé à la Fondation. L'annonce des 101 projets lauréats s'est faite ce lundi 31 août.

Le Temple de Saumur : un projet de grande envergure

Si la ville de Saumur devient à partir de 1589 une place forte du protestantisme suite au rapprochement entre le roi Henri III et Henri de Navarre, le lieu dédié au culte a connu bien des tourments. D'abord célébré presque confidentiellement, le culte est ensuite pratiqué dans un bâtiment près du prieuré de Saint-Florent-du-Château. En 1590, cet édifice est détruit lors des travaux d'aménagement de la citadelle. Un temple est alors édifié sur les deniers personnels du couple Duplessis-Mornay, sur un terrain proche du centre-ville. Inauguré en mars 1593 par le roi Henri IV, il est rasé en 1685 suite à l'interdiction de la pratique du protestantisme. En 1802 le Concordat autorise à nouveau le culte protestant en France. La communauté protestante saumuroise, qui s'est reformée grâce à l'aide des anglais d'Anjou, confie à Charles Joly-Leterme, l'architecte de la ville, la construction d'un nouveau temple. Inspiré des anciens temples grecs, il se dresse dés la fin du mois de juin 1844 à quelques mètres de l'ancien temple. L'intérieur de l'édifice est achevé dix ans plus tard. Comme il est de règle dans la théologie protestante, il est d'une grande sobriété.
Affecté donc au culte, ce temple est unique dans le département, tant pour son histoire que pour son architecture. Il reçoit régulièrement des fidèles venus d'Angers et de Cholet. En dehors de toute considération religieuse actuelle, il est emblématique d'un pan d'histoire de Saumur : le siècle de la Réforme est une grande époque historique de la collectivité. Considérée au début du XVIIe siècle comme la capitale politique du protestantisme, la ville traversera douloureusement cette période où se sont entremêlées les guerres de religions et les guerres du royaume. Pendant les Journées européennes du patrimoine la visite commentée est assurée par les membres de l'association cultuelle de l'église protestante réformée.
Outre l'état d'encrassement et de desquamation général des maçonneries en pierre de tuffeau, l'édifice souffre de désordres importants de ses superstructures, liés à des malfaçons de conception et/ou à de précédentes restaurations.
La couverture n'est plus totalement étanche et la couvertine en plomb du faîtage est vétuste et déformée par endroits. Les rosaces sont encrassées et malgré les filets de protection, sont cassées par endroits, à cause de morceaux de plâtre qui tombent des puits de lumière très dégradés. Les descentes d'eaux pluviales, anarchiques et hors d'usage, contribuent à la prolifération des mousses et lichens qui colonisent l'ensemble. L'absence de gouttières accentue la desquamation des maçonneries des façades. Plusieurs fissures importantes et perforations du mur en façade Nord sont apparentes. Les pieds de façade sont très altérés par l'humidité. Les fers d'armature des maçonneries sont oxydés. Au niveau des frises d'entablement et sous le porche, les maçonneries sont cassées et plusieurs têtes de lion des gargouilles sont manquantes.
Une étude de diagnostic diligentée par la DRAC en 2013 a classé le monument dans les urgences absolues pour sa préservation.
Nature des travaux
- Tranche 1 : renforcement de la charpente et des murs d'arases, restauration des verrières de la nef et de la couverture. Ces travaux impacteront lourdement le plafond à caissons qui devra être restauré ;
- Tranche 2 : restauration des élévations intérieures et extérieures en maçonnerie, avec restitution de la baie en forme de croix sur le pignon Est et préservation des décors intérieurs peints et des Tables de la Loi.

L'ancien Tribunal de Baugé : une restauration de fond et de forme

Situé en cœur de bourg, ce tribunal a été construit entre 1862 et 1866, d'après les plans de l'architecte tourangeau Léon Rohard, inspirés par le Palais de Justice de Paris. Son style néo-classique traduit l'hégémonie de l'école des Beaux-Arts sous le Second Empire. Sa majestueuse façade principale est agrémentée de quatre colonnes doriques à double volutes, soutenant un rebord de toit orné d'une remarquable frise sculptée. L'intérieur de l'édifice dévoile d'immenses salles aux murs couverts de boiseries et de cheminées de pierre sculptées. L'actuelle salle d'audience du tribunal est décorée avec une tapisserie ancienne dans les tons bleus. Le parti-pris de l'époque consistait en un tribunal communiquant directement avec la maison d'arrêt, située à l'arrière (réaménagée en 2012-2013, après sa fermeture en 1951, pour devenir le Centre Culturel René d'Anjou). Les travaux de construction sont complétés en 1867 par l'aménagement de jardins.
La commune nouvelle de Baugé-en-Anjou a lancé une réflexion afin de maintenir les services de première nécessité sur le territoire. En effet, l'hôtel de ville, construit pour la seule commune de Baugé, ne permet plus de répondre aux besoins en locaux administratifs de la ville constituée désormais de 15 communes déléguées, avec une population totale de 12 500 habitants. Le Conseil municipal est délocalisé au Centre culturel René d'Anjou et sa réunion hebdomadaire a très souvent lieu au rez-de-chaussée de l'hôtel de ville, dans des locaux peu fonctionnels et partagés avec la médiathèque. L'objectif est donc de retrouver des espaces disponibles, afin de pouvoir répondre à l'évolution de l'organisation de la ville et de ses services administratifs. Il s'agit également de redonner une visibilité au Tribunal d'Instance qui n'accueille pour le moment que les archives municipales dans son aile gauche et des associations. N'étant ouvert au public que de manière très ponctuelle, il doit s'affirmer comme lieu d'expression de la démocratie locale et de participation du citoyen.
Le palais de justice semble souffrir de malfaçons dès les années 1870 et d'un mauvais entretien permanent qui expliquent peut-être aujourd'hui son état de dégradation alarmant. La première urgence concerne les couvertures vétustes et les zingueries au regard des nombreuses fuites et infiltrations d'eau. A l'intérieur, les plafonds monumentaux et verrières sont dégradés et les plâtres fragilisés. Enfin, les pieds de murs, souffrant de remontées d'humidité, sont également à reprendre, les emmarchements s'affaissant.
Nature des travaux :
- Tranche 1 : restauration des parties hautes ;
- Tranche 2 : restauration et aménagement intérieurs ;
- Tranche 3 : restauration des façades et soubassements du tribunal.

Appel à projet pour la saison 4, 2021

L'appel à projets est ouvert dès maintenant sur le site missionbern.fr/signaler-un-site. Propriétaires, associations, communes et passionnés de patrimoine sont invités à identifier les sites en péril partout en France métropolitaine et dans les collectivités d'Outre-mer. Ces signalements peuvent désormais être effectués tout au long de l'année. Pour candidater à la quatrième édition 2021 de la Mission Patrimoine, les dossiers devront être déposés avant le 15 décembre 2020.
Plus d'informations dans la Foire aux questions disponible sur le site missionbern.fr/faq

3 commentaires :


Commentaire de Rénovation-Propriétaire

31/08/2020 18:55:58

Ces remises en états prévues sont normales , même si cela demande beaucoup d'argent !!! MAIS il me semble que les propriétaires privés ont l'obligation d'entretenir leur extérieur d'habitation. Le maire de Saumur devrait prendre les dispositions qui s'imposent afin d'obliger que les façades soient remises en état considérant que cela porte préjudice à l'image de la ville et aussi du tourisme. Une obligation de rénovation devrait être mise en place sous peine de sanction. Plus le temps passe et plus cela se dégrade. Quant-on est propriétaire , il faut assumer...



Commentaire de a rénovation -propriétaire

31/08/2020 20:46:49

je suis a 50% d \\\'accord avec vous .. mais quelle est le nom de votre société ??? avez vous un intérêt personnel ??? ou plutôt votre entreprise...chacun dois gérer son patrimoine .. sans tout remettre a neuf pour une mauvaise gestion du voisin depuis plusieurs années ..



Commentaire de Ce n'est pas gagné

01/09/2020 13:10:07

@ Rénovation-Propriétaire: J.goulet ne veut déjà pas faire respecter la propreté dans les rues de Saumur, alors pour le reste... Mais à sa décharge dans le cas présent, sauf menace de péril, il ne peut obliger des particuliers à faire des travaux chez eux.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

 


Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité ? 600...

 

 


Créez votre article ! ICI



PUBLICITÉ
PUBLICITÉ